ATU 516 : Canadian French | Ti-Jean et le secret des deux corbeaux

Lac Abitibi« Ti-Jean et le secret des deux corbeaux »
Version en français canadien. Conté le 17 juillet 1958 par Stanislas Perron (1890-1963), 68 ans, à La Sarre, Abitibi, Québec. Natif de Saint-Stanislas, comté de Champlain [Saint-Stanislas (Les Chenaux), Mauricie]. Conte appris de son père en 1905.
ATU 505 – The Grateful Dead / Le mort reconnaissant
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

Les deux amis décident d’aller faire une promenade dans la ville. Chacun va de son côté. Le prince choisit une rue et son compagnon, une autre. Bientôt, le jeune prince passe près d’une bâtisse. Il y aperçoit un tas de fumier sur lequel est étendu un cadavre que des pourceaux sont en train de dévorer. Le prince est bien peiné de ce spectacle. Dégoûté, il se dirige vers la maison du présumé propriétaire. Il frappe à la porte. Une jeune femme lui ouvre. « Voulez-vous bien me dire, madame, ce qui se passe près de votre étable ? Sur le tas de fumier, il y a un cadavre que les pourceaux sont en train de dévorer ! »

Source imprimée

Lemieux, Germain 1914-2008
Les Vieux m’ont conté
Montréal : Éditions Bellarmin ; Paris : Maisonneuve et Larose, 1975, tome 5, p. 13-58, n° 1

En ligne

Incipit

Il est bon de vous dire que c’est l’histoire d’un roi. Ce roi avait eu, avec bonheur, un fils de sa première femme. Un jour, il eut le malheur de perdre sa vieille reine. Le jeune fils avait alors environ douze ans. Après quelques années, le vieux roi adopta un jeune homme nommé Ti-Jean que l’on considéra bientôt comme l’enfant de la maison. Le jeune prince avait grandi en même temps que le jeune Ti-Jean et tous deux se comportaient comme des frères.

Résumé

EnterrementUn roi a un fils ; la reine meurt quand le prince a douze ans. Le roi adopte un garçon nommé Ti-Jean ; les deux jeunes gens se comportent comme des frères. Puis le roi se remarie ; devant l’hostilité de sa belle-mère, le prince de Ronzeau part en voyage avec Ti-Jean en quête d’une épouse. Lors d’une escale, le prince fait enterrer un mort jeté sur le fumier à cause de dettes non payées.
L’arrivée du navire, pris pour un monstre, dans le port d’une grande ville jette la population dans une grande frayeur ; le prince fait connaissance de la belle princesse Félicie ; ils se plaisent. Lors d’une visite du bateau avec ses parents, la princesse est enlevée alors que le roi et la reine reviennent à quai. Déjà amoureuse, elle est rassurée par les explications et la promesse de mariage de son soupirant. Pendant que Ti-Jean pilote le navire la nuit, il entend par trois fois un couple de corbeaux prédire les dangers de mort (vin empoisonné, jument, dragon, statues de sel dans la forêt) qui menacent le jeune couple. Ces secrets ne doivent pas être révélés sous peine de métamorphose en marbre. Ti-Jean permet au bateau de résister à une tempête prédite également par les corbeaux.

Les voyageurs débarquent ; accueil chaleureux du roi ; préparation des noces. Fomentés par la belle-mère du jeune marié, les pièges sont déjoués grâce à Ti-Jean : la reine est acerbe, le prince reste bienveillant. Pendant le combat nocturne de Ti-Jean contre le dragon dans la chambre nuptiale, les mariés perdent connaissance ; on se précipite ; la chambre est pleine de sang ; Ti-Jean est accusé par la belle-mère et condamné à mort. Le fidèle compagnon explique ses actes et se pétrifie par paliers. Désespoir du jeune couple ; emportant la statue, le prince et la princesse quittent le royaume ; ils s’installent dans un village. Deux jumeaux naissent. Un jour, pendant que la princesse Félicie est à la messe, le prince s’assoupit : un rêve impérieux lui ordonne de jeter ses enfants dans le poêle pour sauver son ami pétrifié. Après trois injonctions, le prince agit et s’enfuit dans la rue ; quand il revient dans la maison, un cadavre est assis ; sur ses genoux le prince voit ses propres enfants riant. Le mort reconnaissant est revenu le récompenser : il a suscité l’illusion du sacrifice dans le feu ; Ti-Jean est ressuscité. Paix et bonheur de la famille réunie.


Source des images : Navire / Carl Rasmussen, 1878 — Lac Abitibi, 1910Enterrement / BNF, Latin 4915, fol. 252v.


Citer ce billet : "ATU 516 : Canadian French | Ti-Jean et le secret des deux corbeaux", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 5 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5149.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.