ATU 516 : Egyptian | Le conte des deux frères

Rock temples, Silsileh« Le conte des deux frères »
Version en égyptien ancien. Traduction en français. « Il est fini en paix ce livre, pour le double du scribe trésorier Qagabou, du trésor de Pharaon, v. s. f., du scribe Haraoui, du scribe Maîaemapît ; l’a fait le scribe Ennana, le maître de ce livre. Quiconque parle contre ce livre, puisse Thot le provoquer en duel ! »
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur
ATU 302 — The Ogre’s (Devil’s) Heart in the Egg / Le Corps sans âme
ATU 302B — Life Dependent on a Sword / La vie dépendant d’une épée
ATU 318 — The Faithless Wife / La femme infidèle

Et après beaucoup de jours ensuite de cela, Sa Majesté, v. s. f., se para du diadème de lapis-lazuli, le cou ceint de guirlandes de toutes sortes de fleurs, elle monta sur son char de vermeil, elle sortit du palais royal, v. s. f. afin de voir les perséas. La favorite sortit sur un char à deux chevaux, à la suite de Pharaon, v. s. f., puis Sa Majesté, v. s. f., s’assit sous un des perséas, la favorite s’assit sous l’autre perséa. Quand elle se fut assise, le perséa parla à sa femme : « Ah ! perfide ! Je suis Baîti et je vis, maltraité de toi. Tu savais bien que faire couper l’Acacia par Pharaon, v. s. f., c’était me mettre à mal ; je suis devenu taureau, et tu m’as fait tuer ».

  • Source imprimée

Maspero, Gaston 1846-1916
Les contes populaires de l’Égypte ancienne
Paris : E. Guilmoto, 1911, p. 1-21

  • En ligne

1. Gallica
2. HathiTrust

  • Incipit

Il y avait une fois deux frères d’une seule mère et d’un seul père. Anoupou était le nom du grand, tandis que Baîti était le nom du cadet. Or Anoupou, lui, avait maison, avait femme, mais son frère cadet était avec lui ce qu’il en est d’un cadet. C’était lui qui fabriquait les étoffes, tout en allant derrière ses bestiaux aux champs, c’était lui qui faisait les labours, c’était lui qui battait le grain, lui qui exécutait tous les travaux des champs ; car ce petit frère était un ouvrier excellent, et il n’y avait point son pareil dans la Terre-Entière, mais le germe de tout dieu était en lui.

  • Résumé

Deux frères, Anoupou et Baîti vivent ensemble. L’aîné est marié, le second, fort et excellent ouvrier, s’occupe des bêtes et des travaux des champs. Un jour, alors que Baîti vient chercher des semences, la femme de son aîné cherche à le séduire. Elle prétend ensuite avoir été agressée, déclenchant la colère d’Anoupou qui guette son frère pour le tuer. Prévenu par ses vaches, Baîti s’enfuit ; il est protégé par le dieu Phrâ-Harmakhis qui sépare les deux frères par une étendue d’eau pleine de crocodiles. Baîti reproche à son frère de vouloir le tuer sans avoir entendu sa version des faits. Après s’être castré, il lui confie ceci : il ira au Val de l’acacia, son cœur restera sur la fleur de l’arbre ; s’il meurt, une cruche de bière ou de vin se troublera ; son frère aîné devra chercher son cœur aussi longtemps qu’il ne l’aura pas trouvé et le mettre dans de l’eau fraîche pour qu’il ressuscite.
Baîti s’installe au Val de l’acacia et cultive de nouvelles terres. L’Ennéade des dieux lui donne, pour qu’il ne reste pas seul, une femme fabriquée par Khnoumou, « belle en ses membres plus que toute femme qui est en la Terre-Entière », et Baîti s’en éprend. Plus tard, convoitée par le fleuve, la femme parvient à s’échapper mais une tresse de ses cheveux, sentant merveilleusement bon, voyage sur les eaux et arrive chez Pharaon. Il désire cette femme, fille des dieux, et la fait enlever après plusieurs combats. Elle devient grande favorite et révèle le secret de son mari ; celui-ci meurt lorsque l’acacia est abattu. Anoupou cherche le cœur de son frère pendant trois ans puis le place dans une tasse d’eau fraîche. Ressuscité, Baîti se change en taureau et est amené à Pharaon par son frère. La favorite le fait égorger ; deux gouttes de son sang deviennent des perséas magnifiques ; elle demande qu’on en fabrique des coffres ; un copeau s’envole et entre dans la bouche de la favorite. Elle accouche plus tard d’un enfant mâle, qui est Baîti réincarné. Pharaon aime ce fils et en fait le prince héritier. Devenu pharaon, Baîti juge sa femme et désigne son frère Anoupou comme prince héritier. « Il fut vingt ans roi d’Égypte, puis il passa de la vie, et son grand frère fut en sa place le jour des funérailles. »


Source des images : Persea indica / Bff (cc-by-sa-3.0) — Silsileh / Eliane Ceccon (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Egyptian | Le conte des deux frères", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 8 avril 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4778.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.