ATU 516 : Lithuanian | Von den drei Brüdern, die sich ganz ähnlich waren

Telšiai« Von den drei Brüdern, die sich ganz ähnlich waren » [Les trois frères, qui étaient très ressemblants]
Version lituanienne. Traduction en allemand. Collecté dans la région de Telšiai
ATU 303 – The Twins or Blood-Brothers / Le Roi des poissons ou la Bête à sept têtes
ATU 300 – The Dragon-Slayer / La Bête à sept têtes
ATU 516 – Faithful John / Le fidèle serviteur

Jurgis fragte sie: „Was wärmst du dich nicht am Feuer?“ Die Alte antwortete: „Das ist mir verboten. Gib mir, mein Lieber, Haare von allen dienen Tieren und von dir. Dann wird es mir gestattet sein, mich am Feuer zu wärmen.“ Jurgis gab sie ihr. Die Alte nahm die Haare und warf sie ins Feuer. Da begann ein warmer Regen zu fallen, und Jurgis mit allen Tieren ward zu Stein.

  • Source imprimée

Basanavičius, Jonas 1851-1927 — Boehm, Maximilian Roland 1857-1944 – Specht, Franz 1888-1949, traducteurs
Lettisch-litauische Volksmärchen
Jena : Eugen Diederichs, 1924, p. 196-202, n° 12
(Die Märchen der Weltliteratur)
Traduction de : « Apie tris panašius brolius », extrait de : Basanavičius, Jonas, Lietuviškos pasakos, II, Shenandoah (Pa.), 1902, p. 175.

  • En ligne

1. Maerchen.arpa [de]
2. Aruodai [lt]

  • Incipit

Ein Vater hatte drei Söhne, und alle waren untereinander so ähnlich, daß man sie auf keine Weise unterscheiden konnte. Vater hatte eine alte Stute, die schenkte ihm drei schwarzbraune Fohlen, die alle gleich aufsahen. Als die Brüder erwachsen waren, beschlossen sie, in die Welt zu gehen, um ihr Glück zu suchen. Alle den steckten ihre Messer in die Erde und schwuren einander, wenn eins von den Messern rot würde, so wollten sie nach den suchen, dessen Messer rot geworden war.

  • Résumé

Jonas BasanavičiusTrois frères semblables partent à l’aventure, chacun sur son cheval. Leurs couteaux plantés dans le sol seront témoins de leur bonne ou mauvaise fortune. En chemin, chacun rencontre lion, ours, loup, renard, lièvre ; chaque frère accueille ces nouveaux compagnons. Dans une ville en deuil, le plus jeune, Jurgis, sauve, avec l’aide de ses animaux, la princesse d’un dragon à six têtes ; elle propose de l’épouser ; il reviendra plus tard. Le cocher menace la jeune fille et se prétend vainqueur de la bête ; un bal précède le mariage ; Jurgis est présent ; dans la conversation, le faux-héros se trahit ; il est condamné ; Jurgis épouse la princesse. Pendant la nuit, le jeune marié est attiré par une lumière très brillante dans la forêt ; une vieille près d’un feu l’abuse et le change en pierre avec tous ses animaux.
Le second frère, alerté par la lame rouillée, recherche son frère en danger ; arrivé dans la même ville, la reine se méprend en le voyant ; il est attiré dans le même piège que son cadet ; même pétrification. Le frère aîné reprend la même route ; retrouve les mêmes traces, des détails plus fournis, une reine toujours éplorée. Dans la forêt, la vieille réitère son manège ; le frère aîné la bat, obtient l’eau de source ; toutes les statues sont réveillées ; la vieille est changée en pierre. Les trois frères reviennent au château. Jurgis se fait reconnaître comme époux. Vie harmonieuse (roi et grands personnages).
Un jour, les trois frères décident de revoir leurs parents. Ils partent en grand cortège avec la reine et tous les animaux. À la nuit, arrêt dans une maison abandonnée : les lits sont faits, tous se couchent. Le second frère veille ; apparition à minuit d’une belle jeune fille ; elle annonce des dangers pour la reine et tous les voyageurs (fantôme cannibale, repas chez les parents). Le frère tranche la tête du fantôme ; goutte de sang sur la reine ; Jurgis tranche la tête qui s’approche. Surprise au réveil ; le frère aîné utilise l’eau magique pour ressusciter le second frère décapité. Arrivée chez les parents ; le repas est prêt ; écart brusque du cheval : tout se renverse. Nouveaux préparatifs ; réjouissances ; tous reviennent en famille dans le royaume. Vie heureuse.


Source des images : Trois frères / Kusurija (cc-by-sa-4.0) — Telšiu / Zordsdavini (cc-by-sa-3.0) — Jonas Basanavičius, 1905.


Citer ce billet : "ATU 516 : Lithuanian | Von den drei Brüdern, die sich ganz ähnlich waren", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 27 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5036.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.