ATU 516 : Slovak | Mahuliena zlatá panna alebo slncová panička

Fontaine en Slovaquie« Mahuliena zlatá panna alebo slncová panička » [Mahuliena, la vierge d’or ou la dame de soleil]
Version slovaque. Transmis par Samuel et Ľudevít Reuss, ainsi que Ľudevít Gál [du comté] de Gömör, Samuel Šípka [du comté] de Turiec. Mis en forme par Pavol Dobšinský.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

„Najjasnejší kráľu,“ začal pútnik rozprávať, „pravda je, že som ja už celý svet z kúta do kúta pochodil, ale som ešte nikde o takej kráse nechyroval, ako je Mahuliena Zlatá panna, lebo je ona taká pekná, že keď človek na ňu pozrie, už čo by to priam kto bol, či starý, či mladý, priam od tej krásy omdlieť musí. Ani mladému princovi neradím o ňu sa uchádzať, nie tak za to, že je to odtiaľto veľmi ďaleko, kde máloktorý človek zájde; ale sa bojím, aby tak nepochodil, ako už mnohí bohatí kráľovia a princovia pochodili.

  • Source imprimée

Dobšinský, Pavol 1828-1885 — Škultéty, Augustín Horislav 1819-1892
Slovenské povesti. Kniha Prvá, Povesti prastarých báječných časov
V Rožňave : [s.n.] ; Tlačom Ladislava Kek, 1858, p. 187-200

Dobšinský, Pavol 1828-1885
Prostonárodné slovenské povesti
[1858]
Bratislava : Slovenské vydavatel’stvo krásnej literatúry, 1958, vol. 1, n° 19
(Slovenské vydavateľstvo krásnej literatúry)

  • En ligne

1. Digitalna.kriznica
2. Zlatyfond

  • Incipit

Kde bol, kde nebol, bol raz jeden kráľ a ten kráľ mal jedného chlapčeka. Matka tohoto chlapčeka bola už zomrela a kráľ si vzal druhú ženu a tá mu bola veľmi zlá macocha. Tento chlapček naveky sa len spytoval otca o jednom obraze, čo za pecou visel, že kto je to na tom obraze namaľovaný a kto mohol byť taký pekný? Ale mu otec nikdy nič nechcel povedať, len ho vždy tým odpravil:
„Veď ti poviem, keď väčší budeš.“

  • Résumé

Mahuliena, édition 1858Un roi qui n’a qu’un fils s’est remarié ; il souhaite que le prince ait une épouse pour perpétuer la lignée. Fasciné par le portrait de la reine morte, la belle dame d’or, le fils du roi refuse les partis présentés par sa belle-mère ; il déclare qu’il épousera seulement une jeune fille aussi belle que sa mère. Les émissaires reviennent bredouilles. Un vieux conseiller indique qu’en murant les fontaines de la ville, on pourra questionner tous les voyageurs du monde obligés de s’arrêter dans la cour du palais ; trois ans passent sans résultat. Un jour, arrive un pèlerin épuisé : il la connaît, il l’a vue, elle est si belle que la regarder est un danger pour tout homme, jeune ou vieux. Mais ils partiront à sa recherche : eux deux sans escorte, le prince devra le suivre en tout sans discuter. Après de longues marches, ils s’arrêtent en forêt, dans une cabane : un très vieil homme y écrit, il ne leur répond pas ; les voyageurs se couchent, le jeune dort, le pèlerin veille. Trois filles toutes vieilles arrivent en volant comme des corneilles ; elles dévoilent comment arriver jusqu’à la vierge d’or, et l’interdiction de répéter leurs paroles. Le prince réussit l’épreuve de patience et de maîtrise de soi : au bout de trois jours, il verra Mahuliena la belle en entier, sans faillir. Elle embrasse son fiancé. Son père, le roi des oiseaux, la lui donne comme épouse.
Plus tard, le prince est pris de nostalgie ; il obtient du roi des oiseaux l’autorisation de repartir ; les trois voyageurs s’arrêtent à nouveau dans la cabane pour la nuit. Prédictions de dangers provenant de la belle-mère hostile (armée, vin empoisonné, cheval, dragon) ; les premiers écueils sont évités ; accueil joyeux du roi et contraint de la reine-mère. Elle fait surveiller le compagnon fidèle ; à minuit, le pèlerin combat et tue le dragon à douze têtes, il nettoie tout, lèche la goutte de sang sur la joue de Mahuliena ; cris de l’espion ; ordres de la belle-mère ; emprisonnement ; condamnation à mort. Avant de mourir, le pèlerin raconte ; il se pétrifie par paliers puis se métamorphose en pilier de pierre. Tristesse et pleurs. La nuit précédant la naissance de son premier enfant, le jeune roi jure : prendre son enfant, le couper en deux, verser le sang sur la colonne de pierre, revenir seul prier. Il le fait sans en parler à quiconque et se met en prière. À la porte, on frappe, son ami est là, portant l’enfant vivant. Pleurs, joie, le bonheur désormais sans fin.


Source des images : Vierge d’or / Odilon Redon — Fontaine en Slovaquie / Lure (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Slovak | Mahuliena zlatá panna alebo slncová panička", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 22 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4965.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.