ATU 516 : Berber | Die Geschichte von einem Könige und seinem Sohne

Chèvres dans le Sud du Maroc« Die Geschichte von einem Könige und seinem Sohne ; der hiess Sidi Muhammed und raubte die Tochter des Beduinen-Scheichs » [L’histoire d’un roi et de son fils, qui s’appelait Sidi Muhammed et qui enleva la fille du cheikh bédouin]
Version berbère. Translittération et traduction en allemand. Conté au Maroc, dans la région du Tazeroualt.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Der Grindkopf kämpfte einen Tag lang zusammen mit jenen Leuten und überwandt den Schwarzen. Der begab sich beschämt zu den Mädchen; zu ihnen sprach er: „Es giebt da einen (unter den Feinden), dessen Art zu kämpfen gleicht der meines Herrn.“ Die Mädchen erwiderten: „Nimm diese Apfelsine! Wenn dein Feind dir morgen naht und dich in die Flucht schlägt, so wirf ihm diese Apfelsine zu! Wenn er sie dann aufhebt und küsst, so ist er dein Herr.“

  • Source imprimée

Stumme, Hans 1864-1936
Märchen der Schluḥ von Tázerwalt
Leipzig : J. C. Hinrichs, 1895, p. 9-12 ; 86-92, n° 7

  • En ligne

1. Archive.org
2. HathiTrust

  • Incipit

Prinz Muhammed ging eines Tages zusammen mit einem Soldaten ins Freie. Da kam er in die Niederlassung eines Scheichs und fand daselbst ein schönes Mädchen. Er sah sie und sprach von dieser Stunde an nicht mehr. Dann kehrte er nach Hause zurück. Als er heimgekommen war, legte er sich auf sein Bett und liess sich mit Niemanden mehr ins Gespräch ein, nicht einmal mit Vater und Mutter. Da verkündete der König der Stadt: „Wer meinen Sohn (so) anreden kann, dass er ihm Antwort giebt, dem schenke ich, soviel er in der Welt begehrt; doch wem so mein Sohn keine Antwort giebt, dem lasse ich den Kopf abschlagen!“

  • Résumé

Sidi MuhammedLe prince Muhammed, lors d’une sortie, rencontre la fille d’un cheikh bédouin, et en tombe amoureux. Depuis, il ne parle plus. Tous ses amis qui ont tenté de lui parler sans obtenir de réponse ont eu la tête coupée, mais une vieille femme réussit. Alors le prince, accompagné de soldats, s’en va faire une demande formelle de mariage au cheikh. Celui-ci exige un délai d’un mois de réflexion. Hostile à cette union, le chef demande conseil autour de lui. Un teigneux l’encourage à lever le camp et à marcher pendant tout ce temps. À chaque étape, la jeune fille laisse des provisions au moment du départ du clan (pain, eau, poignée d’orge). Lorsque Sidi Muhammed vient recueillir la réponse du cheikh, le camp est déserté. Il suit seul les traces laissées par sa fiancée. Au bout de plusieurs jours, il aborde au château d’un puissant Noir (« diable »). Malgré le conseil des trois filles du Noir géant, les deux adversaires se combattent et le fils du sultan a le dessus. Il laisse la vie sauve à son adversaire qui se soumet et s’attache à ses pas. Ils arrivent tous deux au village bédouin, alors que le mariage avec le teigneux allait être célébré. Ils enlèvent la jeune fille, le compagnon massacre les poursuivants.
Tous reviennent, les deux ravisseurs et les quatre jeunes filles, au palais du sultan. Le souverain désire ces femmes et veut se débarrasser de son fils. Il ordonne sa mort mais par pitié, les amis du sultan qui emmènent le prince hors de la ville ne le tuent pas ; ils l’abandonnent avec les yeux arrachés. Le fils du sultan suit les conseils de deux pigeons qui parlent dans l’arbre au-dessus de lui : ses yeux sont guéris par le suc des feuilles du premier arbre, il cueille les feuilles d’un autre, qui facilite la fabrication du beurre. Puis le fils du sultan échange ses habits avec ceux d’un berger et se coiffe d’une peau de chèvre pour ressembler à un teigneux. Il se fait apprécier dans un camp bédouin proche du palais grâce au beurre fabriqué aisément. De son côté, le sultan veut obtenir les épouses de son fils mais le serviteur noir les protège et tue tous les hommes envoyés au combat. Le faux teigneux obtient de participer à l’attaque. Il est reconnu par son serviteur noir grâce à une orange lancée, qu’il hume et garde sur lui. Peau de chèvre retirée, cheveux bouclés sur les épaules, Sidi Muhammed entre dans le palais. Il combat alors les partisans de son père, coupe la tête au sultan et prend sa place. Roi juste, l’histoire dit qu’il était aimé de son peuple.


Source des images : Jeune bédouine / Jean Geiser — Chèvres dans le sud du Maroc / Kelly Benquet (cc-by-sa-4.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Berber | Die Geschichte von einem Könige und seinem Sohne", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 11 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4797.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.