ATU 516 : Spanish | La piedra de mármol

Valle del Jerte« La piedra de mármol » [La pierre de marbre]
Version espagnole. Conté à Alange, Extremadura.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Pasó el tiempo, y la Flor de la Hermosura dio á luz un niño tan hermoso que daba gloria verlo. El padre lo cogió en seguida y se lo llevó á la reina que se puso muy contenta al ver á su nieto. Volvió el hijo del rey á la alcoba de su mujer y se desesperó al encontrársela convertida en piedra mármol, así que toda la alegría que tenía por su hijo se le volvió pena al ver á su mujer en aquel estado, por lo que estaba inconsolable.

  • Source imprimée

Hernández de Soto, Sergio 1845-1921
Cuentos populares de Extremadura
Madrid, Librería de Fernando Fé, 1886, I, p. 225-237, n° 19
(Folk-Lore español. Biblioteca de las tradiciones populares españolas ; 10)

  • En ligne

1. Archive.org

  • Incipit

Pues señor, esta era una vez una madre que era viuda y tenía un hijo que era ya un mozangón y no tenía oficio ni  beneficio.
—¡Válgame Dios, hijo!—le decía la madre. — Que eres ya un hombre y no quieres aprender un oficio. ¿Por qué no te metes á sastre?
—No me gusta,—respondía el hijo.
—Métete á herrero.
—No me gusta.

  • Résumé

Le fils d’une veuve n’a pas d’occupation et ne veut pas à choisir un métier parmi ceux que lui propose sa mère. Décidé à devenir peintre, et fort habile, il se forme très rapidement. Un jour, le fils du roi commande au professeur le portrait de la Fleur de la Beauté dont il a rêvé. Désespéré, il rentre chez lui et se lamente. Son apprenti tente l’épreuve et peint une jeune fille ravissante : le prince est émerveillé. Il veut la rechercher et que le peintre l’accompagne. Le jeune homme part avec eux et remplace son maître au bout de trois jours. Dans une épaisse forêt, les voyageurs pénètrent dans une maison où ils ne voient personne, mais y trouvent table mise, et chambre préparée. Ils montent la garde à tour de rôle. À minuit, le compagnon entend deux voix : Juan et Pedro se saluent, puis annoncent la difficile conquête de la belle lointaine et les moyens d’y parvenir (corne magique, pont d’argent, échapper aux géant et lions furieux). Les deux jeunes gens arrivent dans une île et enlèvent la princesse, le géant les poursuit et lance des malédictions : la jeune femme sera dévorée par des loups le soir de ses noces ; sinon, elle se transformera en bloc de marbre à la naissance de son premier fils.
Au retour, les voyageurs s’arrêtent à nouveau dans la maison des bois. L’aide apprend comment sauver la jeune fille. Le soir des noces, le roi a prévu l’attaque funeste et posté dans et autour de la ville des soldats pour tuer tous les loups qui ne cessent d’arriver. Les fêtes terminées, le bonheur régne. La princesse donne le jour à un fils puis la malédiction s’accomplit. Elle est changée en marbre. Le fils du roi, inconsolable, fait orner une salle du palais où il peut contempler à loisir la beauté de cette statue dont il a perdu le modèle vivant.
Son compagnon revient dans la maison de la forêt pour tenter de résoudre cette situation douloureuse. À nouveau les voix de Juan et de Pedro et une annonce pleine de tristesse : « pour redonner vie à la mère, le fils doit mourir » ; en frottant du sang de l’enfant toutes les veines de la statue, elle reviendrait à la vie. Contre l’avis de la reine-mère, le prince sacrifie son enfant, la mère revit. Peu à peu, le fils du roi oublie l’enfant sacrifié, le couple a de nouveaux enfants et ils vivent heureux. Le peintre, compagnon fidèle, vit au palais et y meurt de vieillesse.


Source des images : Dalle funéraireValle del Jerte / Jesusccastillo (cc-by-sa-4.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Spanish | La piedra de mármol", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 11 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4807.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.