ATU 516 : Catalan | La Flor de la satalia vera

Antalya Coast« La Flor de la satalia vera » [La Fleur de la vraie rose musquée]

Version catalane. Conté en 1918 par Teresa Gelats et par Matilde Martorell, Barcelona.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Cansats del viatge, el príncep, en Simonet i la Flor de la Satalia Vera, van fer posada en aquell palau encantat, on s’havien deturat d’anada i on en Simonet va saber tot el que li convenia per a dur endavant la seva empresa. El príncep i la donzella se’n van anar a dormir de tan cansats i en Simonet vetllà. Com las altres vegades, va sentir les passes i el següent enraonament […]

  • Source imprimée

Amades, Joan, 1890-1959.
Folklore de Catalunya. Rondallística. Rondalles. Tradicions. Llegendes
Barcelona, Editorial Selecta, 1950, p. 109-112, n° 44
(Biblioteca perenne ; 13)

  • Incipit

Vet ací que una vegada el rei més poderós i més ric de la terra tenia un fill molt garrit i molt gallard que es volia casar i no trabava cap noia que li agradés, ni poc ni molt, per a fer-la la seva muller. Ja havia fet passar pel seu palau totes les donzelles casadores del seu país i, també, les de molts altres països d’altres reis amics i no li’n podia agradar cap de les moltes i moltes que havia vist.

  • Résumé

Un roi puissant et riche. Son fils, beau et vaillant, ne trouve pas d’épouse qui lui convienne. Un songe très doux lui révèle l’existence de la Flor de la satalia vera dont il tombe amoureux. Son serviteur, Simonet, un gaillard à l’esprit vif, pense qu’elle n’est qu’un produit de son imagination mais accepte d’accompagner le prince dans la quête de la Belle. Après avoir beaucoup marché, ils parviennent à une haute montagne. Un palais aux portes battantes, désert. Une table servie, des lits. Le prince s’endort, Simonet feint le sommeil. À minuit, des pas très lourds, comme de géants, et une conversation entre ceux qui se nomment mutuellement pare Joan et pare Pere. Trois nuits de suite, le serviteur apprend comment atteindre la princesse gardée par trois géants armés d’énormes rochers (lancer un bois de cerf pour faire apparaître un pont d’argent qui traverse la mer). Les deux jeunes gens enlèvent la demoiselle, à la beauté et au parfum de rose musquée ; les géants gardiens, ne pouvant rattraper les fuyards, lancent des malédictions sur la jeune fille (elle sera brûlée en arrivant au palais ; mangée par des loups et des chiens le soir de ses noces ; pétrifiée à la naissance de son premier fils). Au retour, dans le palais enchanté, Simonet apprend comment prévenir les dangers de mort. La jeune mariée est sauvée des deux premières, mais la troisième malédiction s’accomplit au bout d’un certain temps. Simonet retourne dans le palais enchanté. Il apprend ceci : pour sauver la mère, il faut recouvrir la statue du sang du nouveau-né et elle reviendra à la vie. Le jeune roi se résout à suivre le conseil de la voix mystérieuse. La Flor de la satalia vera est à nouveau vivante, comme si rien ne s’était passé. Beaucoup d’enfants naissent ensuite au jeune couple qui vit de longues années de bonheur, le serviteur Simonet restant à leurs côtés jusqu’à la fin de sa vie.


Source des images : Rosa moschata / Arashiyama (cc-by-sa-3.0) — Côte d’Antalya, Turquie / Tatelyle (ville connue au Moyen Âge comme Satalieh ou Satalia).


Citer ce billet : "ATU 516 : Catalan | La Flor de la satalia vera", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 10 novembre 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4281.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.