ATU 516 : Romanian | Wilisch Witiâsu

Olt River« Wilisch Witiâsu »
Version roumaine de Valachie. Traduction en allemand.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur
ATU 502 — The Wild Man / L’homme sauvage
ATU 302 — The Ogre’s (Devil’s) Heart in the Egg / Le Corps sans âme

Jetzt nahm Wilisch wieder seine wahre Gestalt an, und sagte zu dem Prinzen: „Nun warte hier bis ich wieder komme, ich muss mich jetzt neun Tage lang entfernen.“ Der Prinz blieb, Wilisch aber gieng zu den vier Steinsäulen und betete sie neun Tage lang an, worauf aus denselben ein Schwert und ein Stahl herauskamen. Der Held steckte dieselben zu sich, und kehrte damit zum Prinzen zurück.

  • Source imprimée

Schott, Arthur 1814-1875 – Schott, Albert 1809-1847
Walachische Mährchen
Stuttgart ; Tübingen : J. G. Cotta, 1845, p. 144-151, n° 11

  • En ligne

1. Archive.org
2. Archive.org
3. Bayerische StaatsBibliothek Digital
4. Zeno.org
5. Maerchenbasar

  • Incipit

Ein Kaiser und ein König, deren reiche an einander stiessen, wurden einst in einer Nacht glückliche Väter: des Kaisers Gattin gebar einen Sohn, die des Königs eine Tochter. Beide, der König wie der Kaiser, hatten hierüber grosse Freude, aber bei dem ersteren währte das nicht lange, denn schon in der dritten Nacht, als die Königin schlief, raubte ein mächtiger Drache die kleine Prinzessin von ihrer Seite weg.

  • Résumé

Un jeune prince, fils d’un empereur, se met en route à la recherche d’une belle princesse, fille d’un roi voisin, née le même jour que lui, dont il rêve constamment et qui a disparu à sa naissance. Sur son chemin, il affranchit des esclaves condamnés à mort. Lorsqu’il fait de même avec le héros « immortel » Wilisch Witiâsu, ceinturé de trois cercles de fer, celui-ci l’accompagne dans sa quête et le prince renvoie tous ses gens. Grâce à sa force intérieure, Wilisch se débarrasse des cercles de fer qui éclatent tandis qu’il est projeté en l’air. Il indique ensuite au prince le chemin qu’ils vont suivre, marqué par trois étapes dangereuses (la Prairie-de-nostalgie, la Prairie-de-douleur et le Champ-des-fleurs) où il ne faudra pas faillir. Après ces traversées, la Reine des fleurs, interrogée, ne pouvant leur indiquer où trouver le dragon ravisseur, ils se rendent chez la sainte mère Mercredi, puis la sainte mère Vendredi, enfin chez la sainte mère Dimanche. Toutes les bêtes sont appelées par la flûte magique de cette maîtresse des animaux ; le vautour, arrivé le dernier, est chargé d’accompagner les voyageurs jusqu’au repaire du dragon. Ils enlèvent la princesse, le dragon les poursuit ; la belle est reprise par le dragon qui expédie les deux héros dans l’abîme (Wilisch) et dans le ciel (fils du roi). La princesse est chargée d’interroger le monstre sur sa force, Wilisch se change en un basilic pour entendre. S’ensuit un combat entre Wilisch et un énorme vautour ; puis deux couples de lièvres et d’oiseaux sont abattus par le prince d’un seul coup. Wilisch Witiâsu s’éloigne : il adore les quatre colonnes de pierre et en obtient des armes magiques au bout d’une retraite de neuf jours. Ensuite, le jeune couple s’enfuit jusqu’à la limite du monde obscur, tandis que Wilisch achève le dragon en tranchant sa tête. Le sang furieux et les pieds du dragon ne parviennent pas à rattraper le héros et il rejoint le prince et la princesse en sécurité.
Sur le chemin du retour vers la ville de l’empereur, Wilisch Witiâsu prévient les dangers et détruit les cadeaux hostiles envoyés par le couple impérial à leur future bru et au prince (chemise, chevaux). Le prince épouse néanmoins la fille du roi contre la volonté de ses parents. Lors des noces, Wilisch boit un verre de vin et se change en colonne de pierre. Une vieille femme indique au prince qu’il peut sauver son ami avec le sang du doigt d’un enfant de ses proches. Quelque temps plus tard, une naissance ayant eu lieu, le prince sacrifie entièrement un nouveau-né. La pierre recouverte de sang reprit vie. Ce miracle change en affection l’hostilité de l’empereur et de l’impératrice. Lors de fêtes éclatantes, on célèbre les jeunes époux et leur fidèle ami.


Source des images : Guerrier / Jost Amman, 1577 — Olt River / Manolemariaalina (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Romanian | Wilisch Witiâsu", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 12 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4823.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.