ATU 516 : Kabyle | Laćhia und Delesim

Oued, Algérie« Laćhia und Delesim » [Lehia et Delsim]
Version kabyle. Traduction en allemand.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Als es Nacht war, kamen sie an einen See. Laćhia sagte: „Hier wollen wir übernachten.“ Delesim sagte: „Mein Vater hat uns davor gewarnt, an einem See zu übernachten.“ Laćhia sagte: „Ich bin müde. Wir wollen hier übernachten.“ Die Leute schlugen die Hütten auf. Laćhia und Delesim aßen zu Abend. Laćhia legte sich auf sein Lager und schlief ein.
Delesim wachte. Als es Mitternacht war, kam Lephl’áa, der Drache.

  • Source imprimée

Frobenius, Leo 1873-1938
Atlantis. Volksmärchen und Volksdichtungen Afrikas. Volksmärchen der Kabylen. III. Band: Das Fabelhafte.
Jena : Eugen Diederichs, 1921, p. 277-294, n° 52.

  • En ligne

1. Archive.org

  • Incipit

Ein Agelith, der der Herr aller andern Ageliths war, hatte einen einzigen Sohn, den hatte er Laćhia genannt. Er war der reichste aller Ageliths und hatte unter anderm in dem Garten seiner Fruchtbäume sieben Thaserapht (künstliche Silos, Erdställe, künstlich ausgebaute Kellerräume) voll Gold. Dieses Gold besah er von Zeit zu Zeit. Er hatte Wächter über diesen Garten gesetzt, die sollten auch sehen, daß die Goldgruben unangetastet blieben, denn das Gold war das Mittel seiner Macht.

  • Résumé

Le fils unique d’un grand agellid, nommé Lehia (« honnête et bon »), est chargé par son père de surveiller ses réserves souterraines d’or et d’exploiter les arbres fruitiers cultivés au-dessus. Lehia veille sur l’or, mais offre avec bonté – en accord avec son nom – tous les fruits aux mendiants et malades qui passent, sans accepter d’argent. Son père, furieux qu’il n’ait pas vendu les récoltes, lui donne sur-le-champ son héritage qu’il limite au verger et aux silos souterrains. Lehia se fait construire une belle maison, engage des serviteurs et sa réputation grandit. La fille d’un autre agellid, Choumicha (« Bel abricot »), qui lui est prédestinée, se déguise en jeune homme pour lui rendre visite : bel accueil, attirance mutuelle, message secret laissé par la jeune fille. Elle demande à son père un délai d’un an pour choisir son époux : soupirants nombreux, attente de son fiancé secret, et d’un autre côté, trouble de Lehia au souvenir du jeune visiteur, désintérêt pour les femmes. Le père s’impatiente ; le mariage avec le riche prétendant est prévu. Lehia découvre le message secret de Choumicha (« Je suis celle que tu dois bientôt épouser… ») quelques jours seulement avant l’échéance d’un an ; il se met en route avec ses hommes. En chemin, il rachète à prix d’or un condamné à mort, Delsim, qui l’accompagne alors dans sa quête, conseillé par son propre père sur les dangers possibles (dormir entre deux bras de rivière). Trois nuits de suite, l’ami sauve Lehia endormi (monstre, rivière en crue, lion), sans dévoiler au réveil les épisodes nocturnes.
Dans la ville de Choumicha, la noce va avoir lieu ; devant la maison de l’agellid, Delsim combat et vainc un Noir immense, puis une femme combattante ; le troisième jour, déguisé en marchand, il passe par une porte dérobée en régalant les serviteurs ; Choumicha ressort avec les vêtements de Delsim. Le lendemain, sous les voiles de la mariée, l’ami fidèle part avec le cortège nuptial ; loin de la ville, révélation bravache de la duperie ; vengeance des hommes du fiancé ; Delsim a les yeux arrachés ; il est jeté dans un ravin. Lehia et Choumicha, réunis, attendent le retour de leur ami ; création d’un village ; soins aux malheureux ; premier enfant. Détresse de Delsim ; son arrivée au village, très affaibli, déposé par un marchand secourable. Voyage de retour vers la maison de Lehia. Arrêt nocturne dans une grande forêt. Lehia veille : conversation d’oiseaux : guérir l’ami ; cou de l’enfant tranché, sang dans les orbites, enfant recouché. Le lendemain : Delsim voit ; Lehia garde l’enfant dans une couverture devant lui, à cheval ; près d’une source, l’enfant se met à pleurer ; il est vivant, chaînette en or autour du cou. Lehia garde le secret. Serment d’amitié et de fidélité des deux hommes sur la colline près de la source.
Vie heureuse dans la maison de Lehia. Un jour, visite du vieil agellid, père de Choumicha. Au bout de quelques jours, il demande un cheval pour rentrer, choisit celui de Lehia et enlève sa fille. Impossible de le rattraper. Il amène sa fille chez le fiancé à qui elle avait été promise de force. Enfermée dans cette maison, elle pleure et refuse de voir quiconque. Delsim, prévenu, s’engage à la ramener à son mari. Déguisé en mendiant, il se fait apprécier dans la ville où est la prisonnière ; il travaille le beurre de façon experte ; il est même appelé dans la maison où vit Choumicha. Elle le reconnaît par une complainte évoquant le serment de la colline ; projet d’évasion ; maladie feinte avec possession par les djinns ; refus et fausse maladresse du mendiant ; chevauchée glorieuse sur le cheval puissant et retour à la maison de Lehia. Réunion des époux. Fidèle amitié de Lehia et Delsim jusqu’à la mort.


Source des images : Orangers / Léna (cc-by-3.0) — Oued / Yelles (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Kabyle | Laćhia und Delesim", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 27 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5029.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.