ATU 516 : Bengali | Phakir Chand

Kolkata, Bengale« Phakir Chand »
Version bengali. Traduction en anglais.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Yes, in that case the life of the king’s son will be saved; but if the man who kills the snake repeats to the king’s son the conversation between you and me, that man will be turned into a marble statue.

  • Source imprimée

Day, Lal Behari, 1826-1894 [Lālavihāri De]
Folk-Tales of Bengal
London : Macmillan, 1883, p. 17-52, n° 2

  • En ligne

1. Archive.org

  • Incipit

There was a king’s son, and there was a minister’s son. They loved each other dearly; they sat together, they stood up together, they walked together, they ate together, they slept together, they got up together. In this way they spent many years in each other’s company, till they both felt a desire to see foreign lands. So one day they set out on their journey. Though very rich, the one being the son of a king and the other the son of his chief minister, they did not take any servants with them; they went by themselves on horseback.

  • Résumé

TringaLe fils d’un roi et son ami, le fils d’un ministre, partent ensemble découvrir le monde. Ils vont à cheval, sans escorte. Une nuit, ils s’installent dans un arbre pour dormir ; un énorme serpent émerge d’une retenue d’eau proche en éclairant tout avec une pierre précieuse ; le fils du ministre subtilise ce joyau ; la bête meurt. Au fond de l’eau transparente, un palais, des jardins parfumés, une jeune fille endormie. La princesse et le fils du roi se marient ; les trois vivent quelque temps dans le palais souterrain ; puis l’ami repart chercher un équipage pour le voyage du jeune couple. Guidée par la pierre, la jeune femme remonte à la surface plusieurs fois ; le fils du rajah de ce pays en tombe amoureux ; son esprit en est dérangé ; le rajah proclame une récompense (la main de sa fille, la moitié du royaume) pour qui guérira le prince. Une vieille femme, mère du nommé Phakir Chand, un garçon fêlé, a vu la princesse remonter à la surface de l’eau ; elle l’attrape par ruse et la fait amener au palais : le prince retrouve sa raison, le mariage est prévu. Éplorée, la jeune femme prétexte un vœu et on le repousse d’un an.
L’ami du prince, le fils du ministre, revient à la date prévue avec le cortège : personne. Il apprend d’un brahmane le mariage imminent de la princesse des eaux avec le fils du rajah du pays et le rôle de la vieille femme dans l’aventure. À moitié nu, couvert de cendres, sautant et grognant, le fils du ministre joue le rôle du garçon fou, endort la vigilance des gardes et s’enfuit avec la princesse pendant la nuit ; le fils du roi est délivré de son confinement forcé au fond de l’eau ; ils partent à pied vers leur pays. Une nuit, bivouac sous un arbre ; l’ami veille ; conversation de deux oiseaux immortels, Bihangama et Bihangami : annonce de dangers (éléphant, porte de ville, poisson, cobra dans la chambre des époux) ; menace de pétrification pour le briseur de secrets. Les dangers sont évités ; le prince est froissé puis furieux : pressé de s’expliquer, l’ami raconte ; il se pétrifie par paliers. Lamentations, regrets, promesse de le sauver. Le sang du premier enfant du couple permet à la statue qui en est recouverte de revenir à la vie. Grâce à l’épouse du fils du ministre, fidèle adoratrice de Kali, la déesse ressuscite l’enfant sacrifié. Réjouissances et joie partagée, longue vie heureuse.


Source des images : Fakir / Jacques-Charles Bar, Recueil de tous les costumes…, 1778 — Kolkata / Biswarup Ganguly (cc-by-3.0) — Tringa erythropus / Alpsdake (cc-by-sa-4.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Bengali | Phakir Chand", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 25 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5012.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.