ATU 516+ : une thèse en ligne sur silence et parole

L’Être changé en pierre : se taire/parler, mourir/renaître, un chemin de transformation pour le conte merveilleux “Le Fidèle compagnon” (T. 516+) : voilà bien le titre de la thèse qui est à l’origine de ce carnet de recherche. Soutenue le 16 novembre 2021, à l’Université Paris Cité1, la voici désormais en ligne et téléchargeable sur le portail  d’archives ouvertes HAL (HAL Thèses en ligne)2.

Corpus international ATU516+

Le corpus : domaine public vs droits
Sa Majesté TeX
Suivre les cailloux blancs

Le corpus : domaine public vs droits

Les 300 versions des contes réunis pour ma thèse autour du thème du « Fidèle compagnon » sont presque toutes accessibles. En effet, la plupart des textes reproduits dans la thèse sont dans le domaine public. Une autorisation de reproduction a été obtenue pour la quasi-totalité des œuvres récentes, auprès des auteurs ou ayants droit. Parfois, j’ai sélectionné une version en langue étrangère car la version en français n’était pas libre de droits3. Compte tenu des quelques textes dont les ayants droit n’ont pas été identifiés, et des réponses négatives ou absentes, la version complète du corpus de la thèse est ainsi uniquement consultable dans le cadre universitaire. Cela signifie que, pour la version accessible sur internet, quelques textes sont manquants. Après le résumé, vous trouverez des pages blanches… Les versions sont cependant identifiées et peuvent être aisément retrouvées en bibliothèque, ou ailleurs. Les deux dernières pages de la thèse font la liste de ces documents hors du domaine public (p. 3305-3306).

Sa Majesté TeX


J’ai tenu, avec beaucoup d’énergie et de constance, comme je le disais dans un précédent billet, à me servir, pour la composition de la thèse, du langage TeX, et de sa mise en forme grâce à l’extension XeTeX, encore plus adaptée que LaTeX à mes besoins, notamment en termes de langues et d’écritures multiples. Le résultat est esthétiquement satisfaisant et je rends hommage à Donald Knuth (TeX), Leslie Lamport (LaTeX), Will Robertson, Khaled Hosny et Karl Berry(The XETEX reference guide), Markus Kohm (KOMA-Script), Bob Tennent (Linux Libertine), Andreas Matthias (pdfpages package), François Charette et al. (polyglossia), et beaucoup d’autres. C’est enfin grâce à Thomas Pellard, de l’Inalco, dont j’ai suivi la formation et utilisé le style de document4 que j’ai pu avoir, au moment crucial de la mise en œuvre, une vision globale de mon projet éditorial et des étapes à franchir.
Mais, mais, j’avais beaucoup de contraintes cumulées et j’ai dû abandonner certains aspects théoriquement incontournables d’un travail scientifique accompli : la bibliographie et les index. En effet, une broutille, une erreur de code, et la compilation des multiples fichiers ne peut absolument pas être effectuée.
Halte-là, ne vous méprenez pas ! Il y a une vraie bibliographie dans ma thèse, ordonnée et méthodique. Mais les notes de bas de pages ne renvoient pas, d’un clic, à ladite bibliographie, il eut fallu m’astreindre à en réaliser les liens à la main. Et encore, sans certitude de succès. J’aurais pu obtenir une bibliographie basique, numérotée, mais je voulais une bibliographie de sciences humaines, pas de sciences dominantes.
J’ai également été obligée, avec la solution que j’avais choisie, de renoncer aux index chronophages, sauf pour un index des versions citées dans la thèse, par langues et pays. Cette lacune a été remarquée, avec raison, par le jury. Je propose à mes lectrices et lecteurs une solution alternative qui fonctionne bien : utiliser la fonction rechercher du programme permettant d’afficher le document .pdf sur votre appareil et indiquer le(s) terme(s) souhaité(s).

Suivre les cailloux blancs

Afin de se repérer dans l’ouvrage, il y a bien sûr la table des matières, ou plutôt le sommaire, placé à l’anglo-saxonne en tête de volume pour faciliter le repérage. En affichant le volet gauche de navigation du document .pdf, le sommaire compact s’affiche avec les textes liminaires, l’introduction, les trois grandes parties et [arrgg] c’est tout !

La conclusion, les sources et la bibliographie, l’index des versions, les cinq annexes, dont le corpus sont cachés. Il faut développer la troisième partie pour les voir apparaître. Veillez donc à développer le sommaire latéral ou bien servez-vous de la table des matières de l’ouvrage.

Autre recommandation pour les tailleurs et fileuses d’histoires intéressées par mes glanages, ne croyez pas que le corpus de ma thèse est une grande forêt sans chemins ni bornes. Certes, il faut chausser sans crainte ses souliers de fer, mais la boule d’or court devant vous sur le chemin avec constance. Le premier poteau indicateur est : Annexe E — Corpus page 6615. Et sachez-le, quelques pages plus loin, de la page 663 à la page 670, une liste des 300 versions classées par aires linguistiques sert de table. Chaque version est suivie d’un numéro de page entre crochets qui sert de lien hypertexte pour accéder directement à son emplacement dans le corpus annexé à la thèse proprement dite. Par exemple, la version ukrainienne « Les voix à la fenêtre », déjà présentée dans ce carnet de recherche, est à retrouver en anglais dans la thèse à la page 1542. Et ainsi de suite pour chaque version. Vous pouvez également vous repérer sur cette page.

Bonus : la recherche plein texte dans le document .pdf dont j’ai parlé plus haut pour compenser l’absence d’index sujets et noms fonctionne également sur une grande partie du corpus : à savoir, tous les résumés, les incipits, et ceux des contes qui ont été entièrement saisis ou qui proviennent d’une numérisation avec reconnaissance optique de caractères (OCR). Testez par exemple des termes en langues étrangères comme : stone, Stein, pedra, piedra, pietra, kamień, kameň, камінем…

Je souhaite que vous ayez du plaisir à parcourir ces pages et à découvrir des versions inattendues. Si vous voulez me joindre, utilisez l’adresse courriel indiquée dans les crédits du carnet de recherche6. Belle année chercheuse, ingénieuse, découvreuse, tisseuse…


Source des images : Valet d’épée, lame du Tarot dit de Charles VI — Détails du polyptique : voir le billet Corpus ATU 516+ — Écris ta thèse / oduhfa — Détail du manuscrit de thèse.




Citer ce billet
Odile Uhlmann-Faliu (2024, 3 janvier). ATU 516+ : une thèse en ligne sur silence et parole. Faithful John. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf3v

  1. La page de titre porte malheureusement l’intitulé ‘Université de Paris’ encore en vigueur au moment de la soutenance et qui n’a été que transitoire. []
  2. https://theses.hal.science/tel-04368942 []
  3. C’est le cas notamment pour plusieurs beaux — et longs — contes kabyles, publiés pour la première fois en traduction allemande par celui qui les a collectés, l’ethnologue Leo Frobenius en 1921-1928 dans Atlantis : Volksmärchen und Volksdichtungen Afrikas. Je n’ai pu obtenir l’autorisation de l’éditeur pour les versions françaises publiées plus récemment. []
  4. Thomas Pellard – Formation LaTeX Inalco []
  5. L’Être changé en pierre — Annexe E : Corpus []
  6. Carnet de recherche Hypotheses : Faithful John []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search