ATU 516 : Hungarian | A mostohaanya

Wet meadow in Szigetkoz, Hungary« A mostohaanya » [La belle-mère]

Version hongroise.
ATU 516 — Faithful John / Le fidèle serviteur

A két királyfi együtt beszélgetett; a két király, királyné és királykisasszony együtt. Az első pillantat által szerelembe esett Fülöp a királykisasszonynyal, és a királykisasszony a királyfit igen megszerette. Nyughatatlan volt már a szive Fülöpnek, várta mikép lelhetne alkalmat a szép Luizával szólani; de a hosszas beszélgetés után a királyok elváltak egymástól, s a királyfiak is félbeszakaszták beszédjöket. Mily fájdalmasan látta Fülöp, hogy a kit úgy megszeretett, többé talán nem láthatja; egy édes pillantatot vetett egymásra a két szerelmes, melyből megismerték és elárulták titkos szerelmöket és elváltak.

  • Source imprimée

Gaal, György 1783-1855
Magyar népmese-gyüjteménye, vol. 1
Pesten : Pfeifer Ferdinánd sajátja, 1857, p. 51-78 n° 3

  • En ligne

Texte original accessible sur :
1. Gutenberg.org
2. Magyar Elektronikus Könyvtár

  • Incipit

Történt egy időben, hogy egy királyt hosszú csendes uralkodása után a más királyok megtámadtak a végett, hogy fiát Fülöpöt, ki már akkor tizennyolc esztendős vala, hugával együtt, ki már akkor tizenhatodik évében járt, megöljék vagy pedig valami olyas rabságra vethessék, a hol többet nem lesz róla emlékezet. Ezt az irígységet okozta a királyfi gyenge esztendeiben már elfolyamodott híre jeles testi és lelki tulajdonainak és a huga kimondhatatlan szépségének. Féltek a körüllevő nemzetek, hogy ha a királyfi fölnevekedik, mindnyájokat adó s hatalma alá veti, tehát minden módot megvetettek, hogyan lehessen a Fülöp királyfi atyjának veszedelmére országával s két magzatjával elbánni. Volt pedig a királynak egy öreg szolgája, ki már harminc esztendőt tölte udvaránál mint kocsis, s régi szolgálata miatt nem volt egyébre gondja, mint egy pár lóra, melynek egyike fias kanca volt, ez volt az ő kedves paripája.

  • Résumé

Un royaume ayant longtemps connu la paix. Le vieux roi a deux enfants : un fils, Fülöp (Philippe), dix-huit ans, une fille de seize ans. Leur mère, la douce reine, est morte quand l’aîné avait quatre ans. Le souverain s’est alors remarié avec la fille du roi de Bavière ; la nouvelle reine hait les enfants du premier lit.

Le royaume est désormais menacé par plusieurs ennemis. On prépare la guerre ; le roi veut laisser son fils à l’arrière. Le prince insiste pour aller se battre, il choisit le serviteur le plus âgé, un vieux cocher au service du roi depuis trente ans. Le royaume est confié à András, le demi-frère de Fülöp. Sa belle-mère, qui convoite le trône pour son fils, offre au prince un onguent « pour, dit-elle, le protéger et lui donner de la force ». Conseillé par son cheval magique et son vieux serviteur fidèle, le prince évite d’enduire ses membres avec ce produit funeste, qu’une sorcière a procuré à la reine. Il est testé sur un autre : le puissant guerrier Ferkó, qui en a frotté ses bras, voit sa force l’abandonner. Après plusieurs rêves et des combats indécis, le prince Fülöp finit par remporter une bataille décisive.

Les attaquants envoient des messagers pour négocier la paix ; ils sont bien reçus par le vieux roi. Une entrevue officielle au sommet est organisée avec le souverain le plus puissant, le roi des Burkus (Borusses ou Prussiens). Le prince Fülöp et la princesse Luiza tombent amoureux l’un de l’autre. Des cadeaux et serments sont échangés. Au dîner, le vieux serviteur Paul — il s’est illustré au combat — est invité à s’asseoir à la table royale. Il révèle sa noble origine borusse, gardée secrète, et son exil à l’âge de quinze ans. Il est élevé au grade de général en chef. Les cortèges royaux reviennent au palais du vieux roi, père du prince Fülöp, pour célébrer les réjouissances de la paix conclue entre les deux pays. La reine cherche toujours à supprimer le prince, secondée par la magicienne. Lorsque les boissons sont servies, la sorcière, transformée en guêpe, laisse tomber un venin mortel dans le verre du prince Fülöp. Paul veille et l’échange avec celui de la reine belle-mère. Le piège se retourne et elle meurt, après avoir avoué son dessein funeste. Sa complice finit sur un bûcher. Le prince loue la fidélité de l’ancien serviteur, deux fois protecteur de sa vie en danger. Mariage du prince Fülöp avec la princesse Luiza, mariage de sa jeune sœur de seize ans avec le prince prussien.

Pour m’aider à améliorer la compréhension de cette version, voir aussi cette page : Help : Precious Translations


Source des images : Scènes de la guerre de succession d’Autriche / J. G. Käser — Szigetkoz / Istvánka (cc-by-sa-2.5).


Citer ce billet : "ATU 516 : Hungarian | A mostohaanya", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 4 octobre 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/3848.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.