LaTeX : une construction entre château de cartes et extrême dépouillement

Lapetus MountainsLe saviez-vous ? Le programme LaTeX est une montagne inaccessible, comme celle où vit (est enfermée ?) la princesse du conte-type 530 [The Princess on the Glass-Mountain / La Montagne de verre]. Mais contrairement à ce qu’un doctorant ou une doctorante imagine peut-être au départ, ou après quelques déboires, on peut arriver au bout d’une thèse écrite et composée en LaTeX. Je n’en suis au début, mais ma conviction est faite et je vois la lumière briller à l’extrémité de ma route. Et dans l’histoire de la montagne impossible à grimper, le conte se termine bien.

Sommaire
Heureuses fiançailles
Dans la forêt
Longue patience

Heureuses fiançailles

Carmenta écrivantPour une thèse en sciences humaines et sociales, le langage et compositeur de texte LaTeX est moins souvent utilisé que dans les disciplines scientifiques, mais il gagne du terrain. De mon point de vue, deux forces contraires s’opposent dans la décision de choisir LaTeX comme compagnon de thèse :
— D’un côté, l’implication obligatoire dans l’apprentissage, la formation et l’auto-formation pour prendre en main ce langage ; les modules d’initiation signalent généralement cette difficulté surmontable, mais incontournable. Il faut être prêt à abandonner le wysiwyg quotidien pour un logiciel qui n’est pas « intuitif » selon les mots de Thomas Pellard 1.
— De l’autre, la qualité sans égale des documents obtenus. Les traitements de texte traditionnels ne peuvent absolument pas rivaliser 2.
Attirée depuis plusieurs mois, j’ai donc définitivement choisi mon compagnon de route.

Ligatures LaTeXJe vous renvoie au billet rédigé par Raphaël Grolimund dans Le blog Zotero francophone qui peut aider d’autres candidats doctorants à sauter le pas.

Après une indispensable formation, on peut s’en tirer tout seul, avec de la méthode et un bon guide de départ 3. Du moins le croit-on. J’ai ainsi apprivoisé avec beaucoup de plaisir l’outil grâce aux plateformes en ligne : ShareLaTex puis Overleaf, accessible en plusieurs langues et dont la documentation est claire et pédagogique.
Jusque-là, tout va bien, mes articles et rapports sont superbes, des images insérées, les notes de bas de page impeccables. Sans parler des césures, des espaces, de la mise en page.

Dans la forêt

William Blake, Inferno II (Dante)Mais ce n’est pas tout. Après la classe « article », il faut maintenant aborder, dans la perspective d’un rendu final qui se rapproche, la classe « book » (ou un format équivalent). J’ai freiné assez longtemps. Suffira-t-il de reproduire les mêmes procédures, de passer la surmultipliée, pour, page après page, chapitre après chapitre, arriver au bout de la thèse ? Une inquiétude sourde point. Celle-là même qui m’a fait renoncer auparavant au traitement de texte : la notion de « gros » document, les multiples renvois, la bibliographie, les index, les annexes remplies de fichiers .pdf, etc.

Certes, LaTeX fait cela très bien, il naît des thèses tous les jours ; en outre mon Zotero est bien nourri, et les références bibliographiques, j’aime. Mais le ciel s’est obscurci sensiblement. Bien que je participe mi-décembre à un cursus de formation sur la composition d’un manuscrit de thèse (trois jours parfaitement adaptés à mon besoin), je ne vois plus du tout, ni ciel, ni soleil.
Je liste ici quelques-unes des spécificités qui m’ont fait alors tourner en rond et empêchée de trouver les réponses à mes questions dans les exemples  standard, nettement plus adaptés aux disciplines scientifiques :
— je rédige une thèse dans le domaine des sciences humaines et sociales ;
— je peux difficilement me satisfaire de citations [auteur-date], d’une normalisation à l’anglo-saxonne et d’une liste bibliographique séquentielle numérotée, sans partition entre les sources et la littérature secondaire ;
— j’écris en français, mais je cite en plusieurs langues européennes, utilisant les diacritiques de l’alphabet latin étendu, mais aussi des langues avec des caractères cyrilliques 4. J’ai déjà évoqué la question en réunissant les versions les plus difficiles à traduire dans cette page d’appel : Precious Translations. Langue principale, langues complémentaires, environnement, changement de langue, ça coince vraiment. J’apprends que polyglossia est la solution mais qu’il faut abandonner LaTeX et pdfLaTeX et passer à XeTeX…

Du coup, trop d’informations accumulées pendant trois jours denses. Besoin de réponses. Plein d’erreurs et de rouge, voire un  éditeur TeX qui boude régulièrement et cesse de fonctionner en m’éjectant sans rémission. Un certain piétinement et pas mal de cul-de-sac.

Longue patience

Après quelque temps et en laissant retomber l’acharnement, voilà un début de solution ou plutôt la route qui s’éclaire.
Lâcher du lest, se dépouiller des exigences de réponses immédiates. Avancer lentement, pas à pas. C’est l’un des conseils qui nous ont été donnés par les formateurs. Il reste précieux. Avant, tout est brouillé, tout est à terre, tout est mélangé. La situation oscille entre le tri des graines 5 et le jeu de mikado.

Le château de cartes / ChardinLa base du travail, c’est une étape après l’autre. Préparer le socle du château de cartes. Vous remarquerez que le jeune garçon peint par Chardin plie les cartes pour leur donner plus de stabilité. Ensuite, une carte après l’autre, en testant avec prudence la stabilité de l’ensemble. Pour la thèse il en sera de même : la bibliographie testera d’abord le style plain, puis le style verbose, plus adapté à mes attentes, viendra ensuite. Pour les langues, avec un essai minimal, j’ai pû constater que polyglossia répondait correctement.

J’ai trouvé de l’aide chez deux auteurs pour qui les besoins des chercheurs dans le domaine des humanités et des langues sont dignes d’intérêt. Ce sont :

— Maïeul Rouquette. (Xe)LaTeX appliqué aux sciences humaines, Atramenta, 2012. En papier et en ligne.

— Les billets sur LaTeX publiés par Thomas Pellard dans son carnet de recherche : Cipanglossia, notamment la formation LaTeX dans le cadre de l’école doctorale de l’Inalco : LaTeX Inalco, particulièrement clair et pédagogique.

Ces deux manuels seront certainement complémentaires pour la mise en œuvre de mon château de cartes personnel. Avant cela, je reprends le pas à pas, sinon c’est l’embrouillage complet et le passage par les moteurs de recherche transforme la question en projectile à fragmentation qui multiplie les occasions d’erreurs, les incompatibilités entre les extensions déjà chargées et les pertes de temps.
Je combine pour l’instant :
— une écriture feuilletée (premier jet sur papier, saisie de trituration en Courier New), puis mise en forme dans Overleaf ;
— un peu de TexMaker pour apprivoiser un aspect et avancer dans la maîtrise de l’outil ;
— beaucoup de circonspection et de sauvegardes multiples. En arrière-plan dans ma tête, on ne sait jamais, un calendrier prévisionnel toujours en veille et des calculs virtuels de plans alternatifs [?], chut !
Quant au document partitionné avec soin , un mini-test avec le répertoire à l’arborescence rigoureuse, le maître, le préambule et les fichiers-fils convoqués pour une compilation intermédiaire avec includeonly. Je suis parée, am I not? Alors, wish me luck et rendez-vous dans quelques mois !


Source des images : Le château de cartes / Chardin — Lapetus Mountains / NASA — Carmenta écrivant / BNF, Français 599, fol. 22v — Rare ligatures / Dario Taraborelli — Inferno II / William Blake — Essai défectueux.


Citer ce billet : "LaTeX : une construction entre château de cartes et extrême dépouillement", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 15 janvier 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4667.
  1. Thomas Pellard. Formation LaTeX INALCO. Doctorat. Paris, France. 2017, p. 1. []
  2. Voir la démonstration de Dario Taraborelli sur son site : The Beauty of LaTeX. []
  3. Il y a pléthore de guides et de sites basiques pour commencer si l’on n’a pas trop d’exigences spécifiques. On peut se familiariser avec le Wikilivre LaTeX par exemple. On trouve aussi différents modèles pour rédiger une thèse en LaTeX. []
  4. Les langues citées dans ma rédaction sont, outre le français, dans l’ordre décroissant : allemand, anglais, espagnol, portugais, italien, émilien, sicilien, polonais, catalan, hongrois, russe, biélorusse, slovaque, croate, ukrainien, tchèque, serbe, ladino, créole antillais, danois, bulgare, macédonien, romanche sursilvan, turc. []
  5. On trouve différentes occurrences dans le Motif-Index of Folk-Literature de Stith Thompson : H1091 Task: sorting a large amount of grain (beads, beans, peas) in one night. —H1091.1 Task: sorting grains: performed by helpful ants. — H1091.2 Task: sorting grains; performed by helpful birds. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.