ATU 516 : Malay | Klatin und Klaton oder: Anak Kidjang und Anak Rusa

Traditional Pahang House« Klatin und Klaton » [Klatin et Klaton]

Version malaise. Traduction en allemand [d’après Louis Constant Westenenk, « Bijdrage tot de kennis der folklore van West-Borneo », Tijdschrift van het Bataviaasch Genootschap, 1899-1901].
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

Klatin aber sah voraus, dass die Gefahr noch nicht gewichen sei, und hielt Nacht und Tag Wache. In der dritten Nacht hörte er die Djamban krachen, und als er hinaus schaute sah er einen schrecklichen Feuerglanz, und war’s ihm klar, dass der Drache selbst komme um die Prinzessin zu holen. Er stellte sich vor den Vorhang, hinter dem sie und Klaton ruhig schliefen, und als Radja Naga kam, schlug er ihn mit seinem Wunderschwerte den Kopf hinunter, schleppte den Leichnam aus dem Hause und ging getrost zur Ruhe. Als aber Klaton am Morgen erwachte, und Klatin’s Haupttuch gerade neben dem Vorhang liegen sah, so wurde er sehr eifersüchtig und böse auf ihn. Dieser aber nahm ihn mit sich, und zeigte ihm hinter dem Hause den Leichnam des Radja Naga — und da wurde es Klaton klar, dass er und die Prinzessin ihr Leben dem treuen Klatin verdankten. Selbstverständlich liebte er seitdem seinen Freund noch inniger.

  • Source imprimée

Bezemer, Tammo Jacob 1869-1944
Volksdichtung aus Indonesien : Sagen, Tierfabeln und Märchen
Haag : Martinus Nijhoff, 1904, p. 149-156

  • En ligne

Texte original accessible sur :
1. Archive.org

  • Incipit

Sěklin und Omang, Prinzen von Meçir, waren eines Tages in die Wildnis gegangen, um mit dem Blaserohr Vögel zu jagen. In des Waldes Innerem angekommen, setzten sie sich unter einem schattenreichen Baum mit reichverästelter Krone nieder, verrichteten da ihre Notdurft und gingen dann weiter.
Noch nicht lange waren sie fort, so kamen ein Kidjang (Reh) und ein Rusa (Hirsch) an der Stelle vorüber, und leckten die von den Prinzen zurückgelassenen Spuren auf.

  • Résumé

Un jour, deux princes vont chasser dans la forêt. Ils se soulagent sous un grand arbre puis repartent. Peu après, passent deux cervidés, un muntjac (kidjang) et un sambar (rusa), qui lèchent les traces laissées par les chasseurs. Lorsque les femelles ont leurs petits, ce sont des enfants humains, deux garçons nés avec des armes magiques (sakti). L’enfant kidjang est nommé Klatin et l’enfant rusa Klaton. Plus tard, ils partent à la recherche de leurs pères, volent des vêtements à des paysans travaillant dans une rizière puis parviennent à une très haute montagne. La princesse du royaume de Bordan est prisonnière dans un maligai (sorte de pigeonnier) ; ils décident de la libérer. Un esclave ayant surpris leurs dires apprend la nouvelle au radja de Bordan. Il leur promet sa fille en cas de réussite, sinon la mort. Klaton grimpe le premier mais attaqué par insectes et serpents, il renonce. Son frère s’élance, évitant bestioles et serpent venimeux, et fait descendre la jeune fille avec une grande écharpe. Son père l’accueille avec joie. Le mariage est organisé ; Klatin cède la princesse à son frère Klaton, ses pouvoirs surnaturels lui permettant de trouver facilement une autre épouse.

Monstre, théâtre d'ombres, MalaisieLe radja Naga (Dragon) réclame la princesse comme épouse et menace son père, qui est bouleversé. Klatin donne aux messagers un délai de sept jours avant de revenir. Les deux jeunes gens combattent et tuent tous les ennemis avec leurs armes magiques. Prévoyant un nouveau danger, Klatin veille nuit et jour. Quand la troisième nuit, le dragon revient, il l’arrête et l’abat avec son épée. À son réveil, Klaton retrouve un vêtement de son ami devant le rideau de leur lit et s’enflamme de jalousie. Klatin éteint sa colère en lui montrant le corps du monstre dans le jardin ; la loyauté du fidèle compagnon est alors reconnue et leur amitié en est accrue.

Ensuite, Klatin part à l’aventure dans le monde en laissant à Klaton des marques de vie (sept fleurs, chemin de graines de moutarde). Dans le royaume de Meçir, il trouve tout dévasté, les animaux et les humains mourants, les yeux arrachés. Une princesse et une vieille femme, cachées pendant l’attaque, racontent le désastre causé par des démons Garuda. Sept d’entre eux, aux ailes énormes reviennent attaquer le jeune guerrier. Il les combat et les vainc, rejoint par Klaton, prévenu du danger par les plantes fanées. Les corps des monstres sont ouverts, tous les yeux récupérés sont lavés et replacés ; animaux et humains reprennent vie. Le radja Garuda attaque seul mais il est vaincu après un long combat. Klatin épouse la princesse. Désireux néanmoins de connaître leurs pères, les deux jeunes gens parcourent le monde ; ils les retrouvent pendant des jeux festifs au royaume de Java et se font reconnaître en racontant leur naissance. Ils succèdent à leurs pères à la tête des royaumes réunis de Djawa, Meçir et Bordan et vivent dans le bonheur et la paix.


Source des images : Muntjac indien / Cks3976 (cc-by-sa-3.0) — Traditional Pahang House / Orhanghazi (cc-by-sa-4.0) — Marionnette de théâtre d’ombres / Daderot (cc0).


Citer ce billet : "ATU 516 : Malay | Klatin und Klaton oder: Anak Kidjang und Anak Rusa", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 14 octobre 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/4023.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.