ATU 516 : Hungarian | Hajnal Vacsora és Éjféle

Cheile Turzii, Transylvania« Hajnal Vacsora és Éjféle » [Aube, Dîner et Nuit]

Version hongroise (sicule). Conté à Szováta.
ATU 650 — Strong John
ATU 301 — The Three Stolen Princesses

Ekkor mennek az esküvőre a templomba. Most a czigánylegénynyel eskette a pap. „Haj! – gondolta magába Hajnal – most épen az oltár előtt vannak.” Ekkor ő is csak kiment zacskóját vágta a fődre s gondolt a zacskóból tiszta gyemánt lovat s ő magát is tiszta gyemántruhába. Ekkor felpattant lovának a hátára s gondolta magába: „Elől világosság, hátul sötétség” s egyenesen beugratott a templomba s az oltárral szembe fordult.

  • Source imprimée

Mailand, Oszkár 1858-1924
Székelyföldi gyűjtés
Budapest : az Athenaeum Részvény-Társulat Tulajdona, 1905, p. 489-511, n° 8
(Magyar népköltési gyűjtemény : A Kisfaludy-Társaság megbizásából ; 7)

  • En ligne

Texte original accessible sur :
1. Project Gutenberg
2. HathiTrust

  • Incipit

Nodehát vala egy öreg, a ki vala hatvan esztendős. Az a hatvan esztendős fehérnép megterhesedett és következett a szülőórája. Vacsorakor szült egy fiut, éjfélkor egy mást, hajnalban esmint. Az hajnalban, a ki született kis fiu, röktönd ült a puczokba és monda vala az édesanyjának, hogy röktönd egy keresztapát hozasson ide. És odament a keresztapja és monda a fiu: „Röktönd egy papot hozasson ide, hogy minket megkereszteljen.” Ekkor elhitta a papot. Mikor bément a pap, kérdezte: Kihez legyen szerencsém? Akkor felelte: „Az Hajnalhoz, Éjfélhöz és Vacsorához.”

  • Résumé

Mailand, Székelyföldi gyűjtésUne vieille femme de soixante ans donne le jour à trois garçons ; ils naissent l’un au dîner, l’autre à minuit, et le troisième à l’aube. Dès qu’il est né, ce petit garçon parle et réclame un prêtre pour leur baptême. Il déclare qu’ainsi seront nommés les trois frères : « Az Hajnalhoz, Éjfélhöz és Vacsorához. » Le roi, attiré par le bruit, indique que ses trois filles ont disparu et qu’ils doivent partir à leur recherche. Les trois frères grandissent très vite ; dans une forêt d’argent, ils rencontrent un gitan qui les accompagne ; les quatre se jurent fidélité.
Puis ils voyagent dans sept mondes et sept pays. Dans une forêt de diamants, au moment de descendre aux enfers et d’aller dans le monde souterrain, les autres essaient puis se récrient. Hajnal descend à son tour. Il rencontre les trois princesses enlevées, dans des villes de fer, d’or et de diamants aux portes gardées par deux lions, deux ours, deux éléphants. Hajnal affronte successivement les géants ravisseurs, y perd des doigts et « son beau sang rouge », mais il finit par les vaincre ; chaque princesse lui donne un anneau d’or.
Les princesses sont remontées vers la terre et les autres frères et compagnon veulent les épouser, en abandonnant Hajnal. Ce dernier entend les prédictions de corbeaux, retrouve sa force et revient au royaume initial « à la vitesse de la pensée », grâce à un auxiliaire magique. Les princesses réclament au roi des anneaux d’or pour leur mariage. Hajnal apparaît, chaque fois, en habits flamboyants dans l’église puis repart en disant à son cheval : « La lumière devant, derrière nous l’obscurité ». À la troisième cérémonie, il sort les trois anneaux de sa poche et se fait reconnaître. Les trois princesses lui sautent au cou, déclarent qu’il est leur sauveur. Il épouse la plus jeune des princesses.

Pour m’aider à améliorer la compréhension de cette version, voir aussi cette page : Help : Precious Translations


Source des images : Mengs, Hesperus / Raphaël Mengs — Cheile Turzii / Cristian Bortes (cc-by-2.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Hungarian | Hajnal Vacsora és Éjféle", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 4 juillet 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/554.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.