ATU 516 : Catalan | S’ Hermosura del món

Montagnes de Majorque« S’ Hermosura del món » [La Beauté du monde]
Version catalane (mallorquine). Conté par N’Antonina Cordera, de Son Servera, Mallorca
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

¡Ah fiis meus! Es una fadrineta de setze anys, sa cosa més hermosa, garrida I agraciada que s’ haja vista mai. Es senyor d’ aquest castell es son pare, i n’ esta tan gelós, que, per que no la hi prenguen, la té tancada dins sa torre més alta i més forta. An aquesta torre hi entren per un portalet que se tanca amb una porta de herro amb set forraiats; i no té més que un parei de finestres amunt de tot i llavò sa terrada, voltada d’un empit ben alt.

  • Source imprimée

Alcover, Antoni Maria 1862-1932
Aplec de rondaies mallorquines d’ en Jordi des Recó
[1896]
Mallorca : Estampa d’ En Sebastia Piza, 1915, vol. 1, p. 23-24, n° 3

  • En ligne

1. Bodleian Libraries, Oxford University

  • Incipit

Això era un rei cristiá i un senyor moro, amics coral ferm. Un dia se ’n anaren a cassar. Quant tornaven, a ’s vespre, veuen una doneta veia que filava, amb un llum penjat an es nas. —¿Que li tir? digué el Rei. —No li tireu, digué es moro. El Rei era d’ un geni, que, en pensar-la, l’ havía de fer, i no pogué estar pus: apunta a sa véia, li despara sa fletxa, li toma mig pam de nas, i es llum li va caure, i tots es copinyats li soiá.

  • Résumé

Deux amis, roi chrétien et seigneur maure, vont à la chasse. Ils rencontrent une vieille fileuse avec une lampe pendue au bout du nez ; le roi tire une flèche, le nez et la lampe tombent, la jupe est toute tachée. La vieille lance une malédiction : « —Per fat i fat, que la mía mare m’ ha comanat… »1 ; pas de bonheur pour le roi tant qu’il n’aura pas trouvé la Beauté du monde ; il devient malade de tristesse. Les deux amis partent en quête. Ils marchent, marchent et s’arrêtent pour dormir sous un grand pin. Veille à tour de rôle : trois nuits successives, le seigneur maure entend une mère aigle rire et raconter à ses aiglons le voyage des deux hommes, les obstacles et l’interdiction de révéler les secrets révélés ; chaque rapace renvoie vers sa sœur un peu plus loin, pour en savoir davantage. Le roi jure de faire confiance à son compagnon, sans poser de questions, pour parvenir jusqu’à la belle jeune fille, prisonnière d’un père jaloux, en haut d’une tour. Puis, commande d’un coffre d’or à un orfèvre ; roi caché dedans ; annonce bruyante en bas du chateau. Le coffre est monté vers la princesse : peur, apaisement, émerveillement partagé. Fuir, draps noués, ils arrivent en bas juste dans le temps de dire « tres pare-nostros ». Compagnon retrouvé, descente de la montagne, puis les trois voyageurs à cheval jusqu’au palais du roi. Noces splendides, « de pinyol vermei ». Un premier enfant. Dans sa tête enflée (annonce du troisième aigle), un serpent prêt à dévorer tout le monde. L’ami maure le garde pendant la messe : tête coupée, aveu, condamnation à mort. Le compagnon parle, explique et se pétrifie peu à peu. Tous pleurent. Soudain, cris d’une vieille femme défigurée : c’est « bien mérité ! ». C’est la vieille dont le roi a arraché le nez : menaces ; brasier sur la pierre ; flacon jeté dans le feu ; détonation. Le seigneur maure sort des cendres, embrasse le roi. Allégresse, grande fête. Reconnaissance de la fidélité de l’ami. Converti, il épouse une belle parente du roi. Félicité partagée jusqu’au bout de la vie.


Source des images : Aigle ibérique / José Antonio Lagier Martin (cc-by-3.0) — Montagnes, Mallorca / Antoni Pons Oliver (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Catalan | S’ Hermosura del món", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 25 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/5004.
  1. La vieille femme utilise ici le nom de la première sourate du Coran, Al-Fatiha, utilisé comme formule magique d’enchantement : Fatifat. Le Diccionari català-valencià-balear de l’Institut d’estudis catalans, en ligne, précise l’utilisation traditionnelle de cette formulette dans les contes mallorquins (rondalles mallorquines) et cite en exemple les contes collectés par Alcover. Voir le terme Fatifat sur http://dcvb.iec.cat. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.