ATU 516 : German | Von der wunderschönen Prinzess, verwünscht im wilden Meer in der Steinklippe

Falaises de Trzęsacz« Von der wunderschönen Prinzess, verwünscht im wilden Meer in der Steinklippe » [La merveilleuse princesse, ensorcelée au bout de la mer sauvage, dans la falaise de pierre]
Version de Poméranie
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

Endlich war auch diese Stube fertig, Prinz Karl war der erste, welcher über die Schwelle trat. Aber kaum stand er in dem Gemache, so sank er auch schon leblos zu Boden; denn an die Wand war von den Malern die wunderschöne Prinzess, verwünscht im wilden Meer in der Steinklippe, gemalt worden, und das Bild hatte es dem Prinzen angethan. Wie er nach langer Zeit aus der Ohnmacht wieder erwachte, sprach er zu Prinz Friedrich: „Bruder, wir müssen die verwünschte Prinzessin erlösen. Bekomme ich sie nicht zur Frau, so muss ich sterben! “

Source imprimée

Jahn, Ulrich 1861-1900
Volksmärchen aus Pommern und Rügen
Norden ; Leipzig : Diedrich Soltau’s Verlag, vol. 1, 1891, p. 36-44, n° 7
(Forschungen herausgegeben vom Verein für niederdeutsche Sprachforschung ; 2)

En ligne

Incipit

In einem Dorfe lebte einmal ein kluger Bauer. Eines Tages ging er auf das Feld, um seinen Acker zu bestellen; da begegnete ihm der König, der sah so betrübt aus. Fragte ihn der Bauer: „Warum bist du so traurig? Du hast doch alles, was du dir wünschst, und brauchst für nichts Sorge zu tragen!“ Der König antwortete darauf: „Recht hast du; ich besitze viele Reichtümer und Schätze, aber dennoch bin ich unglücklich; ich habe keine Kinder!“ – „Wenn‘s weiter nichts ist,“ erwiderte der Bauer, „so gieb dich zufrieden; über‘s Jahr wird deine Frau niederkommen und einen Sohn gebären.“ – „Trifft das ein, so weiss ich‘s dir Dank,“ versetzte der König und kehrte in sein Schloss zurück.

Résumé

Un roi sans enfants rencontre un paysan avisé qui lui annonce une naissance dans un an. La prédiction se réalise ; le roi veut récompenser l’homme. Le paysan propose au roi d’élever comme des frères son propre fils avec le sien, né le même jour. Le fils du roi est nommé Karl, celui du paysan Friedrich. À la chasse, Friedrich est attiré par un oiseau coloré, mais son frère l’abat ; en colère, Friedrich jette l’oiseau mort dans un plan d’eau proche ; l’animal s’envole à nouveau (source de vie). Le roi fait construire un pavillon de chasse pour ses fils ; en le visitant, le prince Karl s’évanouit lorsqu’il découvre le portrait d’une merveilleuse princesse ensorcelée. Les deux princes partent en quête de la belle lointaine. Arrêt nocturne dans une cabane au cœur de la forêt : une jeune fille vêtue de noir les accueille puis disparaît : leurs désirs sont exaucés (écurie, chaises, repas, lits) ; Karl s’endort ; Friedrich veille. La jeune fille en noir apparaît à onze heures, soupe avec son père et dévoile la quête des deux princes ; trois soirs de suite, elle précise les moyens de réussir l’entreprise (boule d’or, épée d’or, baguette d’or), tous confiés au prince Friedrich. La princesse ensorcelée, au bout de la mer sauvage, derrière douze portes dans la falaise de pierre, est destinée à son frère ; elle saute au cou du prince Karl ; Friedrich, quant à lui, enlace la belle soubrette ; tous les quatre prennent le chemin du retour au pays. Ils s’arrêtent dans la cabane de la forêt.

Lac, Drawienski ParkSeul le prince Friedrich veille ; la jeune fille en noir et son père apparaissent à onze heures ; le compagnon fidèle entend que les épreuves ne sont pas terminées : trois nuits, trois prédictions de la jeune fille en noir, l’évitement des dangers est confié au prince Friedrich (pont, vin empoisonné, cheval). À l’arrivée des voyageurs, les desseins de la sorcière, belle-mère de Karl, sont tous contrés ; un soir, elle jette un sort au prince Friedrich sorti sur la plage : le voilà métamorphosé en un gros rocher enfoncé dans le sable. Son frère n’étant pas rentré, Karl parcourt le monde à la recherche de l’absent ; il finit par revenir à la petite maison de la forêt ; révélation de la jeune fille en noir : son frère a été pétrifié par la sorcière. Pour le faire revivre : épée d’or dans la chambre de Friedrich, boisson pour pouvoir la manier, fille de Karl âgée de douze ans sacrifiée sur la pierre. Friedrich reprend sa forme humaine ; joie des retrouvailles ; tristesse pour la fillette morte. Friedrich la porte à la source : elle est ressuscitée par l’eau de la vie, comme l’oiseau au début de l’histoire. La sorcière est punie (morte neuf fois). Bonheur et paix pour les deux frères et leurs épouses tout au long de leur vie.


Source des images : Reine / maquette de costume — Falaises de Trzęsacz / Hans Hartig — Lac, Poméranie / NH2501 (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : German | Von der wunderschönen Prinzess, verwünscht im wilden Meer in der Steinklippe", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 12 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5221.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.