ATU 516 : Tamil | The Bouquet

Thanjavur : Maratha Palace« The Bouquet » [Le bouquet]
Version tamoule. Traduction en anglais. Conté le 22 novembre 1995 par madame Vijayalakshmi, Panaiyakkottai, Thanjavur District.
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

After two days of this, the minister decided it couldn’t go on any longer and called the temple priest. “Watch over the prince; here’s some money for you,” he said. “Now tell me, where is the woman in the sculpture? And who is the sculptor?” “She lives across the seven seas, in a Chettiyar merchant’s family; seeing one of her hairs, a sculptor made this image. If you cross the seven seas, you’ll find her,” said the priest. “I’m off. You must watch him carefully; that’s your duty.”

Source imprimée

Blackburn, Stuart Hart
Moral fictions: Tamil Folktales in Oral Tradition
Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 2001, p. 55-58, n° 10
(Folklore Fellows Communications ; 278)

En ligne

  • World Storytelling Institute, Chennai : Tamil Folktales [file .pdf – 1.49 Mo]

Incipit

In a kingdom lived a raja and his minister, and each had a son. When it was time to crown his son, the raja told him he should get married. To this the son replied, “Let me first see the world, then I’ll be ready for marriage. I’m not ready now.” The raja agreed, gave his son and the minister’s son a bag of money and a horse each, and bade them farewell, saying, “Go and see the wide world and then return for your coronation. But, you, young minister! You must protect my son carefully; a thorn in his foot should be like a thorn in your eye!”

Résumé

Le fils d’un raja va bientôt être couronné ; il ne veut pas se marier avant d’avoir vu le monde ; son père le laisse partir, en compagnie de son ami, le fils du ministre, auquel le roi demande de veiller sur le prince. Un jour, ils dorment près d’un temple ; le fils du ministre aperçoit une sculpture d’une jeune fille d’une grande beauté, qui paraît vivante, alors qu’elle tend un bouquet ; il ne peut empêcher le fils du raja de voir cette figure ; celui-ci, cloué sur place, ne répond plus à aucune sollicitation ; il ne cesse de répéter : « Donne-moi le bouquet ! »

Confiant le fils du raja au prêtre du temple, le fils du ministre part à la recherche, par-delà les sept mers, de celle qui est la fille d’un marchand chettiyar. Deux oiseaux dont il a sauvé les petits d’un cobra emmènent le jeune homme sur leurs ailes jusqu’à sa destination ; en chemin, il ramasse des pierres précieuses en nombre ; Palais d'un marchand chettiyarle père de la jeune fille lui en achète, puis le loge sous son toit. Le fils du ministre se fait ensuite construire une maison proche du palais et prétend y installer sa femme. Par un tunnel secret, il parvient dans la chambre de la jeune fille qui tombe amoureuse de lui. Se disant malade, la jeune fille fait le va-et-vient entre sa chambre et la maison du jeune homme ; malgré les soupçons tardifs du père invité pour un repas avec le couple (sari taché et changé entre les deux lieux), les deux jeunes s’échappent ; le retour s’effectue sur les ailes des deux grands oiseaux reconnaissants.

Les deux voyageurs parviennent près du temple où le fils du rajah est toujours figé devant la sculpture ; la jeune fille prend la place de la figure et donne à son futur mari le bouquet qu’il réclame ; le prince retrouve ses sens ; il demande où est son ami ; il est mort, répond la jeune fille, comme l’ami le lui a recommandé. Le prince meurt de chagrin ; la jeune fille meurt aussi ; [le fils du ministre meurt 1] ;  le pusari (prêtre du temple), en voyant les trois cadavres, se suicide 2 aussi.


Source des images : Sourire / Suyash Dwivedi (cc-by-sa-4.0) — Thanjavur, Maratha Palace / Kalanidhi (cc-by-sa-3.0) — Palais chettiyar / Yashima (cc-by-sa-2.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Tamil | The Bouquet", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 24 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5324.
  1. Le comportement de l’ami est ambigu ; par ailleurs le récit n’est pas parfaitement clair sur le moment de sa mort. []
  2. À la fin du récit collecté par Stuart Blackburn figurent les échanges traditionnels entre la conteuse et son public, ici sur les morts en cascade et celles qui sont justifiées ou non. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.