ATU 516 : Kajkavian | Freitag und Samstag

Varaždin« Freitag und Samstag » [Vendredi et Samedi]
Version en dialecte kaïkavien. Traduction en allemand. Collecté par Matija Valjavec dans la région de Varaždin1
ATU 613 – The Two Travelers / Les deux voyageurs
ATU 554 – The Grateful Animals / Les animaux reconnaissants
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur
ATU 400 – The Man on a Quest for His Lost Wife / L’homme à la recherche de son épouse disparue

Samstag reiste gar weit, und einmal stieß er auf drei Teufel, die sich heftig um einen Opanak herumbalgten. Er fragte sie: „Welchen Nutzen bringt denn dieser Opanak?“ — Doch sie wollten nicht mit der Farbe herausrücken, er verstand aber keinen Spaß und schlug sie braun und blau, worauf ihm einer von ihnen zurief: „Halt ein, halt ein, ich gebe dir Auskunft. Schlägst du mit dem Opanak auf die Erde, so kommst du im Nu durch neun Königreiche.“

Source imprimée

Krauss, Friedrich Salomon 1859-1938
Sagen und Märchen der Südslaven in ihrem Verhältnis zu den Sagen und Märchen der übrigen indogermanischen Völkergruppen
Leipzig : Wilhelm Friedrich, 1883, vol. 1, p. 306-311, n° 74

En ligne

Incipit

Einst giengen zwei Soldaten auf Urlaub nach Haus. Der eine hieß Freitag der andere Samstag. Freitag fastete auf dem ganzen Wege und vergönnte sich nie einen Bissen Fleisch, während Samstag seinen ganzen Zehrpfennig verbrauchte und sich bald gezwungen sah, Freitag anzubetteln. Geld hergeben mochte Freitag auf keinen Fall, doch sagte er, er wolle Samstag einmal satt zu essen geben, wenn er sich ein Aug ausstechen lasse. Hunger tut weh, und unser Samstag ließ sich lieber ein Aug ausstechen, ehe er verhungerte.

Résumé

OpanakDeux soldats en congé, Freitag et Samstag, font route ensemble vers leur pays. Freitag se prive, Samstag dépense tout ; il a faim, pour lui donner à manger, son compagnon lui crève un œil, puis l’autre ; il l’abandonne dans un fossé ; à ses gémissements, arrive un corbeau ; une plume de son aile guérit le soldat aveuglé. Samstag rentre chez lui ; plus tard, officier, il retrouve Freitag et le fait décapiter.
Après son service, Samstag repart dans le monde avec ses deux frères, chacun cherchant une épouse de son côté. En chemin, il guérit deux animaux aveugles (souris, renard), puis rencontre trois diablesses se disputant un opanak ; à force de coups, il obtient le pouvoir de l’objet. Il frappe du pied et se retrouve dans le neuvième royaume : une ville en noir, une fontaine tarie (crapaud) qu’il libère ; une autre ville, une princesse malade (crapaud) ; crapaud bouilli dans le lait, princesse frottée avec le résidu fermenté, princesse guérie ; le roi accorde sa fille en mariage, départ du couple en carrosse avec un cocher ; un oiseau noir menaçant accompagne le cortège ; à l’arrivée, le cocher déchire l’oiseau en morceaux.

Samstag retrouve sa famille et lui présente son épouse ; ses belles-sœurs, jalouses, persuadent la jeune reine de ranger sa belle robe et d’enfiler de simples vêtements ; la robe royale est volée et brûlée ; au matin, la jeune épouse a disparu. Samstag part à sa recherche ; il rencontre trois diables qui se disputent un bonnet ; menacés, l’un avoue : le bonnet pétrifie tout. Avec son opanak, Samstag se retrouve dans le royaume de son épouse ; à nouveau, le couple repart avec le même cocher. En chemin, halte dans deux auberges ; chaque fois, le cocher entend les filles de cuisine prédire les embûches et les dangers qui menacent les voyageurs (montagne, baguette, trois chemins ; café empoisonné, baguette, pont de verre). Présence de l’oiseau noir tout au long du voyage de retour ; à l’arrivée, l’oiseau est repoussé vers l’écurie, le cocher le déchire en morceaux. Joie et bonheur pour Samstag, la reine et le fidèle cocher jusqu’au bout de leur vie.

 


Source des images : Pandoures / Representation au vrai des peuples de la Hongrie qui ont paru dans la guerre en Boheme, en Silesie, en Baviere, & sur les frontieres de France, en 1741, 1742, 1743, 1744 &cVaraždin / dominkod (cc-by-3.0) — Opanak / CristianChirita (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Kajkavian | Freitag und Samstag", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 5 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5142.
  1. L’origine du conte est précisée dans l’introduction de l’ouvrage, Sagen und Märchen der Südslaven (p. xxiii-xxiv). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.