ATU 516 : Georgian | La femme pétrifiée

Starii Suramskii pereval« La femme pétrifiée »

Version géorgienne. Traduction en français.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

… mais souviens-toi : à peine aurai-je parlé, que je deviendrai de pierre et rien ne saurait plus me rendre à la vie sauf l’eau ayant servi au soleil pour sa toilette.

  • Source imprimée

Bouatchidzé, Gaston 1939-
Le Frère de Cendrillon : contes populaires géorgiens
Paris : Publications orientalistes de France ; [Moscou] : Éditions Radouga, 1988, p. 26-33

  • Incipit

Qu’y avait-il ou que n’y avait-il pas, qu’y a-t-il de meilleur que Notre-Seigneur ? Il était une fois un roi qui avait douze filles. Dieu le voulut et la reine fut à nouveau enceinte. Lorsqu’approcha le jour où l’enfant devait naître, le roi dit à sa femme :
— Va accoucher dans la forêt. Si tu donnes naissance à un fils, tu me l’amèneras. Si c’est une fille, je ne désire même pas la voir : tu es libre de l’abandonner dans la forêt ou de la jeter à l’eau.
Que pouvait faire la pauvre reine ? Oserait-elle désobéir à l’ordre de son époux ? Elle se leva donc un soir, prit sous son bras une couverture et se mit en route. La cadette des filles vit partir sa mère et suivit ses pas.

  • Résumé

Un roi, père de douze filles, dit à sa femme à nouveau enceinte qu’il n’acceptera qu’un fils. Au moment de la délivrance, la reine part accoucher dans une lointaine forêt. Sa fille cadette la suit. Sa mère étant installée sous un chêne, la fille part chercher du feu. La nuit tombe ; cachée dans un arbre, elle entend trois pythonisses prédire le sort réservé à son frère nouveau-né (à douze ans, tombé d’un sapin ; à seize, chute d’un poulain ; à vingt, fiançailles, serpents dans habits offerts) et le tabou de silence associé à ces paroles. Le roi montre sa joie devant la naissance d’un fils . À chaque anniversaire dangereux, maladie prétendue de la sœur, rêve supposé, demande d’abattre arbre puis poulain. Aux fiançailles, elle s’interpose, réclame un feu et secoue au-dessus les vêtements d’où tombent des serpents. Le frère veut une explication malgré les réticences de la jeune fille ; elle raconte tout et se change progressivement en pierre. Elle a indiqué à son frère la solution pour la sauver. Il part, chaussé d’escarpins de fer, avec son bâton de fer, et voyage vers le pays du soleil. Là où « la terre se rapproche du ciel à une distance de neuf lances », il escalade les bois d’un énorme cerf de pierre et arrive sur une terre où il marche longtemps, jusqu’à une tour de diamant. La mère du soleil écoute son histoire et lui promet de l’aider. À son arrivée, le soleil sent l’odeur humaine. Sa mère le distrait, il soupe et va dormir. Le lendemain, la mère du soleil donne au prince l’eau de la toilette de l’astre d’or. Le fils du roi repart, délivre le cerf pétrifié et revient au palais de son beau-père. Il asperge sa sœur avec l’eau magique et la ranime. Joie mutuelle. Affection fraternelle inaltérée.

Source des images : La Prudence / Wikimedia Commons — Старый Сурамский перевал / Wikimedia Commons

Citer ce billet : "ATU 516 : Georgian | La femme pétrifiée", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 1 juillet 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/520.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.