ATU 516 : Turkish | The Lady Sultan with Seven Veils

La dame-sultan« The Lady Sultan with Seven Veils » (La princesse-padishah aux sept voiles)
Version turque. Traduction en anglais. Conté à l’été 1974 par Şemsicihan Köymen, 84 ans, Istanbul.
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

When the palace doctors were unable to help the boy, his padişah father had doctors brought in from outside, but none of them was able to cure the boy’s illness either. When the boy grew so ill that his life was endangered, a famous doctor advised the padişah, “Send him out on a journey. Perhaps traveling will take his mind off whatever it is that is bothering him.”

Source électronique

Uysal, Ahmet Edip 1922-1997 – Walker, Warren Stanley 1920-2002
Uysal-Walker Archive of Turkish Oral Narrative = Uysal-Walker Türk Öyküleri Sandığı Ağ Sayfasına
[online], Lubbock : Texas Tech University Libraries, 2008-2009, Story 1098

En ligne

Incipit

Once there was and once there was not, at a time when the sieve was in the straw, when the camel was the town crier and the rooster was the imam and I was rocking my father’s cradle, tıngır mıngır, there was a padişah who had two sons. When these sons grew to be young men, their father gave them a ring of forty-one keys and said to them, “Here are the keys to the forty-one rooms in this large palace. You may enter all of the first forty doors, but do not enter the forty-first door under any circumstances.”

Résumé

Deux frères visitent le palais de leur père, le padishah de l’Inde ; ils pénètrent dans la quarante-et-unième chambre, interdite. Le plus jeune tombe amoureux d’une belle jeune fille dont il découvre le portrait : la princesse-padishah aux sept voiles. Devenu malade d’amour, personne ne sait le guérir ; un médecin préconise un voyage ; après plusieurs pays traversés, les deux frères parviennent dans celui où règne cette princesse, depuis la mort de son père, auquel elle a succédé. Elle ne veut voir aucun homme dans son palais, sauf le maître (hoca) qui lui enseigne le Coran. Ce maître est néanmoins une femme comme l’apprend le frère aîné : un sac d’or, quelques conseils, il prend sa place et ses habits le lendemain. Pour chaque erreur, l’élève musulmane doit enlever un voile : le frère aîné découvre alors la beauté de la souveraine. Se présentant comme fils du padishah de l’Inde, il plaide pour son frère, prêt à mourir d’amour. La souveraine est engagée au fils du padishah du Yémen ; rendez-vous est pris pour que la princesse puisse rencontrer avant la noce son bel amoureux, au tombeau de sa propre mère, et qu’elle décide de poursuivre ou de rompre son engagement.

Rencontre furtive au tombeau ; les jeunes gens se plaisent ; le frère aîné propose d’échanger ses habits avec ceux de la future mariée ; le frère cadet et la princesse-padishah, tous deux habillés en hommes, quittent à cheval le pays et se dirigent vers l’Inde, l’aîné devant les rejoindre plus tard. Dans les habits de la mariée, le frère aîné fidèle repart avec le cortège nuptial : arrivé sur le lieu du mariage, il fait patienter le marié ; il séduit sa sœur et promet de l’épouser ; tous deux faussent compagnie à la noce et s’enfuient à cheval, la jeune fille ayant emprunté des habits d’homme ; ils sont poursuivis mais sans être rejoints. Arrivée à la capitale indienne. Double mariage, festivités de quarante jours et quarante nuits, vie heureuse.


Source des images : Palais Ciragan / Radomil (cc-by-sa-3.0) — Lady-Padishah / drawing, 1956 / Elmi Publishing Institute.


Citer ce billet : "ATU 516 : Turkish | The Lady Sultan with Seven Veils", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 15 juin 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5370.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.