ATU 516 : Balochi | The Prince, the Goat-herd and Nainá Bái

Mosquée, Lahore« The Prince, the Goat-herd and Nainá Bái » [Le prince, le chevrier et Nainá Bái]
Version baloutchi. Traduction en anglais.
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

One day by chance the Prince went out to hunt on the bank of a river, and he saw a boat go by. In that boat a most beautiful woman was sitting. Her eyes met the Prince’s eyes, and they fell in love. For a little while the boat was quite close to the Prince, and they continued gazing at each other. Then the river wayled away from that bank towards the other side, and she then placed her hand on her head; then again she put her hand on her eyes; a third time she put her hand on her other arm; thus she signalled to him.

  • Source imprimée

Dames, Mansel Longworth 1850-1922 – Rai, Jamiat 1861-19.., traducteur
Text-book of the Baluchi language
[1893]
Lahore : Punjab Government Press, 1913, p. 17-23, n° 141

  • En ligne

1. Archive.org [en] 1913
2. Hathitrust [en] 1893
3. Archive.org [bal] 1922

  • Incipit

Jujube

There was a certain King who had no son. He went and turned his bedstead upside down by the gate of his fort and laid himself down on it. A Fakír came and said to him: “How is it that you, the King of this land, arc lying here in this way?” He replied: “Fakír, if I tell you, what can you do?” The Fakír said: “King, tell me.” The King said: “The reason is that I have no son.” The Fakír then said: “I will give you an answer to morrow morning.” Next morning the King went to the Fakír, and the Fakír handed him two kunar fruits, saying: eat one yourself and give one to your wife. The King took away the two kunars and ate one himself and gave one to his wife. The King’s wife conceived, and in the tenth month she gave birth to a son.

  • Résumé

Texte balochi, 1922Un fakir qui lui offre deux jujubes, à partager avec la reine, permet à un roi d’avoir enfin un fils. Le roi adopte le fils d’un chevrier né le même jour que le prince ; ils sont élevés comme des frères ; un séjour chez le père chevrier les rapproche davantage ; le prince ne veut plus revenir au palais ; une vieille femme se charge de semer la zizanie ; le prince en rage demande la mort de son frère et ses yeux arrachés : le frère est éloigné ; on montre au prince les yeux d’un chevreau dans une coupe.
Un jour, le prince et une belle femme se croisent en bateau ; elle montre plusieurs parties de son corps avant de s’éloigner ; fou amoureux, le prince se désole, car il n’y comprend rien ; il réclame son ami ; le chevrier lui dévoile l’énigme. Ils partent ensemble pour la ville de Choti [Bala] ; grâce à l’ami, un rendez-vous est arrangé dans un mausolée. Pendant ce temps, le roi de la ville, amoureux de Nainá Bái, la surveille grâce à un devin ; le chevrier dénoue les situations délicates (déguisement, soldats drogués, ordalie par le feu, prince déguisé en mendiant faible d’esprit) ; un dernier tour lui permet de confier le prince, déguisé en belle jeune femme, au beau-père de Nainá Bái : séduction et enlèvement simulés ;  pour éviter un scandale, le beau-père donne sa belle-fille à la place de la belle disparue.
Les trois voyageurs réunis repartent vers lepays du prince. Halte pendant la nuit ; le chevrier rêve ; prémonition de dangers (serpent sur le chemin, boissons empoisonnées, serpent noir dans la chambre des époux, pétrification). L’ami prévient les dangers ; il prétexte un vœu pour protéger le couple la première nuit ; serpent tué ; goutte de sang : épouse réveillée, soupçons du prince, explications, métamorphose. Les époux vénèrent la statue et lui font des offrandes de nourriture ; ils sacrifient leur premier enfant ; sang répandu sur la pierre ; l’ami est vivant à nouveau.


Source des images : Troupeau de chèvres Mosquée, Lahore / User:Amjad.m (cc-by-sa-3.0) — Ziziphus mauritiana / Renjusplace (cc-by-sa-4.0) — Texte baloutche (1922).


Citer ce billet : "ATU 516 : Balochi | The Prince, the Goat-herd and Nainá Bái", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 28 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5044.
  1. Le conte a été publié primitivement dans la revue Folklore, vol. 4, September 1893, p. 285-294, n° 13) — La version en langue baloutchi (translittérée en alphabet latin) figure dans une édition ultérieure plus complète du Text Book of the Balochi Language (Lahore, 1922, p. 11-14), comprenant, outre les textes divers (histoires, légendes, poèmes) en langue originale, une introduction, une grammaire, des résumés et un vocabulaire. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.