ATU 516 : Greek | Die Goldschmiedin und der treue Fischersohn

Dans la région de l'Épire« Die Goldschmiedin und der treue Fischersohn » [La femme de l’orfèvre et le fidèle fils du pêcheur]
Version grecque. Traduction en allemand.
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

Der Goldschmied aber gab sich auch diesmal nicht zufrieden, und kehrte zum dritten Male nach Hause zurück; doch ging es ihm wie zuvor. Da bedachte er sich und sprach: “ich bin doch ein wahrer Narr, gibt es nicht Menschen, die einander ähnlich sehen?”
Er ging also hin, nahm ohne weitere Schwierigkeiten die Brautkronen und hielt sie während der Trauung über seine Frau und den Prinzen.

Source imprimée

Hahn, Johann Georg von 1811-1869
Griechische und albanesische Märchen
Leipzig : Wilhelm Engelmann, 1864, vol. 1, p. 201-208, n° 29

En ligne

Incipit

Es war einmal ein König und eine Königin, die bekamen keine Kinder. Hinter ihrem Schlosse aber hatte ein Fischer sein Haus, dem schenkte seine Frau jedes Jahr ein Kind. Der König aber wollte von der Königin nichts wissen, weil sie ihm keine Kinder schenkte; sie sann daher auf eine List, und als die Fischerin wieder gesegneten Leibes wurde, da band sie sich ein Polster auf, um sich das Aussehen zu geben, als ob sie schwanger wäre. Als dann die Fischerin ein Knäblein gebar, da schickte sie heimlich hin und ließ es holen, und gab es für ihr eigenes Kind aus.

Résumé

Un roi et une reine n’ont pas d’enfant ; la femme du pêcheur qui habite derrière le château accouche chaque année ; la reine feint d’être enceinte et récupère secrètement un enfant du pêcheur ; un fils naît à la reine deux ans plus tard ; inséparables, les deux enfants sont élevés et s’aiment comme des frères. Ayant grandi, ils partent ensemble voir le monde ; après avoir voyagé un moment, ils s’arrêtent dans une ville ; lors d’un festin de jeunes seigneurs, on parle de la plus belle femme, unanimement citée : la femme de l’orfèvre (derrière sa fenêtre, couronne d’or, pomme d’or) ; le jeune prince devient malade d’amour à cette évocation ; son frère finit par lui faire avouer la raison de son mal.

Le fils du pêcheur loue une maison proche de celle de l’orfèvre ; une cavité secrète est creusée ; la belle épouse est enfermée derrière sept portes à sept serrures ; le fils du pêcheur parvient en secret dans son appartement et se présente comme le fils d’un roi lointain, attiré par la renommée de sa beauté. Il lui demande successivement sa pomme d’or et sa couronne d’or pour les faire copier par l’orfèvre ; celui-ci reconnaît ses œuvres : malgré les allers-retours inquiets de l’artiste de son atelier à la chambre de sa femme, il est trompé par le jeune homme qui passe par la cavité mitoyenne. Le fils du pêcheur parle de son amour à la jeune femme et propose de l’emmener dans son royaume ; elle accepte. L’orfèvre est floué une dernière fois à l’occasion du mariage où le jeune homme lui demande de mener la mariée à l’autel car il ne connaît personne dans ce pays ; auparavant, le prince amoureux est présenté à la femme de l’orfèvre ; au moment de la cérémonie, trois fois, l’orfèvre revient en arrière ; trois fois son épouse est à la maison, couronne d’or en place et pomme d’or en main, puis il retrouve cette belle femme qui attend et qui lui ressemble tant. Enfin, il se dit : « Je suis un vrai imbécile, n’y a-t-il pas des gens qui se ressemblent ? »

Les yeux en oiseauxLes deux princes et la mariée partent en bateau après la cérémonie ; retrouvant sa maison vide, l’orfèvre se plaint à ses yeux qui n’ont rien su voir ; les yeux s’envolent et deviennent oiseaux ; ils se posent sur le navire et annoncent les dangers qui menacent le prince (canons, cheval, chienne, monstre), le sauvetage possible par un frère aimant et l’interdiction de répéter les paroles entendues. Le fils du pêcheur s’interpose lors des situations dangereuses, au déplaisir de la jeune épousée ; au matin de la nuit de noces, la vieille reine trouve la pièce pleine de sang et accuse le fils du pêcheur ; il se récrie et raconte la conversation des oiseaux ; son corps se pétrifie par morceaux. Désolation, tardive. Le frère fidèle est placé dans une chambre ; il reconnaît ceux qui viennent le voir « mais il ne pouvait ni parler ni bouger un membre ». La jeune reine, prise de pitié, ne sourit plus pendant trois ans, remplissant une coupe de ses larmes ; ce temps écoulé, elle renverse le contenu sur le jeune homme pétrifié ; il est désensorcelé.


Source des images : Reine / Zygmunt Gloger — Région de l’Épire / Vasiliki11 (cc-by-sa-4.0) — Flying eyes / photogr. Giovanni Dall’Orto (cc-by-sa-1.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Greek | Die Goldschmiedin und der treue Fischersohn", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 26 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5332.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.