ATU 516 : Kabyle | Le fils du sultan né d’une tête de veau

Djurdjura« Le fils du sultan né d’une tête de veau »
Version kabyle. Conté à Paris le 16 février 1963 par Yusuf Hamani, environ 35 ans, natif d’Aït Lahcène (Aït Yenni), collecté par Geneviève Massignon. Conte tenu de son père
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

Quand le fils du sultan vint à l’abreuvoir pour faire boire le cheval bleu, la vieille femme était encore là occupée à puiser l’eau avec une coquille de gland ; elle lui dit : — Ce cheval est bien celui qui te convient ; mais pour que ton bonheur soit complet, il ne te faut pas seulement un cheval ; à présent, il te faut songer au mariage. Pour cela, tu devras aller dans un pays éloigné de plusieurs jours de marche bien au-delà de tous les villages que tu connais pour trouver la fille d’un autre sultan qui t’est destinée. Le jeune homme dit : — Je verrai dans mes livres sacrés si cette princesse est bien celle qui m’est destinée, et si cela est vrai, je partirai la chercher, dans ce pays éloigné, comme tu me le dis.

Source manuscrite et enregistrement sonore

Massignon, Geneviève 1921-1966
Contes kabyles
Version orale inédite : notes manuscrites ; enregistrement sonore (kabyle et français), 16 février 1963
Bibliothèque nationale de France, département de l’audiovisuel, Fonds Geneviève Massignon

Incipit

Il y avait une fois dans une ville un sultan et son épouse ; ils auraient été très heureux s’ils avaient pu avoir un enfant. Un jour la sultane sort pour acheter de quoi faire un repas, elle choisit une tête de veau. Pendant qu’elle préparait ce qu’il faut pour assaisonner la tête de veau, elle s’est écriée, en la regardant : — Oh ! si seulement je pouvais avoir un fils, comme mon bonheur serait grand ! Alors il est arrivé quelque chose d’inimaginable : de la tête de veau a surgi un petit enfant. La sultane n’en croyait pas ses yeux ; ce petit enfant était bien vivant et c’était le fils qu’elle avait tant désiré.

Résumé

Un sultan et son épouse n’ont pas d’enfants. En préparant un repas, la sultane exprime le désir d’avoir un fils ; un petit enfant sort miraculeusement de la tête de veau ; les parents élèvent secrètement leur fils (une seule servante, carreaux opaques) sans aucun lien avec le monde extérieur ; un jour, la servante lui sert du couscous où il reste un os ; le prince le lance contre un carreau qui se brise ; il s’échappe la nuit pour découvrir la ville. Armé d’un sabre, il supprime les passants qui le gênent sur sa route ; on s’émeut de ces crimes mystérieux ; le sultan promet une récompense. Une vieille, perchée dans un arbre, découvre le jeune homme ; elle en parle au sultan qui la récompense ; son père fait promettre au prince de ne plus couper les têtes des habitants. Un jour, le fils du sultan rencontre la vieille au puits ; il est pressé ; elle le fait patienter pour faire boire son cheval ; il doit en demander un autre à son père, un cheval bleu, « né le même jour que lui » ; manque aussi à son bonheur le mariage avec la fille du sultan d’un pays lointain ; les livres sacrés lui confirment que leurs destins sont liés.

Le prince part à la recherche de la fiancée lointaine, accompagné par une escorte de cent soldats ; nourris de galettes mi-salées mi-amères, tous reviennent chez le sultan ; seul le dernier ne se plaint pas ; ils poursuivent ensemble la quête. Tous deux arrivent dans la ville où la princesse vit enfermée ; le compagnon achète du « kif » qu’il donne aux gardes pour pouvoir l’approcher ; elle vérifie que la destinée du prince est bien liée à la sienne dans ses livres de divination. La jeune fille prie son père de lui accorder une sortie exceptionnelle ; les deux jeunes hommes l’enlèvent ; leurs poursuivants sont entièrement tués ; réconciliation avec le sultan à la troisième tentative ; fête de mariage.

Les trois voyageurs repartent vers le pays du prince. Lors d’une étape, le couple dort, le compagnon veille en « surveillant les chevaux » ; un couple de pigeons se pose sur le toit ; il annonce le danger qui menace les trois amis sur leur parcours (deux montagnes qui s’entrechoquent) et l’interdiction de répéter le secret sous peine d’être « changé en caillou ». Le compagnon pique l’orgueil du fils du sultan, ils lancent leurs chevaux et tous deux franchissent d’un bond les deux montagnes, la mariée en croupe derrière son époux ; arrivée  à destination sains et saufs. Fête de sept jours et sept nuits.


Source des images : Tête d’un veau / California Historical Society, ca 1920 — Massif du Djurdjura / MaghrebNet1 (cc-by-sa-4.0) — Cheval bleu / Franz Marc ; Lenbachhaus, Munich (cc-by-sa-4.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Kabyle | Le fils du sultan né d’une tête de veau", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 18 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5271.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.