ATU 516 : Romani | Troisième conte tzigane

Quartier d'Istanbul« Troisième conte tzigane »
Version en vlax romani (style des sédentaires). Texte original et traduction française en regard. Conté par Léon Zafíri, faucheur, musicien et conteur.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Les oiseaux commencèrent à parler : ô oiseau, ô oiseau ! qu’y a-t-il, ô oiseau ? La fille du derviche mange, boit avec le garçon du roi, elle ne sait pas ce qui adviendra sur leur tête. Qu’adviendra-t-il ? dirent les autres oiseaux. Dès qu’il arrivera, un petit navire viendra pour les conduire dehors (à terre). Le navire chavirera, et la fille du derviche et le garçon du roi seront noyés, et quiconque entend et le dise, il sera transformé en pierre jusqu’aux genoux.

  • Source imprimée

Paspátis, Aléxandros 1814-1891
Études sur les Tchinghianés, ou Bohémiens de l’empire ottoman
Constantinople : impr. Antoine Koroméla, 1870, p. 604-617, n° 3

  • En ligne

1. Gallica
2. Archive.org  [traduction en anglais]

  • Incipit

1 Dans ce temps-là, il y avait une personne, il fit un galion, il prit ses hommes (équipage), il ira de la mer blanche à la mer noire.
2 II sortit dans un village, pour prendre de l’eau, il (y) vit quatre (à) cinq garçons qui jouaient ; il (y) avait un garçon chauve. Il appela le chauve ; où est l’eau ? demanda-t-il.
3 Le chauve la lui montra ; il prit de l’eau.
4 Viens-tu avec moi ? Je viens, mais j’ai (une) mère.

  • Résumé

Conte romani : Le chauveUn jeune garçon, chauve, est engagé par le propriétaire d’un galion. Lors d’une escale suivante, il descend à terre et voit le portrait d’une belle jeune fille posé sur la fontaine. Le fils du roi en est tombé amoureux ; il espère que quelqu’un la reconnaîtra. « C’est la fille du derviche » s’écrie le garçon chauve ; on l’emmène au palais. Il s’engage à partir avec le prince sur un galion orné d’or ; il ramènera la belle, sa sœur de lait, après un voyage de sept années, à condition d’être obéi en toutes choses. Une fois arrivé, le bateau luit au soleil, la jeune fille reconnaît son frère ; il l’attire à bord, la drogue avec des friandises, fait jouer des musiciens ; on reprend la mer. Le chauve monte la garde pendant que le prince et la jeune fille se restaurent ; trois oiseaux se perchent sur le galion : « ô oiseau… » ; ils annoncent par trois fois les dangers qui menacent le couple (remorqueur, porte, dragon à sept têtes) et l’interdiction de révéler ces secrets. Le compagnon prévient les dangers ; la troisième fois, dans la chambre des mariés, sa main armée d’un sabre parle contre lui. Il ne peut rien dire. On l’arrête ; le chauve demande à parler au roi : explications puis métamorphose en pierre ; installation dans un tombeau. Le fils du roi s’en va sur les chemins ; il marche et marche ; un jour près d’une fontaine, il fait un rêve : son ami lui dit de prendre un peu de terre de cet endroit. Revenu dans son pays, le prince répand la terre sur le tombeau, le compagnon se réveille, vivant. « Tu as marché pour moi sept ans, et sept ans j’ai marché pour toi. » Ils reviennent ensemble au palais, le chauve est récompensé et devient un grand personnage.


Source des images : Zingarella / Boccaccio Boccaccino — Istanbul / Alphascorpii (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Romani | Troisième conte tzigane", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 19 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4916.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.