ATU 516 : Kabyle | Die Fischjungfrau

Grande Kabylie« Die Fischjungfrau » [La jeune fille djinniyya des eaux]
Version kabyle. Traduction en allemand
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur
ATU 410 – Sleeping Beauty / La Belle au bois dormant
ATU 217 – The Cat with the Candle / Le chat et la chandelle
ATU 400 – The Man on a Quest for His Lost Wife / L’homme à la recherche de son épouse disparue

Eines Tages nun sah die Tochter des Agelith zum Fenster heraus. Sie sah Akkarui-Buthluva zum Bade gehen. Das Mädchen erschrak und sagte bei sich: ,,Dieser Mann ist so schön wie ein Stern. Diesen Mann will ich heiraten.“ Das Mädchen ließ ein Weizenkorn fallen. Der Bursche sah es. Er sah empor. Er sah das Mädchen und sagte bei sich: ,,Dieses Mädchen ist schön wie der Mond; dieses Mädchen muß ich heiraten.“ Der Bursche hob das Weizenkorn auf und steckte es in den Mund.

Source imprimée

Frobenius, Leo 1873-1938
Atlantis. Volksmärchen und Volksdichtungen Afrikas. Volksmärchen der Kabylen. III. Band: Das Fabelhafte.
Jena : Eugen Diederichs, 1921, p. 265-271, n° 50

En ligne

Incipit

Ein Agelith hatte einen Sohn, der hieß Akkarui (Kopf) — Buthluva (dessen Gedanken unruhig sind, theluva [unruhige]). Der Vater liebte ihn sehr. Akkarui-Buthluva war ein starker und tapferer (ithad resp. thätha) Bursche, der alle Tage auf die Jagd ging. Der Bursche wuchs heran. Eines Tages kam er zu seinem Vater und sagte: ,,Mein Vater, erlaube mir eine Wanderung zu machen.“ Der Agelith sagte: ,,Mein Sohn, du bist noch zu jung. Hier herum ist es schön. Weiter fort gibt es dann nur noch Kraut und Wald. Warte, bis du älter bist, dann wirst du selbst sehen, daß es hier am besten ist.“ Der Bursche sagte: ,,Mein Vater, laß mich gehen.“

Résumé

Le fils d’un agellid, Akkarui Buthluva, courageux et rusé, part découvrir les pays lointains et trouver une bonne épouse. Il traverse les Sept Mers en se laissant porter par le courant ; après avoir trouvé une caisse d’or sur la rive, il arrive dans une grande ville ; il loge chez un cafetier, face au palais de l’agellid du lieu ; cet agellid a une fille, très belle, qui dort un mois sur deux. Le prince et la princesse s’aperçoivent et tombent amoureux ; ils communiquent par gestes et aussi grâce à la servante noire de la jeune fille. Le père de la belle demoiselle n’accepte de la marier qu’à celui qui ramènera cent sacs de haricots du pays des Juifs.

Akkarui Buthluva se désole au bord de la mer ; une belle djinniyya des eaux lui vient en aide ; elle lui fait traverser la mer. Chat de nuitUne fois arrivés à destination, ils se marient ; vie heureuse ; naissance de deux enfants. Le marchand juif surveille ses biens en permanence ; il a chargé un chat dressé de monter la garde avec une chandelle allumée ; plusieurs hommes sont morts pour avoir tenté de gagner le pari (chandelle tombée et éteinte) ; Akkarui Buthluva se présente à son tour ; il dupe le chat avec un rat vivant suspendu au bout d’une corde par le toit ; le gagnant prend possession des richesses du marchand et le fait exécuter ; il prend la mer avec sa famille et les cent sacs de haricots réclamés par le père de la jeune fille, belle comme le clair de lune. Au cours du voyage, son épouse djinniyya disparaît dans la mer avec les deux enfants.

Akkarui Buthluva livre les sacs demandés à l’agellid ; il épouse sa fille ; peu après, pris de nostalgie, il va au bord de la mer et appelle sa première épouse ; elle ne répond pas ; il se jette à l’eau et dérive pendant six mois ; il tente encore à deux reprises de retrouver son épouse de la mer. Convaincue de son amour, la djinniyya rejoint Akkarui Buthluva ; il la retrouve ainsi que ses deux enfants et est prêt à se séparer de la fille de l’agellid. La première épouse l’en dissuade ; tous réunis, ils sont transportés magiquement de l’autre côté de la mer, là où avait vécu le marchand juif. Akkarui Buthluva devient agellid du pays ; vie heureuse.


Source des images : Artisanat kabyle / AGHU/M.O. (cc-by-sa-1.0) — Grande Kabylie / Leo Wehrli, 1935 — Chat, la nuit / Michael Linnenbach (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Kabyle | Die Fischjungfrau", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 16 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5238.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.