International Tale Type ATU 516+ : A Helping Brain To Translate Some Versions

bandeau multilingue[en] — Lire la version française de ce billet
The Tale Type Faithful John (ATU 516+) is at the heart of this research notebook and of my thesis work. The corpus I have collected contains almost 300 versions. The complete list can be found on this page: Corpus ATU 516+. Eighty-five original languages and dialects are represented. I tried to testify, as much as I could, to the diversity of this narrative and its many variants, notably by searching for versions in languages I did not know.

Of the entire corpus, 42% of the versions are in the original language, while 58% are accessible through translations. In this Precious Translations page I have listed  the versions that give me the most difficulties. Any help will be welcome, and I will be happy to explore with the researchers, interested or tempted by the exercise, the finesse of the motives in the languages concerned. The versions are mainly in Belarusian — Croatian — Hungarian — Macedonian — Polish — Russian — Serbian — Slovak — Ukrainian…

Multilingualism is a demanding horizon, but with a little good will, the intercomprehension that has always made its way in the caravanserais of orality, and on the roads of travellers can also today find welcoming niches today, where it can flourish through the web, even if it means borrowing the current international working language to make the link. Don’t you think so?
top
***

[fr]
Le conte-type Faithful John (ATU 516+) est au cœur de ce carnet de recherche et de mon travail de thèse. Le corpus que j’ai réuni et arrêté au début de 2018 comporte près de 300 versions. On en trouve la liste complète dans cette page : Corpus ATU 516+. Les langues et dialectes d’origine sont au nombre de quatre-vingt-cinq. J’ai cherché à témoigner, autant qu’il m’était possible, de la diversité de ce récit et de ses multiples variantes, notamment en recherchant des versions dans des langues que je ne connais pas.

Sur la totalité du corpus, les versions sont pour 42 % d’entre elles en langue originale, tandis que 58 % sont accessibles par le biais, plus ou moins aisé, d’une traduction. J’ai listé dans cette page Precious Translations les versions qui me posent le plus de difficultés. Toute aide sera la bienvenue et je serai heureuse d’explorer avec les chercheurs, intéressés ou tentés par l’exercice, la finesse des motifs dans les langues concernées. Les versions sont principalement en biélorusse, croate, hongrois, macédonien, polonais, russe, serbe, slovaque, ukrainien…

Le multilinguisme est un horizon exigeant, mais avec un peu de bonne volonté, l’intercompréhension, qui a toujours fait son chemin dans les caravansérails de l’oralité et sur les routes des voyageurs, peut aussi trouver aujourd’hui des niches accueillantes où s’épanouir à travers la toile, quitte à emprunter l’actuelle langue de travail internationale pour faire le lien. Qu’en pensez-vous ?

retour au début


Source des images utilisées dans l’en-tête du billet : Allégorie de la Simulation / Lorenzo Lippi — Diagram of the brain / Cambridge University — Languages of the world / M. Abuhelwa (gnu) — Soria Moria / Theodor Kittelsen — He-He Er Xian / Helanhuaren (cc-by-sa-3.0) — Morphologie / Ernst Haeckel — Manuscrit / Gallica.
Image mise en avant : Geolocation Map of Tale Type 516+.


Citer ce billet : "International Tale Type ATU 516+ : A Helping Brain To Translate Some Versions", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 24 juin 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/335.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.