ATU 516 : Antillean Creole | I ca tourné yun bulhomme en marb’e

le Vauclin« I ca tourné yun bulhomme en marb’e »

Version en créole martiniquais. Conté [entre 1924 et 1927] par Andrée Pardon, 18 ans, Le Morne Rouge, Martinique. Née à Cayenne, Guyane française.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur
ATU 505 — The Grateful Dead / Le mort reconnaissant

Si yun moune sé ‘tenne ça epi i sé repeté ça, li sé tourné yun bulhomme en marb’e

  • Source imprimée

Parsons, Elsie Clews, 1875-1941. Éditeur scientifique
Folk-lore of the Antilles, French and English
New York, the American Folk-Lore Society, 1933, vol. 1, p. 283-287, n° 55 ; vol. 3, p. 268-269, n° 271-A
(Memoirs of the American Folk-Lore Society ; XXVI-1) (XXVI-3)

  • En ligne

Texte original : accessible sur HathiTrust
Résumé en anglais : accessible sur HathiTrust

  • Incipit

Teni un becquet (blanc) qui té ca we’té Vauclin, asou habitation yo té ca cuié l’habitation Maci-Maci. I teni yun p’emier fille yo té ca cuié Clémentine. Li teni madame li enceinte. Même jour madame la accouché, madame la mort. Papa a cherché asou la rue case neg’e si pas teni pièce moune qui teni pitit monmaille (ma’maille), té ca baille tété. Comme du faite li t’ouvé yune qui teni quinze jour li té accouché. I poinne i, epi mené i en chateau a. Pitit ma’maille a coumencé tété négresse la. Beché a ba ‘tit ma’maille li a nom Clément. Et ‘tit nég’e la i fai mama a baille nom Hippolyte.

  • Résumé

Wet NurseUn « becquet », vivant au Vauclin, a une fille, Clémentine, et un petit garçon, dont la mère meurt en lui donnant le jour. Il a pour nourrice une femme noire. Clément et Hippolyte vivent comme des frères et vont à l’école ensemble. À l’âge de vingt-et-un ans, Clément part à la recherche d’une fiancée qui lui convienne, accompagné d’Hippolyte. Il trouve et fait sa demande à Macouba, à l’extrémité de l’île. Sur le chemin du retour, ils trouvent un cadavre. Hippolyte revient sur ses pas pour le faire enterrer. Trois nuits à la suite, pendant que le jeune couple dort à la belle étoile, Hippolyte entend les prédictions de trois esprits (« zombies ca vini, mais habillé en belle femme ») qui annoncent la mort des beaux jeunes gens (eau ; pomme ; porche de l’habitation paternelle ; serpent pendant nuit de noces) et édictent un tabou de silence sous peine d’une transformation en marbre pour qui répéterait les secrets entendus. Hippolyte réussit à déjouer tous les dangers, jusqu’au serpent qu’il coupe en deux pendant que les mariés se sont endormis. Ils sont réveillés par le bruit, les morceaux du serpent ont disparu, la chambre est pleine de sang. Hippolyte muet est emprisonné ; il a un mois pour se décider à parler, sinon il sera guillotiné. Au dernier jour, Hippolyte parle et raconte tous les épisodes, se muant progressivement en « yun morceau marb’e ». Clément fait construire une maison autour de la statue et y vit près de son ami pétrifié ; Les mortels sont égauxil annonce une récompense à quiconque le rendra à la vie, et promesse de mort pour ceux qui échoueront. Des médecins se succèdent, venant de partout, la guillotine marche nuit et jour. Un jour, un vieil homme se présente, il passe la main trois fois au-dessus de la tête de la statue puis souffle. Hippolyte revient à la vie. Le vieillard reconnaissant se dévoile ; il a été autorisé à revenir sur terre pour rendre le service reçu. Hippolyte et Clémentine se marient. Vie heureuse de tous les personnages réunis en famille.


Source des images : Le Vauclin / Panoramio (cc) — Wet Nurse / Library Company of Philadelphia — Les mortels sont égaux [détail] / Gallica


Citer ce billet : "ATU 516 : Antillean Creole | I ca tourné yun bulhomme en marb’e", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 11 juin 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/53.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.