La tentation du corpus

Sébillot, Le Folklore de la France, t. 1, rochers, pierresLorsque j’ai abordé le thème de la métamorphose minérale au début de ma thèse, tout ce qui avait un air ou une figure de pierre m’intéressait. Y compris, dans Le Folklore de la France de Paul Sébillot, les chapitres consacrés aux rochers, aux pierres, aux grottes…, mais aussi les légendes, la mythologie ou le littéraire convive de pierre. Cette sorte de brumisation active de ma recherche n’a aujourd’hui pas cessé, tandis que le corpus de ma thèse progressivement se construisait.

Sommaire
Un corpus tripode
La racine-pivot du corpus
Inscrire les territoires

Un corpus tripode

Mon point de départ étant cette étonnante métamorphose minérale qui, dans les contes merveilleux, se révèle réversible, à l’opposé de ce qui advient dans la mythologie ou les légendes 1, j’ai cherché à identifier le corpus de contes à constituer. Dès le début, je ne souhaitais pas renoncer à la richesse des versions étrangères et à l’éclairage qu’elles m’offraient sur certains motifs, traités différemment dans les versions non-européennes.
Bassin tripode, TivoliJ’ai choisi d’axer la cohérence d’un corpus de référence sur la métamorphose minérale dans les contes merveilleux, à partir de trois contes-types que je considérais alors comme majeurs :
— T. 303 : The Twins or Blood-Brothers / Le Roi des poissons ou la Bête à sept têtes
— T. 516 : Faithful John / Le fidèle serviteur
— T. 707 : The Three Golden Children / L’oiseau de vérité.
Dans ces trois contes-types, un ou plusieurs personnages sont pétrifiés. Un autre personnage, qui connaît les moyens magiques de sortie de cet état, délivre à la fin du récit celui ou ceux qui ont été métamorphosés et le conte revient à l’équilibre.

À cette époque, j’étais soucieuse de m’assurer que la couverture géographique soit équilibrée, et que les exemples extra-européens soient vraiment choisis pour faire rebondir l’analyse ou pour éclairer de façon originale un motif spécifique. Mon objectif était de définir un noyau d’environ 70 à 90 contes traditionnels, en envisageant de traiter à part les versions littéraires : le conte égyptien des deux frères, l’histoire des deux sœurs jalouses de leur cadette dans les Mille et une nuits, l’histoire de Viravara dans l’Océan des rivières de contes de Somadeva, la Princesse Belle-Étoile et le Prince Chéri de madame d’Aulnoy, Il Malmantile racquistato de Lorenzo Lippi, etc.
Je songeais aussi à des contes satellites : il convenait de repérer de manière plus systématique les points de jonction, notamment par l’intermédiaire de motifs communs ou proches, avec d’autres contes-types, qui pourraient enrichir ma réflexion, au moment de l’analyse proprement dite. Parmi ceux-ci, figuraient déjà les : T. 300 (The Dragon-Slayer / La Bête à sept têtes), T. 302 (The Ogre’s Heart in the Egg / Le Corps sans âme), T. 505 (The Grateful Dead / Le mort reconnaissant), T. 531 (The Clever Horse / La Belle aux cheveux d’or), T. 550 (Bird, Horse and Princess / Le merle blanc), T. 671 (The Three Languages / Les trois langages), T. 894 (The Ghoulish Schoolmaster and the Stone of Pity / La pierre de pitié)…
J’avais aussi l’ambition de recenser, au moins à titre d’hypothèse de travail, et peut-être par le biais d’une carte heuristique, le champ de résonance de cet ensemble de contes qui pouvaient encore, à ce stade, dans la perspective souhaitée d’une approche bachelardienne, être réunis par un marquage commun par l’or, l’eau et la pierre.

La racine-pivot du corpus

Castanea sativaAprès une première année de recherche, mon jardin était encore très encombré par des pousses diverses que je répugnais à arracher, mais je décidai néanmoins de les transplanter dans un coin annexe pour éclaircir mon champ principal d’étude. La matière était encore suffisamment souple pour pouvoir être amendée ; c’est là que je me suis rendue compte qu’un corpus-tripode avait plus de défauts que d’avantages. Certes, j’avais réuni respectivement : 74 versions pour le T. 303 (Le Roi des poissons), 47 versions pour le T. 516 (Le fidèle serviteur) et 70 versions pour le T. 707 (L’oiseau de vérité), mais la problématique flottait encore.
Grâce aux conseils de Bernadette Bricout, ma directrice de thèse, la deuxième année de doctorat m’a permis de situer plus clairement et d’ancrer fermement ma recherche autour d’un seul conte-type, qui me touchait le plus, à savoir celui autour duquel s’articule le présent carnet, Faithful John, et ses multiples versions. J’ai alors abandonné l’appropriation trop éclatée du motif pétrifiant en recentrant le travail et l’analyse, sans me priver de la connaissance et des rebonds liés aux contes satellites, sur lesquels pourraient toujours s’appuyer la richesse et la profondeur de l’argumentation. C’est ainsi que l’étude fine de la variabilité du conte-type choisi, à travers mariages, oublis, occultations de motifs d’un pays à l’autre, et entre contes qui se mêlent et s’apparient 2 m’est apparue très prometteuse. J’ai entrepris un recensement plus systématique des versions du Type 516 à partir des catalogues de contes français 3 et internationaux, en exploitant la monographie (Der Getreue Johannes: eine vergleichende Märchenstudie) rédigée par Erich Rösch en 1928 dans la collection des Folklore Fellows’ Communications, en lien avec le dépouillement des Anmerkungen zu den Kinder- und Hausmärchen der Brüder Grimm de Johannes Bolte et Jiří Polívka, et enfin à partir de bibliographies et catalogues spécialisés. À chacune des lignes de la base de données créée, il fallait désormais, sauf impossibilité technique ou linguistique, associer une vraie version de travail, exploitable : un ouvrage localisé dans une bibliothèque, une numérisation préexistante en ligne, des clichés personnels.

Inscrire les territoires

Pendant que ces références patiemment et analytiquement collectées 4 grossissaient de lignes successives un tableau accueillant, je ressentais le besoin d’inclure la notion de spatialisation dans l’analyse du corpus que j’étudiais. En effet, la visualisation de l’implantation régionale des versions connues du conte-type étudié me semblait alors susceptible de confirmer ou d’infirmer les théories antérieures de diffusion des motifs, mais surtout de me donner matière à réfléchir, à confronter mes hypothèses en décentrant mon approche, en sortant d’une certaine zone de confort intellectuel pour tenter de penser géographiquement. Y aurait-il finalement des enseignements à tirer d’une analyse rigoureuse de données, telle qu’elle était préconisée au début du vingtième siècle par les folkloristes tenants de la méthode historico-géographique 5 (ou méthode finnoise), dont en France Arnold Van Gennep s’était également inspiré, malgré les attaques de chercheurs formalistes ou structuralistes ?

Pendant plusieurs mois, j’ai tourné autour de la question, en me documentant sur les systèmes d’information géographique, OpenStreetMap, les fonds de cartes à télécharger, des sites comme Terre ouverte (Aix-Marseille) ou le volet éducatif de l’Institut géographique national. Ce qui me manquait, c’était un vrai coup de pouce, un starter efficace et bienveillant. Je me sentais dans la situation de quelqu’un qui a besoin d’être familiarisé avec un outil un peu étranger et impressionnant de prime abord, par manque de connaissance et de pratique, ou comme un grand débutant qui voudrait apprendre le grec ou l’allemand. La formation au logiciel ArcGIS 6 à laquelle j’ai participé au sein de l’université Paris Diderot, s’est révélée utile, grâce à l’accueil dont j’ai bénéficié. Elle s’est révélée, par la pratique in situ, le meilleur moyen de dédramatiser, faciliter, apprivoiser l’outil.

Carte de localisation du conte type ATU 516+ : états successifs -- document de travail

Carte de localisation du conte type ATU 516+ : documents de travail

J’ai ainsi créé, grâce à l’interface graphique libre uMap, installée sur Framacarte en partenariat avec OpenStreetMap France, un outil de visualisation numérique qui m’a permis de géolocaliser progressivement toutes les versions que j’avais identifiées sur un plan strictement bibliographique et de différencier par la couleur celles qui faisaient — on non — partie de mon corpus-cible.

La première version du corpus (identification bibliographique et numérique, fichiers texte ou image correspondants) comportait 167 versions, avec un éventail assez large de langues et pays représentés 7.

Après avoir prioritairement constitué ce corpus, j’ai ressenti le besoin, pour éviter d’échafauder des hypothèses sans consistance, de lier chaque version à un lieu, d’en identifier les racines (terrestres, linguistiques, culturelles, religieuses), de placer physiquement sur la carte une ville de Poméranie orientale, une île grecque ou encore le pays des Bilin ou Bilen, dans la corne de l’Afrique… J’ai décidé d’aller au bout de ma démarche initiale et j’ai placé8 une à une sur un planisphère chacune des 430 versions de la table synoptique qui me sert encore d’instrument de travail. J’ai aussi tenté de compenser en partie la représentativité partielle en Europe septentrionale et orientale, ainsi qu’en Afrique, sans même parler de l’Asie, cherchant toutes les traductions accessibles et les versions originales en ligne…

La carte finalisée des versions du conte ATU 516+ (version type et versions dérivées), visible sur la page Geolocation du présent carnet de recherche indique par des points individuels :
— Les versions figurant au corpus (icône de couleur bleue) ;
— Les versions non retenues, hors catalogue (icônes de couleur or et variations de tons allant du jaune pâle au rouge sombre).
Le corpus que j’ai retenu comporte aujourd’hui 278 versions ; la liste sommaire, avec le détail des langues représentées, figure sur cette page : Corpus atu516+. J’en présente régulièrement des exemples sous cette catégorie de billets : Corpus, tout en lançant des appels aux chercheurs polyglottes qui pourraient m’aider à retrouver quelques orphelines dont je regrette l’absence (Avis de recherche), et surtout accepteraient de servir de truchement pour aborder nombre de versions en habit de belles inconnues, qui sont identifiées, mais me restent à ce jour fort lointaines (Precious Translations) et pleines d’un bruissant silence. Le bonheur de l’oralité vivante est-il caché là ?


Source des images : Orri des Estrets / Fpasian (cc-by-sa-3.0) — Sébillot, Folklore de la FranceTivoli tripode / MiguelHermoso (cc-by-sa-3.0) — Castanea sativa / Ian Burt (cc-by-2.0) — Localisation atu516+ : documents de travail.


Citer ce billet : "La tentation du corpus", par Odile Uhlmann-Faliu. Publié dans Faithful John le 30 juin 2018. Lien : https://faithfuljohn.hypotheses.org/145.
  1. Ces aspects ne sont pas ignorés, néanmoins j’ai prévu de les faire davantage figurer dans l’introduction de ma thèse. []
  2. Je me refuse à parler de contamination entre les contes. Cette notion me semble dépassée et j’aurai l’occasion de revenir sur ce point dans un autre billet. []
  3. Notamment toutes les versions cataloguées par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze dans le tome 2 du Conte populaire français. catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d’outre-mer, Paris, Éd. G.-P. Maisonneuve et Larose, 1977, p. 299-307. []
  4. Chaque version a été identifiée, au minimum par un numéro d’ordre unique, puis par la référence à un ou plusieurs catalogues, la langue ou le dialecte, un lieu (département/région/pays/aire plus vaste), un titre (si disponible), l’auteur ou le collecteur, l’ouvrage ou le fonds d’archives (n°, page), la date (si elle est connue), l’indication numérisé/non numérisé, le nom éventuel du conteur ou de la conteuse. []
  5. Voir Christine Goldberg, « The Historic-Geographic Method: Past and Future », Journal of Folklore Research, Vol. 21, No. 1 (Apr., 1984), p. 1-18, accessible sur  JSTOR. Dans ce texte, la folkloriste incitait, de manière convaincante selon nous et toujours légitime, les chercheurs à abandonner des a priori négatifs alors dépassés pour tirer parti d’un ‘scholarly heritage’ que nul n’était autorisé à rayer d’un trait de plume. []
  6. Suite logicielle professionnelle surdimensionnée pour mes besoins spécifiques, la formatrice et moi étions d’accord sur ce point. []
  7. À ce stade, la quasi-totalité des versions était, soit en langue originale (connue de moi ou compréhensible), soit en traductions (en français, anglais, allemand…). Les aires géographiques, pays et régions d’origine des versions retenues étaient, à cette étape : l’Inde (22), la Perse (1), le Laos (2), la Birmanie (1), le Népal (1), le Japon (3), la Corée (1), l’Italie (13), la France (11), le Canada (6), la Martinique (1), la Suisse (1), la Roumanie (5), l’Espagne (13), la Caraïbe (1), le Nouveau-Mexique (2), le Chili (1), le Portugal (11), le Cap-Vert (2), le Brésil (1); la Grèce (4), l’Albanie (2), la Macédoine (1); l’Europe (1), l’Allemagne (7), le Danemark (1); la Croatie (2), la Slovaquie (3), la Bohême (2), la Pologne (1), la Russie (1), la Lituanie (1); la Hongrie (3); la Turquie (6); l’Érythrée (1), les Comores (1), l’Égypte (2), l’Algérie (13), le Maroc (4), la Tunisie (1), le Sénégal (1), le Soudan (6), le monde arabe (2). []
  8. Chaque version est localisée sur la carte par des coordonnées géographiques décimales correspondant à un lieu précis, lorsqu’il est connu, ou de manière approximative (pays, région), voire conventionnelle, lorsque les précisions sont insuffisantes. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.