ATU 516 : Comorian | Nd’ouandzani wa sivuzi

Plage de Ngazidja« Nd’ouandzani wa sivuzi » [L’amitié vraie]
Version comorienne et traduction française en regard. Conté le 10 novembre 1996 par Aboubakar Hamadi Mshangama.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

À ce moment, l’ami, celui qui avait entendu cette nouvelle, laissa échapper une larme. Et cette larme tomba sur son ami, et le réveilla. L’autre se mit alors à lui faire des reproches : « Ben dis-donc ! Tu es quand même drôle ! Quand même, mon frère ! Je me suis endormi sur tes genoux, et à force de rester toujours dans cette position tu as mal, et tu n’as pas osé me dire que tu avais mal, et tu pleures ! »

  • Source imprimée

Ahmed-Chamanga, Mohamed, né en1952
Contes comoriens de Ngazidja, au-delà des mers, recueillis dans le village de Ndruani, Bambao / transcrits et traduits par Mohamed Ahmed-Chamanga et Ahmed Ali Mroimana ; avec la collaboration de Cheikh Said Mohamed
Paris ; Montréal (Québec) : L’Harmattan, 1999, p. 189-197

  • Incipit

Bien ! Il était une fois un homme et une femme qui vivaient chacun de leur côté. Et chacun des deux avait un enfant. Et ces deux enfants étaient des garçons. Ils étaient liés par une amitié très sincère. Quand l’un allait quelque part, l’autre allait avec lui. Jamais l’un des deux n’aurait pensé aller quelque part sans l’autre, il fallait qu’ils y aillent ensemble.

  • Résumé

Deux garçons sont liés par une amitié sincère et vivent comme des frères. Un jour, ils gravissent ensemble une montagne. En se reposant sous un arbre, l’un dort sur les genoux du second. Un oiseau annonce un destin funeste pour l’un d’eux (serpent le soir des noces) et l’interdiction de répéter le secret. Une larme versée réveille le dormeur, mais l’autre ne veut rien dire. Le soir des noces, l’ami se cache dans la chambre et veille. Il saisit le serpent qui s’avance et le découpe en morceaux. Le bruit réveille les mariés. Les reproches et questions fusent, l’ami se tait d’abord puis raconte ; il se transforme en petit caillou. Le caillou toujours dans sa poche, le jeune marié n’oublie pas. Un jour, il repasse près du même arbre dans la montagne ; il entend un oiseau le plaindre : il doit tuer son enfant pour ressusciter son ami. Au moment du sacrifice, il a les yeux bandés et le couteau prêt, mais son ami revenu retient son bras.


Source des images : Contes comoriens de Ngazidja — Plage de Ngazidja / Ikissai (cc-by-sa-4.0) — Amis / Willerhawk (cc-by-sa-4.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Comorian | Nd’ouandzani wa sivuzi", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 15 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4862.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.