ATU 516 : Italian | Die Geschichte von san Japicu alla Lizia

Cammarata, Sicile« Die Geschichte von san Japicu alla Lizia » [L’histoire de san Japicu alla Lizia]
Version sicilienne. Traduction en allemand.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Die Königin weinte bitterlich, und umarmte ihn mit vielen Thränen; dann gab sie ihm drei Aepfel und sprach: „Mein Sohn, nimm diese drei Aepfel, und gieb wohl acht auf meine Worte. Du sollst nicht allein den ganzen, langen Weg zurücklegen. Wenn sich nun ein Jüngling zu dir gefellt und mit dir wandern will, so nimm ihn mit in die Herberge, und laß ihn mit dir essen. Nach dem Essen aber zerschneide einen Apfel in zwei Hälften, eine kleinere und eine größere, und biete sie dem Jüngling an. Nimmt er die größere Hälfte, so trenne dich von ihm, denn er wird dir kein treuer Freund sein; nimmt er aber die kleinere, so betrachte ihn als deinen Bruder, und theile Alles mit ihm, was dein ist.“

  • Source imprimée

Gonzenbach, Laura 1842-1878
Sicilianische Märchen aus dem Volksmund gesammelt
Leipzig : Wilhelm Engelmann, 1870, vol. 2, p. 181-189, n° 90

  • En ligne

1. Archive.org

  • Incipit

Es waren einmal ein König und eine Königin, die hatten keine kinder, und wollten doch so gerne einen Sohn oder eine Tochter haben. Da wandte sich die Königin an San Japicu alla Lizia und sprach: „Oh, San Japicu, wenn ihr mir einen Sohn bescheeret, so gelobe ich daß er die Wallfahrt zu euch machen soll, wenn er achtzehn Jahre alt ist.“ Nicht lange, so wurde die Königin durch die Knabe Gottes und des Heiligen zuter Hoffnung, und als ihre Stunde kam, gebar sie einen wunderschönen Knaben, der war so schön, als ob Gott ihn gemacht hätte.

  • Résumé

Un roi et une reine n’ont pas d’enfant. La reine se rend au sanctuaire de san Japicu alla Lizia et prie le saint d’exaucer son vœu de concevoir un enfant, promettant qu’il viendrait en pèlerinage à l’âge de dix-huit ans. Un fils naît et grandit en beauté. La reine, devenue veuve, se désole à l’idée de se séparer de son fils bien-aimé. Le prince remarque sa tristesse ; elle finit par laisser partir son fils en voyage, lui confiant trois pommes à partager ; elles serviront de test pour choisir un compagnon qui sera un ami véritable. Le troisième jeune homme rencontré correspond aux conseils maternels. Serment partagé : accomplir le pèlerinage ensemble ; l’un dût-il mourir en route, l’autre le portera jusqu’au bout. En chemin, un roi remarque la beauté du fils du roi à qui il veut donner la main de sa fille. Pour empêcher le prince de repartir, le roi empoisonne son compagnon qui s’effondre, comme mort. Promettant de revenir, le fils du roi part à cheval, avec son ami. Pendant la prière du pèlerin devant la statue du saint, l’ami se relève : actions de grâce et offrandes. Au retour, noces avec la princesse promise. Soucieux de revoir la reine sa mère, le prince veut repartir. Trompé par le roi, le jeune couple  s’en va, l’ami étant réduit à faire péniblement le chemin à pied. Lépreux, il est accueilli avec bonté par le jeune roi. Aucun médecin ne peut le guérir. Invocation du jeune roi à san Japicu. Un médecin étranger arrive : pour guérir l’ami, oindre ses plaies avec le sang tiré des veines de la fillette nouveau-née. Les parents acceptent le sacrifice, l’ami guérit. L’enfant est retrouvée en vie ; le saint se dévoile et loue la fidélité des deux amis.


Source des images : saint Jacques / José de Ribera — Cammarata / Berthold Werner (cc-by-sa-3.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Italian | Die Geschichte von san Japicu alla Lizia", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 6 janvier 2019. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4533.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.