ATU 516 : Turkish | Die Tochter des Padischah von Kandehar

Istanbul« Die Tochter des Padischah von Kandehar » [La fille du padischah de Kandahar]
Version turque. Traduction en allemand.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Das Mädchen kleidete sich des Morgens an und bestieg einen Wagen des Hochzeitszuges. Als sie sich der Türbe näherte, Hess sie den Wagen anhalten und sagte: ,,Ich steige auf eine kurze Zeit in die Türbe hinab, wartet auf mich bis ich zurückkomme.” Darauf ging sie in die Türbe. Als nun die jungen Leute einander ansichtig wurden, umarmten und küssten sie sich und fielen in ihrem Liebestaumel in Ohnmacht.

  • Source imprimée

Kunos, Ignác 1862-1945
Türkische Volksmärchen aus Stambul
Leiden : E. J. Brill, [1905], p. 256-266, n° 34

  • En ligne

1. Archive.org

  • Incipit

In alten Zeiten lebte einmal ein Padischah. Dieser Padischah hatte keine Kinder. Eines Tages sprach er zu seinem Wezir: „Siehe Lala! Wir sind beide kinderlos; lass uns auf die Wanderschaft gehen, vielleicht wird uns Allah Wunderzeichen geben.“

  • Résumé

Un padischah et son lala (vizir), sans enfant l’un et l’autre, partent en voyage. En chemin, touché par la tristesse du roi, un derviche leur donne à chacun une pomme à partager avec leurs épouses. Comme attendu, il naît plus tard à chacun un fils le même jour. Élevés ensemble, les jeunes garçons ne se quittent jamais ; le jeune fils du vizir devient le lala du jeune prince. Un jour, ils achètent une boîte au marché aux épices. À l’intérieur, le portrait de la fille du padischah de Kandahar ; le prince en tombe amoureux et veut la rencontrer. Les deux amis partent secrètement ensemble en voyage. Ils arrivent dans une ville où une vieille femme, leur logeuse, parvient à obtenir un rendez-vous avec celle qu’ils recherchent. La fille du padischah de Kandahar, qui doit se marier, fait arrêter le cortège de mariage près d’un turbé (mausolée) sous le prétexte de se recueillir quelques instants. En se rencontrant, le prince et la belle jeune fille tombent évanouis dans un ravissement d’amour. Le lala prend la place et les habits de la future mariée et repart avec le cortège. Réveillés plus tard, les deux amoureux ont compris la substitution et se cachent chez la vieille femme, décidés à s’enfuir. Pendant ce temps, chez le fiancé, la fausse future épouse demande et obtient un délai de quarante jours avant que le mariage ne soit célébré. La sœur du fiancé reste par amitié en compagnie de celle qu’elle prend pour sa future belle-sœur. Un bain partagé dans un bassin du jardin est l’objet d’un prétendu changement de sexe, qu’un oiseau aurait révélé au lala, favorisant ainsi une possibilité de mariage entre les deux amies. Ce nouveau couple s’enfuit à cheval et rejoint les amoureux du turbé chez la vieille femme. Tous quatre repartent le lendemain, gratifiant la vieille de pièces d’argent pour son aide.
Le fiancé floué se plaint au padischah, père de sa fiancée disparue. Une magicienne, payée par le père, est lancée à la poursuite des quatre fugitifs. En chemin, pendant que trois dorment sous un arbre, le lala veille et entend un couple de pigeons, l’un rieur, l’autre éplorée, annoncer les dangers qui menacent les voyageurs. Tous sont manigancés par la magicienne : un beau cheval, un petit chien, l’irruption d’un monstre dans la chambre nuptiale. Le pigeon ajoute : « celui qui épie notre conversation et en informe un autre, sera changé en pierre. » Les voyageurs repartent et au cours du voyage, l’ami tue les deux animaux agresseurs. Les deux couples enfin arrivés au pays du prince, ce sont des festivités nuptiales pendant quarante jours et quarante nuits. La nuit où le jeune couple va se retirer dans l’intimité, le lala se cache et combat le monstre qui surgit à minuit ; il l’abat et se retire sans être vu. Au réveil, les mariés sont terrorisés par le cadavre de l’ifrit. Un vizir jaloux du lala ami du prince l’accuse et prétend qu’il désirait la jeune et belle épouse. Malgré ses dénégations, et l’intercession du prince, le jeune homme est condamné à mort. Il raconte alors la conversation des pigeons et se métamorphose progressivement en pierre. Le prince pleure sans fin son ami et fait construire un turbé où l’on place la statue. Au bout de sept ans, un pir (sage) dit au prince de sacrifier un enfant de sept ans pour sauver son ami et de couvrir la statue de son sang. Le prince sacrifie son propre fils, la pierre se brise et le lala revient. Conseillés par le sage en prière, les deux amis psalmodient, et l’enfant se relève, comme d’un sommeil. Le padischah accueille avec joie les arrivants. Des festivités de mariage sont organisées pour le lala et la jeune fille qui l’aime. Et pour tous, un grand bonheur, toujours, jusqu’à la fin de leur vie.


Source des images : Columba livia / Tanukusreeharsha (cc-by-sa-4.0) — Istanbul / Aviad2001 (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Turkish | Die Tochter des Padischah von Kandehar", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 12 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4815.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.