ATU 516 : Moldavian | Sougour-Mougour

Codru, Moldavie« Sougour-Mougour »

Version moldave. Traduction en français.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Le deuxième oiseau lui coupa la parole :
— À quoi leur sert leur jeunesse et leur beauté ? Ils ne savent pas ce qui les attend. Cette nuit la Mère-des-Forêts et ses douze dragons viendront et les hacheront menu.
Le troisième oiseau dit à la fin :
— Celui qui dira ce qu’il aura entendu qu’il reste pétrifié jusqu’au sommet de la tête.

  • Source imprimée

Botézatou, Grigore G. 1929-
Contes populaires moldaves
Kichinev : Littératura artistika, 1981, p. 182-198

  • En ligne

1. Archive.org : traduction en anglais « Sugur-Mugur »
2. Archive.org : traduction en anglais « Sugur-Mugur »

  • Incipit

On raconte qu’il était une fois une femme qui avait un petit garçon. Un printemps la femme et son fils s’en allèrent jusqu’aux Hautes Futaies Rouges ramasser des morilles et des mousserons. Elle trouvait l’un ici, l’autre là et, tout en cherchant, elle perdit son fils. Lorsqu’il s’aperçut qu’il s’était perdu, il se mit à pleurer. Il pleura un jour, deux jours et voilà qu’un vieillard le trouva.

  • Résumé

Un enfant se perd en ramassant des champignons dans les Hautes Futaies Rouges avec sa mère. Recueilli par un couple de vieillards, Pierre boit du lait de la chèvre rouge et se métamorphose en un jeune homme de vingt ans. En gardant ses chèvres, il pénètre dans les domaines du loup (cuivre) et de l’ours (argent) et les dépouille de leur peau. Plus loin, aux confins du royaume de la Mère-des-Forêts, une vieille lui vante la beauté d’Hélène Cossinzana. Pierre le Gaillard part à sa recherche. En chemin, il apprend qu’il doit libérer Sougour-Mougour, prisonnier du roi Noir. Après deux années de service, il libère le vieil homme de sa prison, maigre et sans forces. Après avoir bu et mangé pendant trois jours, trois fois de suite, le géant retrouve ses forces et toute la nature tremble à ses cris. Deux rosses sorties des entrailles de la terre se changent en magnifiques chevaux, après avoir été nourries de braises : Sougour-Mougour les nomme Diable Noir et Alezan-le-Vaillant. Leur voyage dure très longtemps et ils doivent faire ferrer les chevaux à deux reprises. Enfin ils arrivent au palais de lumière d’Hélène Cossinzana, « qui brillait la nuit comme en plein jour ». Les cheveux de la Belle brillent comme une flamme, elle a toujours seize ans, et des fleurs tombent de ses tresses…

Sougour-Mougour donne ses directives à Pierre, souffle pour le rendre invisible et l’envoie au château. Il s’empare des pommes d’or et réussit les épreuves sans pouvoir être découvert. Lorsqu’il coupe la moitié de ses cheveux, Hélène Cossinzana le prend comme époux pour la vie et commande un festin. Puis elle transforme son palais en une pomme d’or et les trois compagnons repartent : Sougour-Mougour sur son cheval noir, Pierre le Gaillard sur l’alezan, et Hélène sur un cheval blanc de neige.

Ils marchent sans s’arrêter pendant deux ans, le vieillard toutes les nuits veillant sur le couple. Prêts d’arriver, Pierre prévient ses parents par une lettre, qui est interceptée par la Mère-des-Forêts. Par trois fois, des oiseaux annoncent les dangers de mort qui menacent le jeune couple. Sougour-Mougour les entend et apprend que celui qui répétera le secret sera pétrifié. Marieur offrant du vin empoisonné, jeunes de la noce présentant des couronnes armées de crocs et de molaires d’ours, Sougour-Mougour s’interpose et repousse la mort annoncée. Les fiancés parvenus à la chaumière et accueillis par les parents de Pierre, se couchent dès la nuit tombée. Les douze dragons de la Mère-des-Forêts sont vaincus par Sougour-Mougour, puis il se bat contre la Mère-des-Forêts et finit par l’abattre. En jetant la poignée de son sabre, Sougour-Mougour égratigne la main de Pierre qui l’accuse d’avoir voulu le tuer. Sougour-Mougour raconte toute l’aventure et se change en rocher. Après trois jours de pleurs, Pierre, Hélène Cossinzana et les vieux parents font le même rêve : pour faire revenir le pétrifié, ils tuent la chèvre rouge, font rôtir la viande dans le poêle et enduisent le rocher de son sang. Le rocher se désintègre et Sougour-Mougour ressuscite. Derrière la porte du four, la chèvre est là, vivante, broutant de l’herbe verte. Grande joie. Hélène Cossinzana de la pomme d’or fait surgir un palais splendide, et Pierre un jardin d’une autre pomme. Grande noce et festivités.


Source des images : MoldaviaCodru / Gikü (cc0-1.0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Moldavian | Sougour-Mougour", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 18 novembre 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4383.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.