ATU 516 : Tamil | The Lost Camel and Other Stories

Paddy fields in Tamil Nadu« The Lost Camel and Other Stories » [Le chameau égaré et autres récits]
Version tamoule. Traduction en anglais
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur
ATU 178 – The Faithful Animal Rashly Killed (The Brahmin and the Mangoose ; The Faithful Dog as Security for a Debt)
ATU 916 – The Brothers Guarding the King’s Bedchamber and the Snake

But permit me to represent to your Majesty the advisability of carefully inquiring into this matter before proceeding to judgment. We ought to ascertain what reasons he had for such a breach of the harem rules; for should we, carried away by anger, act rashly in this affair, we may repent when repentance is of no avail. As an example, I shall, with your Majesty’s permission relate a story.

Source imprimée

Cleeve, Lucas (pseudonyme d’Adelina Georgiana Isabella Wollf, Mrs Howard Kingscote) 1860-1908 — Naṭeśa Śāstrī 1859-1906
Tales of the Sun or, Folklore of Southern India
London ; Calcutta : W.H. Allen, 1890, p. 140-186, n° 13

En ligne

Incipit

There was a city called Alakapuri, famous for all the riches that sea and land can yield, and inhabited by people speaking different languages. In that city reigned a king named Alakesa, who was a storehouse of all excellent qualities. He was so just a king that during his reign the cow and the tiger amicably quenched their thirst side by side in the same pond, the cats and the rats sported in one and the same spot, and the kite and the parrot laid their eggs in the same nest, as though they were “birds of a feather.” The women never deviated from the path of virtue, and regarded their husbands as gods. Timely rain refreshed the soil, and all Alakesa’s subjects lived in plenty and happiness.

Résumé

Noble indienDans la ville d’Alikapuri, vit le roi Alakesa, garant de la paix et du bonheur de son peuple ; quatre jeunes ministres – Bodhaditya, Bodhachandra, Bodhavyapaka et Bodhavibhishana –, ayant quitté le royaume voisin, frappent le roi Alakesa par la sagacité de leur esprit (récit-cadre du chameau égaré) ; il les prend à son service ; ministres principaux, chacun à son tour assure une veille nocturne de trois heures dans la cité. Une nuit, Bodhaditya, premier d’entre les ministres entend des pleurs ; il apprend de la déesse Kali que le roi doit mourir le lendemain, frappé par trois calamités (riz empoisonné, cadeau funeste d’un roi ennemi, serpent dans la chambre royale) ; le ministre, encouragé par sa dévotion à la déesse, intervient à chaque étape périlleuse et empêche le roi d’être atteint ; pendant la nuit, il tranche en deux le serpent agresseur ; il essuie avec son doigt une goutte de sang sur le sein de la reine ; les morceaux du serpent et son doigt tranché sont jetés sur le ciel de lit ; la reine réveillée se plaint au roi du comportement irrespectueux du jeune homme.

Furieux, décidé à mettre à mort l’intrus ayant pénétré dans la chambre royale, le roi Alakesa interroge les trois autres ministres lors de leur ronde nocturne. Chacun à son tour, en contant des récits exemplaires de sauveteurs suspectés à tort, cherche à détourner le roi d’une décision précipitée qu’il risque de regretter par la suite ; lui sont présentées les histoires : – du chien fidèle abattu sans réflexion par son maître ; – de la mangouste tuée alors qu’elle avait sauvé un bébé d’un serpent ; – de l’aveugle, abandonné par sa femme infidèle, qui accuse un généreux couple sauveteur à sa sortie de la jungle.

Le lendemain, le roi Alakesa convoque le conseil des anciens et leur demande un avis sur les événements de la nuit ; ils gardent le silence ; un ancien conseiller raconte une autre histoire de hasard malheureux et fatal, celle de la mangue merveilleuse, ajoutant : « il nous incombe de ne pas agir précipitamment dans cette affaire de Bodhaditya, que nous devons soigneusement passer au crible avant d’exprimer notre opinion quant à la punition qu’il mérite de la part de Votre Majesté. » Étant sommé de s’expliquer, le ministre Bodhaditya ajoute un autre récit d’un innocent accusé de meurtre sans investigation ; il dévoile les trois calamités qui menaçaient de mort le monarque et en fournit les preuves ; la fidélité du ministre est reconnue et il est loué par tous. Après avoir rappelé l’histoire du serpent sauvé du feu, le roi fait amende honorable (actions pieuses pour compenser son erreur). Vie heureuse et règne prospère.


Source des images : Mangue / Nando cunha (cc-by-sa-3.0) — Paddy Fields, Tamil Nadu / Challiyan (cc-by-sa-2.5) — Noble indien / BnF.


Citer ce billet : "ATU 516 : Tamil | The Lost Camel and Other Stories", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 19 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5279.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.