ATU 516 : Norwegian | Der Sturmzauber

Pêcheurs norvégiens« Der Sturmzauber » [La tempête magique]
Version norvégienne. Traduction en allemand. Conté par un marin, Rasmus Olsen, dans la région de Christiania.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Als der Tag anbrach, an dem der Schiffsjunge kommandieren sollte, war das Wetter ruhig und schön; aber er trommelte die ganze Mannschaft heraus und ließ die ganzen Segel bis auf ein winziges Stückchen reffen. Der Kapitän und die Mannschaft lachten dazu und sagten: „Da kann man sehen, was für einer das Kommando hat; sollen wir nicht auch noch das letzte Segel reffen?“ — „Noch nicht,“ sagte der Schiffsjunge, „aber in einer kleinen Weile.“

  • Source imprimée

Stroebe, Klara, 1887-
Nordische Volksmärchen : II. Norwegen
Jena : Eugen Diederichs, 1915, p. 62-67 n° 14

  • En ligne

1. HathiTrust
2. HathiTrust  [traduction en anglais]

  • Incipit

Ein Schiffsjunge war den ganzen Sommer über mit einem Kapitän auf Reisen gewesen, aber als sie sich zur Herbstausreise rüsteten, wurde er unruhig und wollte nicht mit. Der Kapitän konnte ihn gut leiden, denn obgleich er noch ein blutjunger Bursche war, wußte er doch an Bord recht gut Bescheid; er war ein großer und starker Kerl und scheute sich nicht, gehörig mit Hand anzulegen, wenn es darauf [63] ankam; er schaffte fast wie ein Vollmatrose und brachte mit seiner Lustigkeit Leben in die ganze Besatzung; deshalb wollte ihn der Kapitän ungern entbehren. Aber der Junge hatte schlechterdings keine Lust, im Herbst auf den blauen Teich zu gehen; doch wollte er an Bord bleiben, bis sie geladen hätten und segelfertig wären.

  • Résumé

C’était une sacrée bonne graine de matelot, ce garçon-là, fort, serviable, gai, et le capitaine n’avait pas envie de le laisser filer. Pourtant, le gars était agité et ne voulait pas reprendre la mer. Un dimanche, il a gardé le navire pendant que tous allaient à terre. Doué de double vue, il savait se rendre invisible. Entendant des voix humaines, il voit trois corbeaux à l’intérieur du bateau. Ce sont trois sorcières, lassées de leurs maris (le capitaine, le premier timonier, le second), décidées à les faire mourir en mer, sous la forme de trois vagues monstrueuses. Vérifiant qu’il n’y avait personne, la femme du capitaine dit ce qui pourrait empêcher leur dessein. Elles repartent en riant, criant et croassant. Plus tard, l’apprenti matelot annonce au capitaine qu’il accepte de reprendre la mer à une seule condition : disposer de trois boisseaux de bois de bouleau, payés sans marchander, et pouvoir commander le bateau un seul jour, prévu à l’avance. Étonné, le capitaine accepte.
Le jour prévu, beau temps, mer d’huile. Le garçon fait rabattre presque toutes les voiles ; les rires s’arrêtent quand la première vague de tempête s’abat ; il ordonne de jeter un à un les morceaux du premier boisseau ; à la fin, on entend un gémissement. Une autre vague arrive, les hommes arrimés, les tronçons un à un, le gémissement, le calme. La dernière vague est la plus violente, le navire se couche sur le côté, mais toujours une pièce de bouleau à la fois, jamais deux, un râle profond, puis le calme revenu et la mer couverte de sang. Arrivés à terre, le jeune homme apprend aux trois hommes que leurs femmes sont mortes, comment elles ont été tuées par eux tous, et leur secret surpris pendant sa garde du navire. Chez eux, on leur apprend la disparition de leurs femmes la veille de la tempête ; depuis, aucune nouvelle.


Source des images : Vague / Victor Hugo — Pêcheurs norvégiens / Nasjonalbiblioteket, Oslo.


Citer ce billet : "ATU 516 : Norwegian | Der Sturmzauber", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 16 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4877.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.