ATU 516 : German | Der treue Johannes

Maison Viehmann, Niederzwehren« Der treue Johannes » [Le fidèle Jean]
Version allemande, du canton de Zwehren. Conté par [Dorothea Viehmann]
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Nun ward die Hochzeit gefeiert; der Tanz hub an und die Braut trat auch hinein, da hatte der treue Johannes Acht und schaute ihr ins Antlitz; auf einmal erbleichte sie und fiel wie todt zur Erde. Da sprang er eilends hinzu, hob sie auf und trug sie in eine Kammer, da legte er sie nieder, kniete und sog die drei Blutstropfen aus ihrer rechten Brust und speite sie aus. Alsbald athmete sie wieder und erholte sich, aber der junge König hatte es mit angesehen und wußte nicht, warum es der getreue Johannes gethan, ward daher zornig darüber und rief: „werft ihn ins Gefängniß.“

  • Source imprimée

Grimm, Brüder (Jacob 1785-1863 ; Wilhelm 1786-1859)
Kinder- und Haus-Märchen
Berlin : gedruckt und verlegt bei G. Reimer, 1819, vol. 1, p. 29-39, n° 6

  • En ligne

1. Grimm-Portal
2. Wikisource.de
3. Zeno.org

  • Incipit

Es war einmal ein alter König, der war krank und dachte, es wird wohl das Todtenbett seyn, darauf ich liege; da sprach er: „laßt mir den getreuen Johannes kommen.“ Der getreue Johannes war aber sein liebster Diener und hieß so, weil er ihm sein Leblang so treu gewesen war. Als er nun vor das Bett kam, sprach der König zu ihm: „getreuester Johannes, ich fühle, daß mein Ende sich naht und da hab ich keine Sorge, als um meinen Sohn, er ist noch in jungen Jahren, wo er sich nicht immer zu rathen weiß, und wenn du mir nicht versprichst, ihn zu unterrichten in allem, was er wissen muß, und sein Pflegevater zu sein, so kann ich meine Augen nicht in Ruhe zuthun.“ Da antwortete der getreue Johannes: „ich will ihn nicht verlassen und will ihm mit Treue dienen, wenns auch mein Leben kostet.“ Da sagte der alte König: „so sterb ich getrost und in Frieden.“

  • Résumé

Der getreue Johannes, 1819Un vieux roi malade confie à son serviteur préféré, le fidèle Jean, ses inquiétudes au sujet de son fils, jeune, inexpérimenté ; il lui demande de lui servir de père adoptif. Il devra tout lui montrer dans le château, sauf la pièce où se trouve le portrait de la fille du roi au toit d’or : risque d’amour violent, grands dangers. Promesse du serviteur. Après la mort de son père, le jeune roi prend possession des lieux ; il entre dans la chambre interdite : éblouissement, évanouissement d’amour ; début d’un amour immense. Les orfèvres du royaume reçoivent un cinquième du trésor pour ciseler des objets. Le roi et son serviteur, déguisé en marchands, s’embarquent sur un bateau chargé de marchandises et trésors. Arrivée dans la ville de la princesse lointaine. Jean en éclaireur ; princesse attirée sur le bateau et enlevée : désespoir ; conciliation ; réconfort.
Jouant de la musique à la proue, le fidèle compagnon voit trois corneilles se poser sur le navire : annonce de trois dangers menaçant le bonheur du jeune couple (cheval, chemise de marié, commotion de la reine pendant le bal), moyens de les prévenir, interdiction d’en parler. Les deux premiers dangers sont évités : hostilité des autres serviteurs, bienveillance du roi. Pendant le bal, Jean est aux aguets : évanouissement de la mariée ; sein découvert ; sang aspiré ; retour à soi de la reine. Colère du roi qui met son serviteur aux arrêts. Condamné à mort, il demande à parler : ses explications sont suivies d’une pétrification progressive. Pleurs, regrets ; la statue de pierre est placée dans la chambre du couple royal. Naissance de deux jumeaux. Un jour, la pierre parle : elle demande le sacrifice de ce que le roi a de plus cher au monde. Le sang des enfants permet le retour à la vie du serviteur. Récompense de la fidélité royale : têtes des jumeaux replacées, plaie enduite de sang ; vivants, ils jouent comme si rien n’était arrivé. Le roi teste la loyauté de la reine : effroi puis consentement, comme lui. Félicité partagée.


Source des images : Frères Grimm / Syrius Eberle ; photographie Dr. Meierhofer (cc-by-sa-3.0) — Maison de Dorothea Viehmann / Annnabelll (cc-by-sa-3.0) — KHM6 / Universität Kassel, Kinder- und Haus-Märchen, [Zweite Ausgabe, Handexemplare] (1819/1822).


Citer ce billet : "ATU 516 : German | Der treue Johannes", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 22 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4983.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.