Humanités numériques : l’oralité au miroir de la carte

Cartographie numérique et oralitéLa recherche en littérature orale a-t-elle quelque chose à voir (ou à partager) avec la cartographie numérique ? Je suis persuadée de la richesse de tels rapprochements et j’ai en partie évoqué ce sujet dans un précédent billet intitulé La tentation du corpus.

Animée d’une envie d’en apprendre davantage, j’ai participé à l’atelier Digit_Hum 2018 : Usages et formats de la cartographie, qui a eu lieu jeudi 4 octobre à l’École normale supérieure.

Sommaire
Une ouverture stimulante
Intuitions mises à plat
Explorations et décentrements

Une ouverture stimulante

Quelques mots d’abord pour évoquer la réussite de l’atelier Digit_Hum 2018 sur la cartographie. Le public nombreux, qui n’était pas constitué de seuls géographes, avait sans doute, comme moi, été attiré par « la mise en perspective historique et technique [au travers de laquelle] les interventions de cette journée [devraient essayer] de dresser le portrait de cette discipline 1 ».
Le format des interventions, alternant espaces de réflexion (Gilles Palsky, Mathieu Noucher, Éric Mermet) et expériences plus techniques (infographie au journal Le Monde, atelier de cartographie de Sciences Po, ou encore outils géomatiques de l’UMS 2414 – RIATE) s’est révélé stimulant et favorisant les échanges.

J’entrevoyais (déjà !), au fil de la journée, comme un horizon intellectuellement attirant, la possibilité d’exploiter de manière différente les données que j’avais patiemment réunies pour faire correspondre à chacune des versions identifiées du conte-type Faithful John un point (bleu, or ou rouge) géolocalisé sur le planisphère accueillant d’OpenStreetMap. Le résultat en est visible sur la page Geolocation | Géolocalisation du présent carnet de recherche. Si un cartographe a la curiosité de se pencher sur cette carte, avec un grossissement conséquent et un œil sourcilleux, il remarquera certaines anomalies que je voudrais expliciter au préalable. En effet, compte tenu des données accessibles aux chercheurs dans le domaine du folklore, on pourra y trouver des localisations de trois types : — précises ; — conventionnelles ; — allusives ou symboliques.

  1. Lorsque l’information était disponible, j’ai localisé les récits de manière précise. Par exemple, la version « U re leggitimu e u re mulinadiu », collectée par Geneviève Massignon en 1955 est positionnée à Loriani, en Corse 2. De même, pour « La piedra de mármol », collectée par Sergio Hernández de Soto à Alange, en Estrémadure 3 ou encore « Королевич Адольф і його товариш Николай », version ukrainienne collectée par Volodymyr Hnatiuk en mars 1903 à Semlac, dans le judet d’Arad, en Roumanie. Nombre d’autres versions sont ainsi associées à une localité précise (ville, village, hameau). En effet, les collecteurs rigoureux fournissent généralement des renseignements fiables : lieu de la collecte, date, nom et âge de l’informateur ou du témoin. Le quartier ou la rue sont rarement nommés, mais parfois figure l’endroit où a lieu la racontée : auberge 4, ou pénitencier 5.
  2. Une convention mineure est celle qui m’a fait élargir un peu arbitrairement le positionnement de plusieurs versions collectées dans la même ville (sans précision de quartier) pour faciliter le pointage sur tel ou tel marqueur individuel correspondant à une version donnée : par exemple à Barcelone ou à Mahiliow. De façon plus générale, lorsque la donnée géographique dont je disposais était trop vague (région ou pays), par exemple le pays sicule (Székelyföld), celui des Bilen au centre de l’Érythrée, ou bien un texte khmer sans précision de lieu, j’ai pris comme principe de placer le marqueur au centre du pays ou à l’emplacement de la capitale, avec une disposition en éventail si plusieurs versions devaient être situées assez proches les unes des autres 6.
  3. Souhaitant faire figurer sur la carte ATU 516+ toutes les récits que j’avais repérés, même les moins documentés géographiquement, j’ai choisi pour quelques rares versions de ne pas les rattacher à une terre, mais de les faire flotter à proximité, symbolisant ainsi leur moindre rapport à l’oralité vivante, incarnée. Par une telle présentation, peu conventionnelle, je me suis autorisée à faire figurer en apesanteur la version en anglais « John the True », qui correspond à une construction intellectuelle n’ayant plus rien d’oral, puisqu’elle emprunte aussi bien à Giambattista Basile qu’aux frères Grimm et à d’autres collecteurs européens pour fabriquer un récit indiqué comme « restored and retold by » Joseph Jacobs 7.

Intuitions mises à plat

Europa polyglottaParmi les développements que la cartographie numérique me semble proposer, dans le cadre de ma recherche, et d’autant plus après les interventions de la journée Digit_Hum 2018 déjà évoquée,  j’identifie plusieurs pistes :

  1. Matérialiser sur une carte globale les aires géographiques (et les éventuels points excentrés) où l’on rencontre presque exclusivement certains motifs spécifiques. Par exemple, le thème de la sœur fidèle, en Géorgie, Arménie, Grèce. Ailleurs, le Gaillard d’acier, Bulat ou Molodets, puissant compagnon du jeune homme en quête de la fiancée lointaine, est commun en Ukraine, Russie, Hongrie, Roumanie, Serbie, Croatie.
  2. Effacer toutes les frontières actuelles et installer, sur la grande carte ouverte du monde des contes, des marqueurs qui figureraient le long de routes connues ou inconnues (route de la soie, trajets commerciaux maritimes et terrestres, invasions, conquêtes militaires…) le voyage ou la diffusion de mythèmes comme le motif incarnat, blanc et noir, celui des jumeaux merveilleux nés d’un poisson ou d’une pomme, ou encore les prénoms des personnages masculins et féminins avec leurs déclinaisons linguistiques.
  3. Imaginer des cartes allégoriques, pourquoi pas, pour figurer les lieux où vivent les héroïnes des différentes versions 8, par exemple la princesse de la Chine pour un conte albanais, la fille du padishah de Kandehar mais aussi la fille du roi d’Angleterre dans deux versions turques différentes, la princesse Manimala dans un conte bengali, Tindir Gudrun, la princesse de la montagne de glace dans un conte tzigane de Tchéquie, la princesse Virginie, fille du roi de Naples dans un conte breton… Lorsqu’il s’agira d’héroïnes vivant dans un palais de cristal souterrain, au fond d’un lac, ou par-delà les neuf royaumes, les marqueurs deviendront à nouveau flottants, une convention nuageuse ou une frontière à définir graphiquement permettant de matérialiser le passage vers l’autre monde, comme dans les peintures extrême-orientales ou les confins fabuleux envahis de monstres sur les anciennes cartes.

Explorations et décentrements

Je ne doute pas que de telles propositions pourront sembler fort fantaisistes aux spécialistes de la cartographie. Si j’en fais part ici cependant, c’est pour témoigner combien l’approche d’une discipline autre que la sienne propre sert utilement d’aiguillon, mais aussi de miroir alternatif.

Vue de la Dent du ChatTravailler sur un conte-type donné (ici « Faithful John » dans la classification internationale Aarne-Thompson-Uther) suppose d’envisager le conte comme un tout, théoriquement constitué par l’ensemble de ses versions disponibles, ou du moins une part significative d’entre elles. D’où la quête du plus grand nombre de versions possibles 9, suivant en cela la voie montrée dès 1893 par la folkloriste anglaise Marian Roalfe Cox dans son étude sur Cendrillon. Appréhender près de trois cents versions par le biais d’une carte me permet de formaliser le fait que chacune dispose, a priori, d’une voix égale et d’un poids équivalent dans la compréhension du complexe narratif défini par leur réunion, à l’inverse de ce que préconise la littérature savante centrée prioritairement sur l’Occident, ainsi que sur un type principal et des sous-types.

Certes, certaines versions sont plus équilibrées et fertiles que d’autres et appellent une analyse approfondie. Je reconnais dans la diversité des versions un axe commun basé sur la tension entre parole et silence. Néanmoins, dans leur sobriété 10, leur aspect lacunaire 11, ou parfois leur composition multiforme, empruntant à des sources diverses, toutes les versions, chacune à son tour, éclairent l’ensemble, déportent l’attention, renouvellent la vision.

Familles linguistiques -- conte ATU 516+J’ai testé, à mon tour, le décentrement permis par le choix des projections géographiques. Explorant le logiciel Khartis présenté le matin même à l’atelier, j’ai eu la satisfaction de pouvoir envisager le corpus ATU 516+ sous un angle renouvelé : la répartition des versions par familles linguistiques (projection Waterman). La mise en forme a été un peu laborieuse…, notamment pour la légende assez bricolée, l’affichage initial étant récalcitrant 12.

Voilà cependant un document de travail qui m’incite à aller plus loin, en explorant les modèles disponibles et en confrontant des cartes historiques de l’atelier de cartographie de Sciences Po comme le triomphe ottoman ou l’Europe centrale et orientale en 1740, à confronter aux intuitions dont je parlais plus haut. La lecture par superposition de couches serait un plus, mais qui viendra peut-être à son heure. Nous ne sommes plus très loin de la pensée latérale, qui est une autre sorte de décentrement souhaitable, n’est-il pas ?


Source des images : Abu Simbel / Edward Lear — Triptyque : logo Digit_Hum ; carte-test ; Hécate / William Blake — Europa polyglottaDent du chat / Florian Pépellin (cc-by-sa-3.0) — ATU 516+ : familles linguistiques.


Citer ce billet : "Humanités numériques : l’oralité au miroir de la carte", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 12 octobre 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/3926.
  1. Voir la plaquette de présentation. []
  2. Mention à la fin du conte : « Conté en français en octobre 1955 par madame François Peretti, 59 ans, propriétaire terrienne à Loriani dans la commune de Cambia, canton de Saint-Laurent, dans la Castigniccia. » Voir ses Contes corses, Paris, Picard, 1984, p. 31-33. []
  3. Cuentos populares de Extremadura, I, Madrid, Librería de Fernando Fé, 1886, p. 225-237, n° 19. []
  4. Voir « Zo Širokého », version slovaque collectée par Samo Czambel de Jozef Krescanko, 26 ans, le 23 juin 1904. []
  5. C’est le cas pour la version orale turque « The Padisah’s son, Little Mehmet and the Most Beautiful Girl in the World », collectée par Ahmet Edip Uysal et Warren Stanley Walker au cours de leur monumentale Archive of Turkish Oral Narrative, aujourd’hui en ligne. Ce récit a été « conté en août 1964 par Fehmi Özdemir, prisonnier, à l’époque de la collecte, au pénitencier de Sinop, Turquie ». []
  6. On remarquera ainsi une certaine imprécision dans le placement des marqueurs en Tchéquie ou en Transylvanie, par exemple, imprécision qui est nettement lissée lorsque la carte est appréhendée à l’échelle globale du monde. []
  7. European Folk and Fairy Tales, New York, G. P. Putnam’s sons, 1916, p. 170-179, n° 21, et note p. 254. []
  8. Une esquisse de ce projet figure dans la carte suivante, en document de travail : où vivent les princesses rêvées ? avec quelques implantations réalistes, mais pas encore de lieux imaginaires. Il manque également les flèches reliant le rêveur amoureux à l’objet de sa quête. []
  9. Consulter la liste des versions dans cette page : Corpus ATU 516+. []
  10. Voir par exemple la version catalane « El buen compañero », publiée par Manuel Milá y Fontanals dans ses Observaciones sobre la poesía popular, con muestras de romances catalanes inéditos, Barcelona, Imprenta de Narciso Ramírez, 1853, p. 178, n° 2, où le conte se finit sur la pétrification du compagnon, sans rédemption ultérieure. []
  11. C’est le cas avec, un motif isolé du conte, devenu proverbe : There is a grain of rice inside the husk. []
  12. Je prie les concepteurs du logiciel de bien vouloir en excuser les défauts. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.