ATU 516 : Czech | Die drei Tauben

« Die drei Tauben » [Les trois colombes]
Kadan river, BohemiaVersion tchèque. Traduction en allemand.
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

„Keinesfalls,“ äußerte eine von ihnen, „deßhalb sind wir nicht gekommen, wir wollen Euch vielmehr zum letzten Male vor einer großen Gefahr warnen. Verfüge Dich sogleich in das Brautgemach. Schon ist die Zauberin, Eure Feindin, dort eingedrungen, und wartet unsichtbar auf die Ankunft der jungen Gatten, um sich ihrer sogleich zu bemächtigen. Ihre Anwesenheit wird sich Dir durch einen leisen Pfiff verrathen, Du aber ziehe ungesäumt das Schwert und fechte damit in der Luft nach allen Seiten hin, bis Du sichere Anzeichen hast, daß die Zauberin überwunden sei. Nach vollbrachter Arbeit stelle Dich wieder auf diesem Platze ein, wo auch wir Dich um einen Dienst ersuchen werden.“

Source imprimée

Malý, Jakub 1811-1885 – Waldau, Alfred 1837-1882, traducteur
Böhmisches Märchen
Prag : Kath. Gerzabek, 1860, p. 407-425
Traduction de : « Tři holubice » [1845]

En ligne

Incipit

Schon ist es lange her, wo ein König lebte, der Daroklej hieß. Seine Unterthanen liebten ihn wie einen Vater, denn er war gütig und gerecht; er besaß ungeheure Reichthümer und als das kostbarste Kleinod eine schöne und liebenswürdige Gemalin; aber sieben Jahre schon lebte er mit ihr, und noch hatte sie ihn nicht mit einem Leibeserben beschenkt, dem er seine großen Länder und aufgehäuften Schätze hätte hinterlaßen können. Dies trübte sein Glück so sehr, daß er bald in Schwermuth verfiel; nicht minder nahm die Königin sich’s zu Herzen, daß sie ihren so innig geliebten Gatten nicht vollkommen glücklich machen könne. Vergeblich wurden im ganzen Reiche öffentliche Gebete angeordnet, um dem Könige einen Thronerben zu erflehen, das Schicksal schien ihm dieses Glück nicht gönnen zu wollen.

Résumé

Le roi Daroklej et son épouse n’ont pas d’enfant. Au bout de huit ans, la reine fait pendant trois nuits le même rêve ; alors, le roi fait abattre un grand cyprès ; on trouve un coffret en bois précieux : à l’intérieur, un bel enfant, qui est prénommé Oroš ; peu de temps après, un fils naît à la reine : Milan. Élevés comme des frères, Oroš et Milan deviennent des jeunes hommes accomplis. Le roi leur confie les clés du trésor ; passant outre son interdiction, ils découvrent, dans la dernière chambre, un portrait : celui de Milibána, fille du roi de l’île aux perles ; les deux frères en tombent amoureux. Ils demandent au roi de pouvoir voyager pour découvrir le monde ; déguisés en marchands, ils arrivent sur l’île. Le père de Milibána refuse de montrer sa fille sous peine de mort ; neuf têtes coupées sont fichées sur des poteaux devant le palais. Déguisés en servants de messe, avec la complicité du chapelain, les deux frères parviennent à voir la belle jeune fille. Attirée par les marchandises que les voyageurs proposent à la vente, Milibána se rend voilée sur le navire ; reconnue à son allure, elle est immédiatement enlevée ; les amoureux lui dévoilent leur qualité, leur quête et leur flamme ; elle choisit Milan.

Les navires envoyés par le roi de l’île aux perles sont tous distancés ; les capitaines sont exécutés ; le roi charge une sorcière de se mettre en chasse pour ramener Milibána et ses ravisseurs. À deux reprises, ensemble, les trois voyageurs entendent trois colombes annoncer la poursuite de la magicienne, les dangers qui les menacent et comment y échapper (énorme tempête, cheval noir). Réjouissances à leur arrivée au palais du roi Daroklej ; mariage splendide. Pendant la soirée, Oroš rencontre à nouveau les colombes : il faut combattre la sorcière cachée dans la chambre nuptiale ; sa présence se signale par un sifflement. De son épée, il combat en tous sens l’air qui siffle ; la sorcière meurt au moment où la noce joyeuse pénètre dans la chambre. Oroš se rend dans le jardin où les colombes lui confient une dernière mission. Le lendemain, il se rend dans un souterrain, éteint trois lanternes allumées : sa mère, une fée puissante, et des deux sœurs l’entourent ; elles sont délivrées de l’enchantement de la sorcière. Départ de la fée ; Oroš et ses jeunes sœurs reviennent au palais. Harmonie. Mariage d’Oroš et de ses sœurs. Les deux frères règnent conjointement à la mort du roi Daroklej.


Source des images : Trois colombes / Berthold Werner (cc-by-sa-3.0) — En Bohême / carte postale — Trouvé dans un coffre / frontispice de l’édition tchèque, vol. 2, 1845.


Citer ce billet : "ATU 516 : Czech | Die drei Tauben", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 3 mai 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5112.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.