Des motifs sang-pierre-eau

Milieu du gué… La rive, le bout-de-la-thèse, est de l’autre côté. Et même si le courant est fort, le coursier est valeureux et il mènera sa cavalière à bon port. Derrière, les motifs délicats liés au combat contre le serpent dans la chambre nuptiale, la voie à tracer entre les différents chemins suggérés par les sirènes de l’interprétation prête-à-adopter ; maintenant, le dilemme parler/se taire et, d’une certaine manière, une panne d’écriture ; devant, le désert lumineux de la pierre…

Faire vibrer les motifs
Des polyptyques heuristiques

Faire vibrer les motifs

Le compagnon fidèle, prévenu par les prophéties des messagères du destin, se charge de protéger le héros et sa bien-aimée lointaine de trois dangers mortels qui jalonnent le voyage de retour vers le pays du prince. Parmi ces dangers, trois sont récurrents : un cheval ensorcelé, une boisson empoisonnée, l’attaque d’un serpent-dragon pendant la nuit de noces. La troisième calamité fait couler beaucoup de sang, beaucoup d’encre et beaucoup de théorie. On en trouvera un exemple avec l’article cité en note1, dans lequel l’auteur examine le motif du sauveteur (injustement) puni. Pas convaincue par la démonstration qui tourne autour de la seule version des frères Grimm : Der treue Johannes, je n’en retire que de la résistance dans la poursuite de l’écriture, des doutes (tant mieux) et encore des turbulences à cette étape décisive. Car je suis maintenant sur l’arête de mon titre, de ma problématique et de ma rédaction : Parler / se taire…

Aussi, lorsque la plume (ou le clavier) s’assèche, je reviens à la matière-même de mon étude. Je jette des ponts aériens entre des versions très éloignées, sans prétendre en tirer une hypothèse diffusionniste. Je fais diversion et je m’occupe de détails délicieux et attachants. Ainsi, par exemple, on rencontre le même motif, très rare dans le corpus, d’une soupière dangereuse, dans trois versions, en Lettonie, en Poméranie et en Lorraine. Il s’agit d’un équivalent du deuxième danger : la boisson, la source ou le fruit empoisonnés, la chemise funeste, voire l’araignée venimeuse. Ici, le danger réside dans une soupière : soit blanche, soit en or. La version lettonne « Kuņas dēls » (Le fils de la chienne)2 est une version composite associant des motifs appartenant au type 303 (The Twins or Blood-Brothers) et au type 516 (Faithful John). On y rencontre une cuillère en or plongée dans une soupière en or3. Ne pouvant développer dans ce billet toutes les hypothèses que me suggère la comparaison entre ces versions, je mettrai seulement en avant quelques détails rapprochant la version de Poméranie4 et celle de Lorraine5.

La version poméranienne, « Der treue Diener » partage avec la version des frères Grimm le troisième danger, qui consiste en l’évanouissement de la mariée pendant le bal après le mariage. Elle revient à elle après que le fidèle serviteur a tiré trois gouttes de sang de son sein droit. En revanche, la version lorraine « Le fidèle serviteur », qui débute de la même façon (chambre interdite, évanouissement d’amour devant le portrait de la princesse, voyage maritime), ne comporte pas de troisième danger (typiquement ce peut être le serpent pendant la nuit de noces, la syncope de la mariée pendant le bal, ou l’illusion de l’homme qui se noie). Cette version française comporte d’ailleurs plusieurs motifs aveugles ou tronqués (bateau chargé de marchandises précieuses, ville et château déserts, princesse endormie, cigognes-fées, robe de plumes) qui témoignent d’une lente évolution et d’un raboutage d’épisodes provenant de diverses sources orales.

Quant au motif de la soupière :
— Dans la version lorraine « Le fidèle serviteur », la deuxième fée indique « qu’au dîner on servira une grande soupière d’or sur la table. Si la princesse y touche par trois fois, elle mourra aussitôt ». Pour conjurer le sort, « une personne de la noce n’aurait qu’à jeter la soupière d’or dans le feu et la princesse ne mourrait point ». Ici le danger de la soupière arrive après un premier danger : la chemise que le roi devra enfiler et il en « sera brûlé horriblement » ; pour conjurer le sort, il faudrait « tremper auparavant la chemise dans l’eau froide ». Cependant, dans les autres versions où ce motif est présent, la chemise doit être jetée au feu, de préférence « avec des gants ».
— Dans la version poméranienne « Der treue Diener », le deuxième corbeau prédit qu’en arrivant dans son palais, le jeune roi « trouvera dans son salon une grande soupière blanche posée sur la table. La terrine est très fragile, mais aussi très dangereuse. Il ne doit la toucher avec des gants glacés et la jeter dans le four. Sinon, il n’aura pas la princesse ». Précisons que les gants glacés (Glacéhandschuhe) sont des gants en cuir de chevreau extrêmement souple et brillant, dit cuir glacé.

Gants en cuir glacéEn 1751, dans l’article « Ganterie » de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert6, de semblables objets de parure sont décrits ainsi : « Les gants glacés sont ceux qui après avoir été passés du côté de la chair, dans un mélange d’huile d’olive & de jaunes d’œufs, arrosés d’esprit-de-vin & d’eau, ont été foulés pendant environ un quart-d’heure, avec le même mélange sans eau. » Le terme Glacéleder (Glaceeleder, Glacé) est ensuite adopté par la langue allemande et les élégants gants glacés figurent, sous forme abrégée ou complète, autant dans les dictionnaires7 que dans les textes littéraires, dès le milieu du dix-huitième siècle.

Les contes circulaient sans doute, d’un bout de l’Europe à l’autre, avec les cours des souverains et leurs armées, et de la bouche d’un soldat La Ramée à l’oreille d’une paysanne, on sent rouler les motifs qui se cognent et résistent [eau froide — glace — gants glacés], se transforment avec des mots traduits/trahis/mal compris [soupière — terrine — (porcelaine) — couleur : blanc — gants blancs — prendre avec précautions — protéger — se protéger — jeter — feu], et qui cachent aussi, ou recouvrent, des détails dormants ou oubliés [soupière — or — danger — trois fois — || bal — évanouissement — trois gouttes de sang — cracher || — jeter au feu.

Des polyptyques heuristiques

Dans un billet précédent, la tentation du corpus, j’ai évoqué mon souhait de recourir à des cartes heuristiques. Les modèles qu’on en propose m’apparaissent ou trop formatés, ou trop brouillons. J’y substitue des dessins crayonnés qui ressemblent davantage aux propositions de Vivian Labrie8, bien que je n’aie pas réussi à systématiser cette démarche fructueuse pour chacune (ou à défaut, quelques-unes) des versions du corpus étudié.

Pour nourrir les images mentales que les contes font jaillir, je m’appuie également sur des images (tableaux, dessins, sculptures, photographies, paysages, scènes) que je collecte soigneusement sous forme numérique. Certains des collages de Jacques Prévert et de Max Ernst ont le pouvoir étincelant des images mentales véhiculées par les récits oraux. Pour moi, l’une des photographes les plus inspirantes, celle qui touche au plus vrai « l’ombilic des contes » dont parle Pierre Péju9 est la néerlandaise Ellen Kooi. Ses images, pensées, construites, sont des fenêtres vers les contes. En explorant les images iconiques qu’elle distille au gré des saisons, gonflées d’eau et d’herbes, de vent, d’arbres et de regards, comment ne pas s’avouer nourri ?

Corpus international ATU516+À défaut d’heures passées en compagnie de Jérôme Bosch, William Blake, Odilon Redon ou Gustave Moreau, je cultive une heuristique déambulation dans la variabilité des versions par un usage immodéré des fragments visuels réunis en frise, comme un balancement entre une synthèse impossible et un condensé invitant à la rêverie. Un exemple ci-contre, qui sert de bandeau à la page du Corpus 516+.

BNF, bandeau sur la diversité des collectionsMon modèle secret, depuis 2003, provient des mini-bandeaux réalisés par l’iconographe et photographe Béatrice Lucchese, à laquelle je rends hommage, pour un ancien dossier de la bibliothèque numérique Gallica : Anthologie des collections10. Ces bourgeons-là ont immédiatement fleuri dans mon jardin.

Un polyptyque heuristique ? Une page sans mots, rien que des images. Un crazy patchwork sans contraintes. J’en ai créé un aujourd’hui, autour de l’imaginaire nocturne, du sang du dragon, du silence, de la parole, de la pétrification et de l’eau de vie, tous ces mots/images qui résonnent dans les versions que j’étudie, qui traversent mon écriture et qui avaient voulu s’envoler ailleurs, derrière la face cachée de la lune, peut-être. Demain, visibilité du premier croissant : 2 %. L’espoir est sauf ! L’écriture repart.


Source des images : Sasaki Shirô Takatsuna traversant la rivière Uji / Utagawa Kuniyoshi — Détails du polyptique : Dragon rouge et Femme de soleil / William Blake — Queen of the NightArms of Sir Peter Gwynn-JonesAutoportrait / Gustave Moreau — Carte postale japonaiseLa Mort (tarot)Vitrail, église N.-D. de Saint-LôLes yeux clos / Odilon Redon — Pobia / Edward Lear — CascadeGants glacésCorpus 516+ — BNF – Diversité des collections


Citer ce billet : "Des motifs sang-pierre-eau", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 23 février 2020. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5518.
  1. Hans-Heinrich Baumann, « Die bestrafte Rettung. Über ein Motiv in Der treue Johannes », Poetica, 1998, vol. 30, n° 1-2, p. 60-80. []
  2. « Kuņas dēls » : Pēteris Šmits, Latviešu pasakas un teikas, Rīgā, Valtera un Rapas akc. sab. izdevums, 1926, vol. 2, p. 302-306, n° 14. []
  3. Métamorphose vengeresse de la femme du diable occis par le héros. []
  4. Elisabeth Lemke, Volksthümliches in Ostpreußen, Mohrungen, W. E. Harich, 1887, vol. 2, p. 234-238, n° 49. []
  5. Henry Carnoy, Contes français, Paris, E. Leroux, 1885, p. 115-123, n° 16. []
  6. Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751, tome 17, p. 792-795. Voir Ganterie. []
  7. Voir Deutsches Wörterbuch von Jacob Grimm und Wilhelm Grimm, vol. 7, col. 7590-7592 : Glacé. []
  8. Voir : Vivian Labrie, « Going Through Hard Times: A Topological Exploration of a Folktale Corpus from Quebec and Acadie », Fabula, 1999, vol. 40 (1-2), p. 50-73. ; —, « Traverses et misères dans les contes et dans la vie : Essai de systématisation d’un réflexe de chercheure », Ethnologies, 2004, vol. 26, n° 1, p. 21–93. []
  9. Pierre Péju, L’archipel des contes, Paris, Aubier, 1989. []
  10. Gallica — Anthologie des collections est un dossier sur les collections de la Bibliothèque nationale de France, accessible en ligne de 2003 à 2007, aujourd’hui consultable sur Internet Archive par la Wayback Machine à l’adresse Gallica/Anthologie. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.