ATU 516 : Hungarian | Világ két szép népje

Lake Ursu« Világ két szép népje » [Les deux personnes les plus belles au monde]
Version hongroise (sicule). Collecté dans les régions de Szováta et Nagysolymos
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

Ekkor Katona János az kardja markolatján megesketi tizenkét versen, valameddig ők élnek e világon, mindig ugy hijja őtet: “Édes testvér bátyám!” Ekkor ők ketten utnak indulnak. Elérik ők a Fekete-tenger martját. Hát lássa az öreg Katona János, hogy egy ló az iszapba belé vagyon dőlve. Kihuzza onnét, megnyuzza s a Fekete-tengerre csinál belőle egy hajót. Ekkor lehuzza a papucsát, belerugja a hajóba s lessz beléje egy arany bót mindenféle portékával telis-teli. Annak a hajónak csinált ő egy köszörümankót s avval hajtotta. Mikor elérkezik a Zorombarát király udvarához, kikötte a hajót a királyi udvar falához.

Source imprimée

Mailand, Oszkár 1858-1924
Székelyföldi gyűjtés
Budapest, Athenaeum, 1905, p. 534-543, n° 12
(Magyar népköltési gyűjtemény ; 7)

En ligne

Incipit

Egyszer egy király élt a feleségivel száznegyven esztendőt, száznegyven esztendő alatt soha gyermekük nem vót. Mikor a száznegyven esztendő betőtt vóna, akkor született a királynénak egy fia. Azt ők hát, hogy csak az az egy vót, tizenkét esztendő előtt a napra ki nem bocsátották. Mikor a tizenkét esztendő betőtt vóna, mondja a királyfiu: “Felséges királyatyám, ajj mint szeretném a katonaságát meglátni.”

Résumé

Világ két szép népjeUn roi et une reine ont vécu jusqu’à l’âge de cent quarante ans, sans jamais avoir d’enfant. Après cette période, la reine accouche d’un fils ; il reste enfermé au palais jusqu’à douze ans ; le prince, très beau, demande alors à passer en revue l’armée avec son père ; tous l’admirent, sauf un très vieux soldat, János : il connaît une jeune fille qui le surpasse sept fois en beauté, la fille du roi Zorombarát ; désir immédiat du prince ; le vieux János accompagnera le prince dans sa quête s’il fait avec lui un serment de fraternité jusqu’à la mort. Ils descendent vers la mer Noire ; d’un cheval enfoncé dans la boue dont János arrache la peau, naît un navire ; de ses souliers fracassés surgit un comptoir de marchandises précieuses ; lorsque les voyageurs parviennent à la cour du roi Zorombarát, on amarre le navire au mur du palais ; une servante vient voir, puis sa maîtresse ; la fille du roi entre dans le bateau ; elle rencontre un très beau jeune homme ; le vieux János fait repartir le navire, avec la belle princesse enlevée à son bord.

Danse hongroiseÀ partir de ce moment-là, il surveille régulièrement si quelque bête ne vient pas enlever le beau couple ; pendant trois nuits, trois colombes annoncent des dangers menaçant la princesse (chevaux à l’arrivée, vin empoisonné, enlèvement par le roi des enfers) et l’interdiction de les révéler. Le vieux János intervient chaque fois à propos ; dans la chambre nuptiale, après la mort du roi de la géhenne, János nettoie le sang répandu et lèche la goutte tombée sur le visage de la mariée ; le vieux roi espionne par le trou de la serrure ; le lendemain, il accuse le compagnon fidèle devant le conseil et le fait condamner à mort. Le vieux János répète les conversations des colombes et se pétrifie jusqu’au cou ; il est installé sous le miroir dans la chambre du couple princier. Sept ans plus tard, deux enfants naissent. Un jour, pendant qu’il les garde, le prince s’endort ; il rêve : couper le cou des deux enfants, recueillir le sang, asperger la statue, retour de János âgé de dix-sept ans, couper les corps des enfants en morceaux, les jeter dans l’étang, enfants ressuscités. Le prince agit comme dans le rêve : retour de János adolescent, repas joyeux, enfants vivants jouant avec une pomme d’or. La princesse revient ; étonnement devant le jeune soldat ; vérification d’une marque dans son dos. Joie. Fraternité renouvelée et toujours vivante.


Source des images : Mariage / Konstantin Makovsky — Lake Ursu, Szováta / Christo (cc-by-sa-4.0) — Danse hongroise / Jozsef Bikkessy Heinbucher.


Citer ce billet : "ATU 516 : Hungarian | Világ két szép népje", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 7 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5170.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.